25 juillet 2017

[Drama] Fumo Chitai

fumo chitai

Titre japonais : 不毛地帯

Nombre d’épisodes : 19

Diffusé en : Automne 2009 – Hiver 2010

Chaîne de diffusion : Fuji TV

Fiche : DramaWiki

J’avais repéré ce drama au début de sa diffusion à l’automne dernier. Le thème abordé, la période à laquelle se passe l’histoire m’intéressaient bien, et je n’avais donc pas hésité à mettre la série dans ma liste de drama incomplets attendus. J’espérais retrouver une ambiance du genre de Karei naru ichizoku, et apparemment ce n’est pas pour rien que j’avais fait le rapprochement, car il se trouve que les deux drama sont des adaptations de romans de la même auteure, Yamasaki Toyoko.

Je ne connaissais pas l’acteur qui incarne le personnage principal, mais un certain nombre d’acteurs et d’actrices qui jouent des rôles secondaires, et je savais que j’apprécierais de les retrouver. Et quand je me suis rendu compte que le drama ne se terminait pas en automne et compterait donc plus d’épisodes que la moyenne, ça m’a rendu encore plus curieuse. C’est au moment où je suis venue à bout des séries que j’avais prévues pour le début de l’année que les 19 épisodes ont tous été dispo avec des sous-titres anglais. Et en plus, c’était au moment des vacances de printemps !fumo chitai

Fumo Chitai raconte l’histoire d’Iki Takeshi, personnage dont la vie est inspirée de celle d’un homme ayant réellement existé, Sejima Ryôzo (même si à chaque début d’épisode on a le message comme quoi c’est une fiction et que tout rapport avec des personnes réelles serait une coïncidence ^^). Iki est stratège dans l’armée japonaise et se trouve en Mandchourie à la fin de la deuxième guerre. Après la capitulation du Japon, il tente de convaincre les officiers d’abandonner le combat. Par un concours de circonstances, il ne quitte pas la Mandchourie alors qu’il aurait dû et est fait prisonnier comme de nombreux soldats japonais par les Soviétiques. I

ll va passer onze ans dans les camps de Sibérie avant de pouvoir regagner son pays et retrouver sa famille. Il faudra alors qu’il se réadapte à la société. Il décide de tirer un trait sur l’armée et se fait embaucher dans une société de commerce. Les années passant, il va devenir quelqu’un d’indispensable à la société et va gravir les échelons. Mais évidemment, un passé tel que le sien n’est pas oublié si facilement.

Le premier épisode du drama, qui dure près de deux heures, nous présente le personnage principal. L’histoire s’arrête juste comme il faut sur la période où il est prisonnier, de 1945 à 1956, avant d’enchaîner sur son retour au Japon et son début dans le monde des affaires. A partir du deuxième épisode, on est donc en plein dedans, et on suit la vie d’Iki Tadashi de 1956 au milieu des années 70. Oui, vingt ans ou presque, le nombre d’épisodes n’est donc pas superflu !fumo chitai

J’ai immédiatement aimé l’ambiance qui se dégage du drama, les images sont aussi belles que dans un film, et bien que la majorité des scènes se passe en intérieur, la reconstitution est vraiment convaincante. L’autre gros point fort de l’histoire, c’est l’évocation d’événements historiques et économiques qui sont liés à la carrière d’Iki : la guerre de six jours et ses conséquences sur le canal de Suez, l’affaire Lockeed, les partenariats de constructeurs automobiles japonais avec des constructeurs américains, la prospection de pétrole au Moyen-Orient pour subvenir aux besoins d’un pays à la croissance galopante… On est en plein coeur de l’histoire, et c’est vraiment passionnant de vivre cette époque et de voir comment le Japon est devenu une grande puissance.

Et au milieu de la grande Histoire, on a donc la vie d’un homme dans son entreprise, mais aussi avec sa famille, ses anciennes connaissances de l’armée et bien plus encore. Etant donné les différentes dimensions de l’histoire et la période sur laquelle elle s’étale, il est évident que le nombre de personnages est conséquent. Mais comme tout est bien construit et qu’on nous rappelle régulièrement leurs noms, on ne s’y perd pas du tout.

Je ne connaissais donc pas du tout Karasawa Toshiaki, qui incarne Iki Tadashi, et il m’a tout de suite convaincue. Evidemment, quand on est un ancien militaire avec un passé douloureux et qu’on devient businessman, on n’est pas vraiment du genre grand comique. ou beau gosse dragueur. Le personnage est sérieux, certes, mais ça ne l’empêche pas du tout d’être expressif. Et je dois dire qu’il a un certain charme qui me ferait presque aimer la raie sur le côté :p. il exprime ses sentiments la plupart du temps avec retenue, mais ils sont bien là, que ça soit la colère, l’enthousiasme, la déception ou la peine. Mais aussi la joie bien sûr, car si le drama est sérieux, ça n’est pas pour ça qu’il est triste, noir, pessimiste, au contraire. Iki a une vie bien remplie, et l’époque fait qu’on a l’impression d’être à un moment où tout est possible, où tout avance. Karasawa réussit donc parfaitement le défi de porter sur ses épaules une série de 19 épisodes.fumo chitaifumo chitai

Je ne vais évidemment pas énumérer tous les personnages, mais je vais quand même en citer pas mal. Car ils ont beau être nombreux, ils sont vraiment bien faits, et les voir évoluer sur une longue période leur donne vraiment une profondeur. Et c’est valable d’abord pour les deux personnages clé de la société Kinki. Le président Daimon, joué par Harada Yoshio, a tenu à recruter Iki personnellement, et sera donc le premier à le soutenir puis à le considérer comme un élément essentiel. Le personnage n’est pas sans réserver quelques surprises, surtout dans la dernière partie de l’histoire. Il y a ensuite Satoi, qui devient vice-président et se rend vite compte que quelqu’un qui réussit trop comme Iki est dangeureux. Il sera donc celui qui à l’intérieur même de la société lui mettra des bâtons dans les roues, mais il n’est pas qu’un simple méchant et s’avère être aussi intéressant. Sous ses airs un peu nonchalants, Kishibe Ittoku se révèle assez surprenant pour incarner son personnage quand il a des accès de colère.

Le troisième personnage clé chez Kinki, et mon deuxième gros coup de coeur de la série question acteur que je ne connaissais pas, c’est Hyôdo, joué par Takenouchi Yutaka. Le personnage m’a été sympathique dès ses premières apparitions, et j’ai donc vraiment apprécié que son rôle devienne essentiel dans ce qu’on pourrait appeler le dernier arc de l’histoire. Et je me demande encore comment, après plus de deux ans et demi à regarder des drama japonais, j’ai pu passer à côté de Takenouchi jusqu’ici !fumo chitaifumo chitai

En dehors de Kinki, mais toujours dans le monde des affaires, on retrouve Endô Kenichi dans le rôle de Samejima, éternel rival d’Iki. Dès qu’une grosse affaire est en jeu, c’est à qui sera le plus rapide et le plus futé pour faire remporter à sa société le contrat. Et Samejima n’a pas peur d’utiliser des méthodes peu catholiques. Mais bon, Iki n’est pas tout blanc non plus, c’est justement ça qui le rend plus vivant et plus crédible. Et il n’y a pas qu’au niveau des affaires que Samejima et Iki sont en conflit… Bref, là encore un personnage intéressant qui va au-delà du simple méchant.

Le journaliste Tawara, toujours à l’affût d’un sccop, surtout s’il s’agit de dénoncer les actes frauduleux des grandes entreprises, en premier lieu les pots de vin aux hommes politiques, est joué par Abe Sadao. Et si j’avais eu du mal au début avec le côté extravagant de ses rôles dans Tiger & Dragon ou Kisarazu Cat’s Eye (le premier surtout), il montre comme dans Unfair qu’il est plus que crédible dans des rôles sérieux. Le personnage n’est pas au premier plan mais il est indispensable à plusieurs moments, et là encore le développement de l’histoire nous permet de le voir évoluer.fumo chitaifumo chitai

Du côté de la vie personnelle d’Iki, il y a bien évidemment sa famille, avec en premier lieu sa femme, Yoshiko. Wakui Emi parvient à jouer un personnage qui est réservé mais pas du tout plat. On sent bien combien il a été difficile pour elle d’élever ses enfants sans savoir si son mari était encore vivant, et à quel point elle s’inquiète pour lui. On voit très peu le fils du couple, mais beaucoup plus leur fille, jouée par Tabe Mikako. Sans l’avoir beaucoup vue, cette jeune actrice m’est très sympathique et j’ai donc bien aimé le personnage de Naoko. En fait, il n’y a aucun personnage que je n’ai pas aimé ! Même quand ils sont « méchants », ils sont réussis et donc intéressants.fumo chitaifumo chitai

Pour rester dans les personnages féminins, il y a ensuite le personnage de Chisato, la fille de celui qui était le supérieur d’Iki dans l’armée. Impossible d’en dire plus à son propos sans spoiler, mais il va sans dire que j’ai encore une fois apprécié Koyuki. Ce rôle de femme à la vie un peu inconventionnelle pour son époque lui va vraiment bien. Et grâce à son personnage, la série prend une dimension supplémentaire qui la rend encore plus complète et plus appréciable.

Et Chisato n’est pas le seul personnage féminin non conventionnel : il y a aussi Beniko, hôtesse d’un bar où Hyôdo et Iki vont très souvent, qui se marie ensuite à un riche hommes d’affaires et a donc de nombreux contacts dans ce milieu. Je ne connaissais pas Amami Yuki et elle m’a fait très bonne impression, encore quelqu’un à revoir ! Il faut aussi que je mentionne la présence de Sasaki Kuranosuke (étonnant en moine) ou encore de Furuta Arata, parmi un certain nombre d’acteurs déjà croisés dans une ou plusieurs autres séries. Et puis pour citer un dernier nom que je ne connaissais pas, je mentionnerai Yanagiba Toshirô. On ne voit son personnage que dans quelques épisodes, mais je l’ai vraiment apprécié, ce qui n’est pas forcément donné avec l’uniforme de militaire ^^.Allez, c’est tout pour les personnages, je vous laisse le soin de découvrir le reste ! ^^fumo chitai

Il y a de nombreux événements dans la vie d’Iki et de sa société, et il n’est pas rare de voir les personnages à l’étranger, en particulier aux Etats-Unis. Il y a donc régulièrement des dialogues en anglais et si évidemment on peut sourire en entendant l’accent des acteurs (mais ça dépend lesquels, et en tant que Français on n’a pas de quoi se la ramener ^^), je trouve que ça rend vraiment les situations crédibles, étant donné que les événements sont inspirés de faits réels.

La bande sonore est signée Kanno Yûgo, compositeur qui a officié dans de nombreux drama. Ses OST ne font généralement pas partie de mes préférées, même si je dois dire que celles de SP ou M no higeki par exemple sont très efficaces. Mais là, franchement, il fait de l’excellent boulot, la musique est vraiment prenante, du début à la fin. Je vous laisse juger par vous-mêmes avec le thème principal ^^. La chanson thème est de Tom Waits, un chanteur dont j’entends parler depuis longtemps mais que je n’avais jamais eu l’occasion d’entendre. Sa voix est particulière, mais la chanson est vraiment belle, et avec les images du générique ça rend super bien.

Je pourrais encore écrire pas mal de paragraphes pour vous dire tout le bien que je pense de ce drama, mais ça ne servirait pas à grand chose ^^. C’est vraiment une excellente découverte pour moi, ou plutôt je sentais que ça allait me plaire et ça a bien été le cas, au-delà de mes espérances même. J’ai regardé les épisodes deux par deux au moins, donc au bout du compte la série n’a pas fait plus long feu qu’un drama de durée normale. L’histoire se renouvelle toujours et la qualité est vraiment constante par rapport au nombre d’épisodes. L’ambiance visuelle et sonore est excellente, on est tout de suite immergé, et au niveau personnages, la quantité s’allie à la qualité.

Si vous vous en fichez de l’économie, des affaires, de l’histoire, de la stratégie, c’est sûr que vous n’apprécierez pas. Mais le drama ne s’arrête pas là, il a aussi une dimension très « humaine » , avant tout grâce à son personnage principal. Dans tous les cas, ce drama mérite vraiment qu’on lui donne sa chance, c’est une réussite totale. Fuji TV pouvait pas trouver mieux pour fêter son 50ème anniversaire ^^.

1 commentaire sur [Drama] Fumo Chitai

  1. Commentaires laissés sur l’ancienne version du blog

    Comme d’habitude, j’ai du retard lecture et tu viens de piquer ma curiosité (une fois de plus) avec ce drama qui compte 19 épisodes ^0^. Je me tiens peu au courant des nouveautés j-dramas, à tort puisqu’apparemment celui-là vaut le détour. Tu fais la comparaison avec « Karei Naru Ichizoku », c’est vrai que c’est pas le genre d’ambiance qu’on retrouve souvent dans un drama. Bon, encore un à rajouter ^^. Ce sera pas pour tout de suite vu que j’essaye de me mettre à jour dans les anciens mais il m’intrigue au plus haut point. Dans le casting, je reconnais quelques têtes dont Koyuki qui a l’air hautaine, ça promet.
    Merci pour la découverte ^_^.

    PS : la musique me botte bien itou.

    Écrit par : Lynda | 04.06.2010

    Je suis vraiment contente si j’ai pu éveiller ton intérêt ! Enfin, vu que tu regardes des dramas de genres assez différents, tu n’es sûrement pas la plus difficile à convaincre ! ^^ Et puis le fait qu’il soit plus long ne doit pas te faire peur vu que tu es habituée aux dramas coréens (d’ailleurs j’ai vu que tu en suivais un de 70 épisodes o_O ^^).
    Koyuki a l’air hautaine c’est sûr, après si comme moi on l’aime bien, on trouve que c’est une façon d’avoir la classe ^^.
    Même si c’est une grosse production ce drama n’a pas fait beaucoup parler de lui, déjà y’a pas de Johnny’s et en plus les thématiques attirent pas forcément. Mais bon, faudrait pas croire non plus qu’il faut avoir un doctorat en histoire économique du Japon pour comprendre, donc c’est dommage de passer à côté pour ça ^^.

    Écrit par : Katzina | 09.06.2010

    J’ai mis la main sur les liens. C’est vrai que le manque de « Johnny’s » n’est pas fait pour aider à découvrir le drama. Et ne dis pas ça parce que je suis déçue. Mais la plupart des addict aux dramas sont très jeunes, du coup, la demande se dirige naturellement vers les histoires plus légères. On pense aussi à tort que ce genre là très sérieux n’est pas accessible. Perso, j’ai eu un peu peur en me lançant dans « Karei Naru Ichizoku », je craignais de ne pas comprendre l’anglais utilisé, au départ j’ai du utiliser le dico pour saisir quelques termes techniques. Pourtant, le drama figure maintenant parmi mes préférés.
    Enfin bref, je reviendrai écrire mes impressions une fois visionné.

    PS : J’ai encore reconnu une autre tête, me semble qu’il y a l’actrice de « Around 40 », je vais finir par connaitre tout le casting ^^

    Écrit par : Lynda | 12.06.2010

    Oui, en effet c’est bien Amami Yuki, je l’ai bien aimée et c’est aussi ça qui me donne envie de voir Around 40 ^^.
    Donc j’espère que je pourrai compter sur toi pour faire connaître un peu plus le drama. J’ai hâte de savoir ce que tu en auras pensé ! Mais bon, je sais bien que tu dois avoir plein d’autres choses au programme avant ^^.

    Écrit par : Katzina | 13.06.2010

    6 mois après, j’entame le premier épisode ! Je reviens ici relire la fiche pour me mettre en tête tous les personnages. J’avais oublié qu’il faisait 1h54, du coup j’en ai vu qu’un. Mais pour l’instant, j’apprécie bien l’ambiance, l’acteur principal (et le reste du casting). Bref, j’ai plus qu’à apprécier la suite et découvrir le parcours étonnant de cet homme.

    Écrit par : Lynda | 04.01.2011

    J’espère que tu vas continuer d’apprécier ton visionnage et j’ai hâte de lire ce que tu en penses en détail !
    Rien que d’y repenser ça me donne presque des frissons, le début de l’histoire en Sibérie est vraiment marquant. J’y ai repensé quand j’ai survolé la région pour aller au Japon l’été dernier ^^.

    Écrit par : Katzina | 07.01.2011

    Très bon drama, effectivement. La fin n’était pas celle que je subodorais mais elle est, après réflexion, logique et cohérente avec la personnalité d’Iki. Les stratégies mises en oeuvre par celui-ci à différentes périodes de l’histoire contemporaine du
    Japon sont captivantes à suivre (particulièrement à l’époque de la guerre des six jours et lors des tractations pour obtenir la mainmise sur un forage iranien).
    J’ai apprécié aussi le fait qu’aucun personnage n’est vraiment détestable (Satoi a bien trop de faiblesses pour cela et apparaît de plus en plus pathétique).

    Ce blog m’est bien utile pour me guider dans mes visionnages de dramas japonais, il m’a permis déjà de faire quelques belles découvertes, dont cette série. Je t’en remercie.

    Écrit par : Greg | 20.02.2011

    Ca m’a fait très plaisir de lire ton commentaire ! C’est chouette de savoir que mon article t’a permis de découvrir un drama qui t’as plu ^^.
    En effet, Satoi n’est pas qu’un simple ennemi d’Iki et on ne peut pas le détester. C’est vraiment admirable de voir que les personnages sont subtils même s’ils sont nombreux.
    J’espère que tu pourras faire d’autres découvertes grâce à mes modestes articles, et n’hésite pas si tu as des séries à conseiller ! ^^

    Écrit par : Katzina | 23.02.2011

    Même si j’ai un énorme retard, je suis toujours avec enthousiasme les aventures d’Iki. J’arrive à un tournant dans l’histoire puisque le héros va enfin (semble t-il) se mettre à la poterie (j’écris ça comme ça pour ne pas spoiler ^^). Comme tu le souligne, il y a une galerie incroyable de personnages, j’ai pleuré comme une madeleine lors du départ de l’un d’entre eux (une histoire de train) et puis d’autres me touchent comme ce gars qui n’a pas eu de chance (le sacrifié au sourire exagéré), dès que je vois sa tête, je me sens triste pour lui. Il n’apparait pas dans tous les épisodes mais ce bonhomme m’a marquée !
    Voilà pour les impressions du moment ^^.

    Écrit par : Lynda | 25.02.2011

    Justement, je me demandais où tu en étais de la série et comment tu la trouvais ! Excellent le coup de la poterie ! ^^ Pour le train moi aussi ça m’a beaucoup marquée, ce n’est pas un personnage que l’on voit longtemps pourtant mais c’est bouleversant. Bonne suite et bonne fin de visionnage ! 🙂

    Écrit par : Katzina | 27.02.2011

    Tout d’abord merci beaucoup pour cette recommandation drama-esque qui aura dépassé toutes mes espérances !

    Fumou Chitai m’a vraiment bluffé et fasciné par l’extrême densité de son récit : il y aurait tellement de choses à dire sur cette galerie dense de personnages, sur ces thématiques de reconstruction économique, sur le traumatisme de la détention en Sibérie… La reconstitution historique est passionnante, vivante. Les personnages sont riches. Il y a du suspense, il y a de l’émotionnel ; on applaudit, on pleure.. C’est une fresque intense magnifique.

    Bref, je te rejoins totalement dans tous les aspects que tu éclaires dans cette review. ^_^

    Du côté des acteurs, j’ai retrouvé avec beaucoup mon duo de BOSS, Amami Yuki et Takenouchi Yutaka. Et l’acteur principal, que j’avais apparemment croisé une fois (mais bon, il portait une affreuse perruque donc forcément, physionomiste comme je suis, je n’avais pas fait le rapprochement ^^’), m’a également impressionné.

    En résumé : superbe !

    (Et très belle critique pour un drama qui le mérite vraiment 😉 )

    Écrit par : Livia | 20.04.2011

    Je suis super contente que tu sois venue ici pour partager tes excellentes impressions !
    Moi aussi il m’est déjà arrivé de penser découvrir un acteur alors que je l’avais déjà vu auparavant, dans des rôles secondaires la plupart du temps. Je n’ai revu Karasawa Toshiaki qu’en tant que guest dans Galileo depuis, mais il faut vraiment que je le voie dans d’autres séries.
    Et puis Fumo Chitai m’a permis de découvrir aussi Takenouchi Yutaka, lui par contre je l’ai vu dans pas mal de séries maintenant, c’est vraiment un de mes chouchous ^^.
    J’espère qu’on aura d’autres belles découvertes comme cette série ou Mousou shimai à se faire partager 🙂

    Écrit par : Katzina | 21.04.2011

    Tu as vraiment su nous convaincre avec ce drama. Je suis gênée quand je vois la date de mes précédentes interventions, il s’est écoulé un paquet de temps entre mon visionnage du premier épisode et la parution de l’article. Je comprends que t’ai pu être choquée en voyant cette sortie inattendue ^^.

    Écrit par : Lynda | 15.06.2011

    Choquée, c’est un bien grand mot ^^. J’étais plutôt curieuse de lire enfin ce que tu avais pensé du drama ! Mais je comprends qu’on puisse mettre du temps à le regarder, et pas seulement parce qu’il est plus long que la moyenne des drama japonais. Moi je l’avais regardé super vite, mais c’est parce que mon état d’esprit et mon emploi du temps s’y prêtaient ! ^^

    Écrit par : Katzina | 19.06.2011

    Bonjour,
    j’ai très envie de voir ce drama mais impossible de trouver des liens… Pourriez-vous m’aider?
    merci d’avance. je viens de decouvrir votre blog et il y a pas mal de dramas que j’ai envie de visionner grace à vous. (je n’ai qu’un an de dramatage et besoin d’aide pour une selection de qualité, vous semblez être idéale pour ce faire ^^)

    Écrit par : sabishii | 04.02.2015

    Les temps sont durs en ce moment, n’est-ce pas ? ^^
    On dirait que le tracker Asia Torrents a ça, sinon je ne vois pas (je ne suis pas à jour dans mes sources de ravitaillement depuis que d-addicts n’est plus -__-). Ce tracker n’est ouvert aux inscriptions qu’occasionnellement, si besoin il me reste une invitation :).
    Je suis très heureuse de savoir que mes articles drama sont utiles, en tout cas ! 🙂

    Écrit par : Katzina | 05.02.2015

    Merci pour votre réponse rapide ! 🙂

    Je vais donc tenter ma chance sur Asia torrents et reviendrais vous embêter su jamais les inscriptions sont fermées…
    Oui, je trouve vos articles sur les dramas très bien écrits et intéressants (les autres sur le Japon aussi d’ailleurs), et comme quelqu’un qui a posté plus haut, je trouve le public de dramas trop juvénile bien souvent et ce que je recherche ne correspond pas à la majorité des dramas proposés sur leur blogs.. Heureusement, il y a la Suzaku-Drama fansub..et vous!^^
    Je vous souhaite une bonne journée!

    Écrit par : sabishii | 05.02.2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*