21 janvier 2018

[Drama] Konshuu, tsuma ga uwaki shimasu

konshuu tsuma ga uwaki shimasu

Titre japonais : 今週,妻が浮気します

Nombre d’épisodes : 11

Diffusé en : Hiver 2007

Chaîne de diffusion : Fuji TV

Fiche : DramaWiki

En me baladant de fiche acteur en fiche drama sur le DramaWiki, j’ai repéré cette série dont le nom a tout de suite attiré ma curiosité : Ma femme va me tromper cette semaine, ce n’est quand même pas commun ! Le casting me tentait pas mal, et d’après le synopsis on pouvait s’attendre à une bonne petite comédie. J’ai donc ajouté le drama sur ma liste, et je me suis vraiment décidée à le visionner quand je me suis rendu compte que l’OST était signé Satô Naoki.

Doudou Hajime, la trentaine, semble avoir tout pour être heureux : un travail qu’il apprécie et dans lequel il s’investit, une très belle femme et un mignon petit garçon de six ans. Mais sa vie de couple et de famille va être remise en cause le jour où il va découvrir par hasard que sa femme échange des mots doux avec un homme qui lui a donné rendez-vous dans un hôtel le samedi suivant. Va-t-elle vraiment le tromper ? Y’a-t’il un moyen de l’en empêcher ? Hajime, qui a toujours été un bon et fidèle mari pendant huit ans, se demande ce qu’il a fait pour mériter ça.

Ne sachant pas du tout comment réagir, il va aller demander conseil sur un forum, en intitulant son message Konshuu, tsuma ga uwaki shimasu. Le fait de demander de l’aide à des inconnus pour ses histoires de coeur vous fait penser à un autre drama ? Densha otoko, au hasard ? ^^ Il se trouve que Konshuu, tsuma ga uwaki shimasu est lui aussi l’adaptation d’un récit basé sur des faits réels.konshuu tsuma ga uwaki shimasu

Les avis que Hajime lit suite à son message sont très variés,  et il reçoit également le soutien de son ami et collègue Todoroki. Les jours passent, Hajime n’ose pas se confronter directement à sa femme, et ne parvient à obtenir d’elle aucune information supplémentaire par voie détournée. Alors qu’il n’y aurait pas du tout fait attention avant, plein de petits trucs le font douter. A-t-elle vraiment un amant ? Depuis quand ? Va-t-elle demander le divorce ? Le jour fatidique va finir par arriver, et Hajime doit décider comment il va agir.

Autant le dire tout de suite, il n’est pas question d’attendre la fin du drama pour avoir la réponse. Heureusement, car 11 épisodes pour quelques jours seulement, ça aurait sûrement été longuet. La vérité nous est révélée au bout de quelques épisodes, et va conditionner la suite de l’histoire et ses nombreux rebondissements.

C’est Yusuke Santamaria qui tient le rôle principal, et sans surprise il s’en sort bien dans le rôle du bon gars dévoué qui trouve  qu’il a bien de la chance d’avoir pu épouser une femme si brillante. Mais il a quand même sa fierté, Hajime, et on a vite l’impression que c’est juste l’idée d’être cocu qui le dérange plutôt que le fait d’avoir peut-être perdu l’amour de sa femme. Cette fierté pas très bien placée est aussi visible dans la façon dont il va aborder ses problèmes conjugaux avec sa mère. Et puis, il n’est peut-être pas tant un bon mari que ce qu’il croit, dans le fond. Avec le train-train quotidien, on laisse passer beaucoup de choses… Mais je crois que ce que j’ai le moins aimé dans son personnage, c’est la façon dont il se laisse embarquer dans des affaires pas possibles par les autres (souvent son collègue Shiho qui tente de cacher son infidélité à sa femme). C’est du ressort comique super classique, et c’est un peu lassant de voir des personnages de ce genre.konshuu tsuma ga uwaki shimasu

Ishida Yuriko est la jolie Tôko, la femme de Hajime, qui a gardé son nom de jeune fille (Saegusa) à son travail. Car oui, contrairement à un grand nombre de femmes mariées et mères, Tôko a conservé son activité professionnelle, et il lui faut donc concilier travail et famille au quotidien. Au début du drama, le doute plane sur elle et il est donc difficile de la cerner. Même par la suite, son comportement n’est pas toujours compréhensible et j’ai eu du mal à éprouver de la sympathie pour elle.konshuu tsuma ga uwaki shimasu

En fait, j’ai trouvé que le couple principal manquait vraiment d’alchimie, alors qu’on nous dit dès le départ qu’ils ont fait un mariage d’amour et qu’ils forment un couple modèle. Pourtant, à voir comment chacun d’eux réagit, on a l’impression qu’ils ne se connaissent pas. Je sais que le manque de communication est un problème très courant dans un couple, et c’est clairement le cas ici, mais on n’a vraiment pas l’impression qu’ils ont passé huit ans sous le même toit et eu un enfant ensemble. On finit par ressentir leur attachement, mais seulement dans les derniers épisodes, et c’est donc un peu trop tard.

Du coup, les nombreux rebondissements ne sont pas toujours convaincants et ressemblent plus à du remplissage qu’autre chose. Et puis, quand on manque d’idée du côté des histoires de couple, on va du côté des histoires de boulot. Bien que la petite équipe de journalistes dirigée par Hajime soit bien sympathique comme je vais le dire juste après, c’est du déjà-vu. Oh mon Dieu on a un méga problème, allez hop tout le monde se sert les coudes, oh super le problème est réglé on est sauvé tout le monde il est gentil.konshuu tsuma ga uwaki shimasu

Parmi les collègues de Hajime, il y a donc Tadokoro. Si je me souviens bien, les deux hommes se connaissent de longue date car ils étaient à l’université ensemble. Célibataire et fier de l’être, Tadokoro va d’abord conseiller à Hajime de sauter sur l’occasion qui se présente pour larguer sa femme et retrouver sa liberté de mâle. Mais il va ensuite penser en priorité au bonheur de son ami, et son soutien va être très important. Y’a pas à dire, Sawamura Ikki est toujours aussi sympa, et j’ai trouvé son personnage vraiment chouette.

Tamako, une autre journaliste de l’équipe que supervise notre possiblement cocu de héros, casse une peu l’image de l’office lady japonaise avec son look plus que décontracté. Elle va apporter à Hajime un point de vue féminin sur ses problèmes, marqué par sa propre expérience étant donné qu’elle a elle-même divorcé après avoir été trompée. Je gardais un très mauvais souvenir du rôle de Tomosaka Rie dans Anego, et je me souviens à peine d’elle dans Tokyo DOGS. J’ai donc été très agréablement surprise de trouver Tamako si sympathique et très naturelle. Elle n’est qu’un personnage secondaire, mais comme je n’ai pas complètement adhéré aux personnages principaux, sa présence et celle de Tadokoro étaient vraiment bienvenues.konshuu tsuma ga uwaki shimasu

Enfin, chez Gendai Kouron, la revue pour laquelle Hajime travaille, il y a Shiho, qui s’occupe des affaires légales et qui est au courant de tous les petits détails qui peuvent jouer dans une affaire de divorce. Il se sert de Hajime comme couverture pour cacher ses infidélités à sa femme, mais il y a un moment où ça ne va plus passer. Nishimura Masahiko est assez marrant dans le rôle, et Hirota Leona avec sa voix si particulière rend très bien le côté excentrique et un peu flippant de sa femme, mais les situations créées autour de ces deux personnages restent assez convenues et m’ont fait au mieux sourire.konshuu tsuma ga uwaki shimasu

konshuu tsuma ga uwaki shimasu

En fait, j’ai trouvé que le drama ne parvenait pas la plupart du temps à trouver un équilibre entre comédie et questions plus sérieuses autour du couple, du mariage et de la famille, et qu’on ne parvient pas trop au bout du compte à cerner le type de message qu’on veut nous transmettre sur ces sujets. C’est impossible de détailler sans trop en dévoiler, mais sans pour autant virer au grand drame je pense qu’on peut exploiter mieux ces sujets de société essentiels, en faisant autre chose que de se contenter de suivre le schéma je te vire, je te dis de revenir, je me barre, je reviens, etc. Il y a bien des éléments intéressants, mais ils se perdent un peu au milieu du reste et ne sont pas exploités jusqu’au bout.konshuu tsuma ga uwaki shimasu

Genre, c’est quoi ce truc de dire que quand une femme trompe son mari c’est sérieux parce qu’elle est forcément amoureuse de son amant, alors que quand un mari trompe sa femme, c’est jamais sérieux ? Encore une manière de dire que l’infidélité des hommes est normale et pas celle des femmes ? Et puis, si Tôko est généralement vue comme une femme admirable car elle est restée active après être devenue mère, dès que les choses ne vont pas les réflexions arrivent vite et on nous donnerait presque l’impression qu’elle fait un caprice à vouloir travailler. Que ce soit ses supérieurs qui lui disent ça, la faute aux mentalités qui n’évoluent pas, mais qu’on insinue que si elle ne travaillait pas elle n’aurait pas de problèmes de couple sans parler de ce que son travail peut apporter au couple, ne serait-ce qu’économiquement parlant… Bref, je ne vais pas non plus faire une dissert là-dessus !konshuu tsuma ga uwaki shimasu

Si je n’avais pas su que c’était Satô Naoki qui a composé l’OST du drama, j’aurais sûrement mis du temps à reconnaître ses musiques, qui n’ont évidemment pas le côté dramatique ou épique de Ryômaden ou Hagetaka. C’est globalement très plaisant, et je pense que la musique m’aurait encore plus marquée si j’avais plus accroché aux situations comiques ou aux autres aspects du drama. Je n’ai par contre pas du tout accroché aux chansons de l’opening et de l’ending, toutes deux signées Crazy Ken Band. Celle de l’opening m’a même carrément agacée, et s’il avait été plus long je l’aurais passé à coup sûr à chaque épisode. Le chanteur ne fait que répéter « tasukete » (à l’aide), ce qui certes convient très bien au contexte mais manque cruellement de variété. Dernier élément musical : l’insert song, que j’ai vraiment beaucoup aimé. Il est signé My Little Lover, groupe dont fait partie Kobayashi Takeshi, qui compose pour Salyu. Une belle découverte !

Vous l’aurez compris, j’ai été déçue par Konshuu, tsuma ga uwaki shimasu et le drama n’est clairement pas à classer du côté de mes coups de coeur. j’aurais aimé dénicher une petite perle méconnue, mais ça ne peut pas marcher à tous les coups ! J’ai vraiment eu du mal à me concentrer sur les histoires du couple principal, et les situations comiques ou professionnelles sont bien trop conventionnelles pour rattraper le coup et créer un réel intérêt. Côté divertissement, j’ai vu beaucoup mieux, et côté « questions de société », ça ne va pas assez loin.

Ce n’est pas un drama complètement affreux, l’interprétation est globalement bonne et à l’exception des génériques l’ambiance sonore est réussie, mais je dois dire que même si ça s’arrange un peu dans le dernier tiers j’ai franchement traîné des pieds pour le regarder. Et s’il n’y avait pas eu Tadokoro et Tamako, j’aurais sûrement considéré plus sérieusement la possibilité d’abandonner le drama même si cela n’est pas dans mes habitudes. A vous de vous faire votre idée selon votre façon d’aborder un drama, mais je crois qu’il y a pas mal d’autres choses à voir en priorité ^^.

1 commentaire sur [Drama] Konshuu, tsuma ga uwaki shimasu

  1. Commentaires laissés sur l’ancienne version du blog

    Bonjour Tata Katzina 😉
    Lorsque l’on pense que l’on va dénicher une perle et que ce n’est pas le cas, la déception n’est-elle pas plus grande encore? Du moins, c’est mon cas lorsque je suis confrontée à cette situation. Ce drama m’était inconnu, alors je te remercie pour cet avis. Peut-être que je le regarderai un jour, j’aime bien les questions de société (et tant pis si elles ne sont pas suffisamment développées ici, d’après ce que tu en dis)… et je suis surtout curieuse de savoir si elle va le tromper ou pas au final. (^^) De plus, le casting me paraît intéressant.

    Écrit par : Dramafana | 20.06.2012

    Hé oui, tata depuis 3 semaines à l’heure où je réponds à ton commentaire ! 🙂
    Je suis bien contente si j’ai réussi à éveiller ta curiosité même si je ne fais pas l’éloge de ce drama ! Même si personnellement j’ai été déçue, ce n’est pas une horreur sans nom donc c’est vrai que je ne voyais pas de raison de m’acharner dessus et de couper l’envie de le voir à tous les lecteurs.
    En effet, le casting est intéressant ! Parfois, ça suffit ^^.

    Écrit par : Katzina | 10.07.2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*