25 juin 2018

[Drama] Kyôgû

kyogu

Titre japonais : 境遇

Diffusé le : 3 décembre 2011

Chaîne de diffusion : TV Asahi

Fiche : AsianWiki

Juste après avoir regardé Shokuzai, qui est tiré d’un roman de Minato Kanae, j’ai appris que deux autres oeuvres de l’auteure avaient déjà été adaptées sous des formes différentes. La première, Kokuhaku, a donné naissance à un film (également connu sous son titre anglais Confessions), que j’avais repéré il y a pas mal de temps grâce à son OST alléchant et qui est sur ma liste de films asiatiques à voir. Comme pour une raison mystérieuse j’ai toujours du mal à me décider à regarder un film, j’ai décidé de regarder d’abord la deuxième adaptation, qui est cette fois un tanpatsu. Je sais que c’est complètement débile, car il n’y a aucune vraie différence entre film et téléfilm, surtout pas au niveau de la durée, mais c’est comme ça ! ^^ En fait, je crois que j’ai eu envie de voir Kyôgû d’abord car il est très récent et que le cast me tentait bien par rapport à mes derniers visionnages.kyogu

Takakura Yôko, mariée et mère d’un petit garçon de cinq ans, Yûta, a publié un livre pour enfants qui connaît un grand succès. L’histoire qu’elle y raconte semble ne pas avoir été complètement inventée et est liée à son amie de toujours Harumi, qui comme elle a été élevée dans un orphelinat après avoir été abandonnée à la naissance. Un jour, le fils de Yôko disparaît, et son kidnappeur réclame que Yôko « révèle toute la vérité ». Mais la vérité sur quoi ? L’enlèvement a-t-il un rapport avec les histoires de pots-de-vins dans lesquelles le père de Yûta, candidat pour un siège de député, est soupçonné de tremper ? En se mettant à la recherche de l’enfant, Yôko et Harumi se retrouvent sur la piste d’une mystérieuse femme. Est-elle la ravisseuse ? Qu’a-t-elle à voir avec Yôko ou sa famille ?kyogu

On ne tente pas de cacher à tout prix au spectateur l’identité du coupable jusqu’à la dernière minute, bien au contraire. Très tôt dans l’histoire, on laisse volontairement peser des soupçons sur une personne en particulier, et ces spouçons seront vérifiés bien avant que les personnages principaux découvrent l’entière vérité. L’intérêt de l’histoire se situe donc entièrement dans les motivations du kidnappeur. Sans être complètement imprévisible, l’histoire qui se dessine petit à petit est poignante, et illustre à travers le passé comme à travers le présent à quel point au Japon un individu est lié à son groupe et aux actions des membres de celui-ci, que ce soit sur le plan personnel ou professionnel. Cela semble peut-être un peu obscur dit comme ça, mais je ne voudrais pas en dire trop ^^.kyogu
kyogu

Matsuyuki Yasuko et Ryo, tenant respectivement les rôles de Yôko et Harumi, se montrent (sans grande surprise ^^) tout à fait convaincantes et sont entourées d’acteurs et actrices dont l’interprétation est elle aussi solide. On retrouve Sawamura Ikki dans le rôle du mari de Yôko et père du petit Yûta. Il est destiné à être le successeur d’un député incarné par Kishibe Ittoku, dont la secrétaire (Tabata Tomoko, vue dans Tentai kansoku) va avoir un rôle à jouer dans l’histoire.kyogu

kyogu

Shirakawa Yumi est la belle-mère de Yôko et ne se montre pas vraiment tendre avec elle, honneur de la famille oblige. On peut retrouver parmi les autres personnages Ishida Ayumi et Nogiwa Yôko. Enfin, les rôles de Yôko et Harumi adolescentes, que l’on peut voir dans des flash-backs, sont endossés par Tanimura Mitsuki et Ichikawa Yui.kyogukyogu

Le téléfilm dispose d’une bande sonore agréable signée S.E.N.S. (Aoi Tori), et d’une réalisation simple mais soignée mettant bien en valeur les images du passé ainsi que les lieux où se déroulent l’histoire. Il m’a bien semblé reconnaître la ville de Matsumoto (vue dans Ohisama) avec son château et ses montagnes.kyogu

kyogu

Si Kyôgû est moins prenant que Shokuzai, je l’ai tout de même bien apprécié, et l’histoire de Yôko ne m’a pas laissé indifférente. S’il n’a rien d’une comédie, le tanpatsu n’est pas non plus complètement noire, et le format permet de n’avoir aucune longueur. A mettre de côté pour regarder entre deux renzoku ^^.

1 commentaire sur [Drama] Kyôgû

  1. Commentaires laissés sur l’ancienne version du blog

    En effet, cela m’a l’air bien intéressant. Tu révèles suffisamment de choses pour éveiller ma curiosité. Les captures sont superbes. J’ai bien pris note et j’essaierai de le caser, comme tu le suggères, entre 2 renzoku. (^^) Merci pour cette trouvaille.

    Écrit par : Dramafana | 28.04.2012

    Je suis contente d’avoir attiré ta curiosité, j’espère que tu apprécieras !
    Souvent je râle quand je dois prendre moi-même des captures d’écran car ça peut prendre énormément de temps, mais là sur une durée courte et avec de si jolis décors à la clé, je n’ai pas hésité ! ^^

    Écrit par : Katzina | 30.04.2012

    Merci pour cette découverte. Je ne connaissais pas du tout et ça m’intéresse plutôt pas mal. Bon, j’ai quand même Shokuzai à caser avant. N’empêche, l’auteure semble toujours utiliser des thématiques ayant un lien plus ou moins éloigné avec la vérité.

    J’ai justement regardé Kokuhaku l’année dernière et je l’ai adoré. Je te le conseille très fortement car il change nettement de ce qui se fait au cinéma japonais, notamment en raison de son visuel très abouti. L’intrigue est en plus solide bien que difficile et il y a plein d’acteurs sympas dont la jolie petite Ashida Mana.

    Écrit par : Kerydwen | 28.04.2012

    En effet, il semble y avoir toujours de lourds secrets dans les histoires de Minato Kanae. Il va falloir que je vérifie comme cela est abordé dans Kokuhaku ! Si toi aussi tu me le conseilles vivement, je vais me faire une soirée film bientôt ^^.

    Écrit par : Katzina | 30.04.2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*