[Chicago 2013] Jour 01 : Un air de déjà vu à O'Hare ⋆ Souvenirs à venir - Le blog Japon de Katzina
17 août 2018

[Chicago 2013] Jour 01 : Un air de déjà vu à O’Hare

Samedi 21 décembre 2013, nous partons de bon matin avec nos valises pour Narita pour prendre notre vol pour Chicago. Nous avons pris nos billets chez United Airlines, mais l’aller est assuré par ANA, ce qui tombe très bien. Le voyage de 12 heures se passe aussi bien qu’il peut se passer, et à défaut de vraiment dormir, j’n profite pour regarder des films.

Nous arrivons entre 7 et 8h du matin heure locale à l’aérport O’Hare, et j’ai le plaisir d’avoir le droit à un petit bonus au passage de la frontière comme deux ans et demi auparavant. Mon mari a pu m’accompagner dans la salle d’attente du bureau de l’immigration, et il s’est occupé d’aller chercher nos valises. Cette fois, on ne m’a même pas posé la moindre question et on m’a rendu mon passeport avec le tampon d’entrée au bout d’une petite demi-heure. Je me demande si j’aurai encore le droit à ça à chaque fois que je me pointe ou si ça ira maintenant que j’ai changé de passeport…

Nous sommes donc prêts à rejoindre le centre ville, direction la station de métro, le terminus de la Blue Line. J’étais préparée psychologiquement à retrouver les si génialement efficaces et pratiques titres de transport à bande magnétique que j’avais encore plus appréciés à New York qu’à Chicago. Mais non, même pas ! Le système a récemment été changé et la CTA a enfin introduit des cartes de type Navigo/Suica/Oyster. D’après les résidents, c’était encore un peu le bordel à cause de cette mise en place, et les tarifs avaient augmenté, mais de mon côté ça allait très bien.

Mais bon, on a quand même eu le droit à une petite surprise de bienvenue qui nous a montré que les automates américains sont aussi pourris que les français (je pense à ceux de la TCAR à Rouen qui ne prennent que les pièces ou les CB à partir de 10€…). On voulait prendre des cartes d’une semaine, j’ai voulu utiliser ma MasterCard française, mais les prédictions du gars très sympa qui aidait les voyageurs à se dépatouiller se sont vérifiées : que j’utilise la bande magnétique ou la puce, ça ne passait pas. Comme quoi, y’a pas que les Japonais qui soûlent avec les cartes de crédit étrangères :D.

Nous avons donc décidé d’utiliser du liquide vu qu’on venait de passer à un distributeur (comme les retraits coûtent plus cher que les paiements, je voulais utiliser ma MasterCard directement le plus possible). Mais la machine ne rend pas la monnaie ! Donc vu qu’on avait des billets de 20 dollars, on devait forcément mettre 40 dollars alors qu’une carte en coûtait 36. Entubés de 8 dollars et quelque en tout, bien ! En fait, cet excédent est transféré sur la carte, qui peut être utilisée comme moyen de paiement, mais bon en tant que touristes sur place pour une semaine, c’est vraiment pas pratique et je me demande comment des automates comme ça ont pu être mis en place. Franchement les Occidentaux, pour tous ce qui est le transport, vous n’avez pas encore compris que les Japonais ont plein de choses à nous apprendre ?! ^^

Nous voilà enfin dans le train, et le trajet parait bien long avec la fatigue. Faut dire que la Blue Line tient plus du RER B que du Narita Express ou même de la Yokosuka :D. Nous faisons notre changement et arrivons à notre destination, Roosevelt. Et là, comme quoi je ne perds pas complètement la mémoire malgré mon grand âge, le paysage urbain en sortant de la station m’est immédiatement familier. Nous n’avons qu’à marcher quelques blocs pour arriver jusqu’à l’immeuble de nos hôtes. Ouf ! Avec tout ça, la matinée est presque terminée !

On mange, on déballe tranquillement ses affaires, et… on fait la sieste ! Les 8h entre le Japon et la France peuvent être assez violentes, mais là, avec les 12h de vol plus les 15h de décalage, on sait vraiment plus quand on est ! En fait, je me disais que c’est plus facile de se dire qu’on a 9h de plus, car la date on s’en fiche. Je pensais qu’on avait quand même fait un tour en ville, mais en fait non ! On est juste allé au supermarché du quartier, ce qui est en soit une attraction (j’y reviendrai en conclusion du voyage ^^).

Nous voilà donc dans la froide et neigeuse Windy City quelques jours avant Noël, bien décidés à profiter de notre semaine pour visiter la ville et s’en mettre plein la panse ! :D.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*