20 avril 2018

[Drama] Anata no tonari ni dareka iru

anata no tonari ni dareka ga iru

Titre japonais : あなたの隣に誰かいる

Nombre d’épisodes : 10

Diffusé en : Automne 2003

Chaîne de diffusion : Fuji TV

Fiche : DramaWiki

Ca fait quelque temps que j’avais repéré ce drama, qui me semblait atypique et qui rassemblait des acteurs et actrices que j’aimais bien même si je n’avais pas eu l’occasion de les voir beaucoup. Il figurait sur ma liste de drama attendus que j’ai faite en début d’année (et qui ne diminue pas aussi vite que je le voudrais, pauvres séries pas du tout subbées ou dont le sub a été arrêté en cours -_-) parce que l’intégralité des sous-titres n’était pas encore disponible. Ils ont fini par l’être heureusement, et j’ai eu envie de me lancer dans la série fin juillet, avant mon voyage au Japon. J’ai pu voir 3 ou 4 épisodes avant de partir, et je l’ai terminée en rentrant début septembre.

Le drama met en scène les Matsumoto, qui semblent tout avoir d’une famille modèle même si le père, Otarô, semble avoir quelques difficultés avec l’entreprise qu’il dirige. A partir du moment où la famille va emménager dans une grande maison située dans une banlieue assez éloignée que le père d’Otarô lui a légué dans des circonstances obscures, rien ne va plus aller pour les Matsumoto.anata no tonari ni dareka ga iru

Azusa, la mère, va d’abord connaître des difficultés avec le voisinage, qui compte un certain nombre de personnages on ne peut plus étranges. Il se passe aussi des choises bizarres dans la maison. Mais le pire reste à venir : un homme surgi d’un passé qu’Azusa cachait soigneusement va chercher à détruire sa famille. Pourquoi ? Comment ? Difficile de le dire sans spoiler, évidemment^^.

Dès le départ, le drama est assez dérangeant, de par l’ambiance assez lugubre qui règne dans la petite ville et les personnages qui y habitent. Mais au fur et à mesure qu’on voit des flash-back sur Azusa, on ne peut s’empêcher de devenir curieux. De plus, comme elle semble un peu instable mentalement, on se demande si c’est vraiment elle qui a des visions, si c’est elle qui se croit persécutée par les gens du quartier ou s’ils sont vraiment hostiles envers elle, si c’est elle qui croit voir des fantômes dans la maison ou s’ils existent vraiment.anata no tonari ni dareka ga iru

Mais avant d’en dire plus sur le déroulement de l’histoire et sur mes impressions, je vais dire quelques mots sur les différents personnages et les acteurs qui les interprètent. Azusa est incarnée par Natsukawa Yui, que je voulais revoir depuis longtemps. En tant que personnage central du drama, j’ai trouvé que son interprétation était tout à fait à la hauteur.anata no tonari ni dareka ga iru

Le mari d’Azusa, Otarô, est joué par Yusuke Santamaria. Sous ses airs de bon père de famille, le personnage a  quand même un bon côté enfoiré, donc heureusement que j’ai beaucoup de sympathie pour l’acteur ! ^^ Enfin, la fille unique du couple, Suzu, est interprétée par la jeune Yamada Natsumi, qui a l’instar de la plupart des enfants qui ont un rôle conséquent dans les drama s’en sort très bien.anata no tonari ni dareka ga iru

Dans l’entourage immédiat de la petite famille, il y a la mère d’Otarô, qui est très présente, et qui est un personnage très ambigü. J’ai eu par conséquent beaucoup de mal à l’apprécier. Elle est interprétée par Kaji Meiko, que je connaissais pas mais qui apparemment a joué dans un paquet de films connus dans les années 1970.anata no tonari ni dareka ga iru

Sawamura, le voisin des Matsumoto qui ressemble plus qu’étrangement à un homme qu’Azusa a connu cinq ans auparavant, est joué par Kitamura Kazuki. On peut dire que je connais assez bien cet acteur même si c’est toujours par hasard que je le vois. Vu le caractère très spécial du personnage qu’il incarne ici, je dois dire qu’il a monté d’un bon cran sur mon échelle de sympathie, il est vraiment convaincant.anata no tonari ni dareka ga iru

Shiraishi Miho interprète la femme de Sawamura, Aiko. Je pensais qu’elle avait un rôle plus important que ça, en fait il s’avère qu’on la voit moins que les autres personnages. Mais quand l’histoire a bien avancé, son personnage montre une personnalité qu’on ne soupçonnait pas, et l’actrice s’en sort vraiment très bien.anata no tonari ni dareka ga iru

Tôda Naho est Juri, une amie du couple qui semble être la seule au courant du secret d’Azusa et qui y est même directement liée. Même si je n’ai jamais vu l’actrice dans un rôle principal, je l’apprécie pas mal, et j’ai trouvé dommage que son personnage évolue d’une façon étrange, qui certes cadre avec toute l’étrangeté du drama, mais me semblait un peu superflue.anata no tonari ni dareka ga iru

En parallèle à tous ces personnages qui sont en interaction directe, on trouve deux protagonistes, qui semblent d’abord n’avoir aucun rapport avec l’histoire principale. Chacun pour des raisons personnelles, ils enquêtent tous deux sur de mystérieux événements datant d’ily a trente ans. Comme le rapport avec la trame principale tarde à se révéler, j’ai eu un peu de mal à me faire une idée sur ce duo composé d’Ikariya Chôsuke (le papa du héros de Good Luck!!) et de Satô Aiko, mais au bout du compte il s’avère assez sympathique.anata no tonari ni dareka ga iru

Même si le fil conducteur du passé d’Azusa est là dès le départ, l’histoire s’éparpille un peu par moments. Les voisins, la mère d’Otarô, Juri… On a parfois l’impression que le scénariste a un peu trop voulu tirer sur le côté bizarre et suspicion. Et pour ce qui est de la trame principale, elle prend une tournure à laquelle je ne m’attendais pas du tout. D’un sens c’est bien d’être surprise, et d’un sens aussi, cette tournure n’est pas sortie de nulle part vu les élements présents dès le début du drama. Mais j’ai trouvé que c’était en quelque sorte une façon trop facile d’expliquer les choses.

Ca ne m’a pas empêcher de suivre la série jusqu’au bout avec intérêt, et je dois dire que la fin est assez bien fichue : elle installe de nouveau le même type de doute qu’on avait avec Azusa au début de l’histoire. La réalisation a un côté parfois assez cheap qui contribue à rendre l’ambiance encore un peu plus étrange.anata no tonari ni dareka ga iru

Du côté de la musique, on a aussi sur certaines pistes qui semblent droit sorties d’un vieux film d’horreur cette impression de cheap. D’autres morceaux, ceux qui soulignent l’atmosphère incongrue de la ville par exemple, sont plus sympa. Pour ce qui est de la chanson du générique, il s’agit du fameux groupe B’z. Elle va très bien avec la série, mais je ne l’écouterais pas non plus pour le plaisir.

Anata no tonari ni dareka iru n’est donc pas le drama du siècle (mais quel est le drama du siècle ?:p) mais malgré ses défauts il reste intéressant. Je ne m’attendais pas du tout à ça en choisissant de le regarder, mais malgré mes réserves sur certains points j’ai passé un bon moment, ces réserves étant compensés par l’intérêt à voir quelque chose de différent de la plupart des drama, un peu comme pour Ame to yume no ato ni, Yasha ou encore Long Love Letter.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*