10 décembre 2018

Emakimono et tapisserie de Bayeux – Dessins animés du Moyen-Âge

bayeux

Lors d’un petit week end en Basse-Normandie fin novembre, j’ai eu l’occasion de refaire un petit tour à Bayeux. La ville avait un air bien différent de la dernière fois où j’y étais passée, en plein été. Cette fois, j’y étais pour aller admirer la fameuse tapisserie attribuée à la reine Mathilde, épouse de Guillaume le Conquérant.

J’avais déjà vu cette tapisserie, mais il y a bien longtemps (en 1994 !). Je me souvenais assez bien de son aspect général, surtout des couleurs, mais pas du tout des détails. L’audioguide est compris dans le billet d’entrée, et le commentaire est vraiment bien fichu. J’ai parcouru une première fois la longue tapisserie en l’écoutant, et je l’ai refaite une deuxième fois pour l’observer plus en détails.

L’oeuvre parait étonnamment moderne par la façon dont les personnages sont mis en scène. On a vraiment une impression de perspective, et on a presque l’impression de voir les chevaux et les soldats avancer pendant les scènes de combat. Bref, on a du mal à croire qu’elle a près de 1000 ans ! Je connais très mal l’époque de Guillaume le Conquérant (en même temps, on ne peut pas dire qu’il y a une période historique que je connais bien !). Mais je dois dire que j’ai une certaine sympathie pour le personnage, bien que le mot soit peut-être un peu fort. On est Normand ou on ne l’est pas ! :p

Le but de cette visite était aussi de voir l’exposition qui a lieu en ce moment au musée jusqu’à la fin de cette année 2011 (qui est toute proche, je sais, comme d’hab je suis à la bourre pour publier mes billets -_-) et qui s’intitule : Emakimono et tapisserie de Bayeux – Dessins animés du Moyen-Âge. La Normandie et le Japon  côté à côté ? Génial !

L’exposition est en effet très intéressante, et voir un des rouleaux peints représentant une procession des cent démons m’a rappelé mon cours de Japon contemporain de première année où l’on avait travaillé avec le film Pompoko comme support. Et puisqu’on parle de l’Inalco, il se trouve que l’exposition a été réalisée avec la collaboration d’Estelle Leggeri-Bauer, qui enseigne l’histoire de l’art japonais (je n’ai pas eu l’occasion de suivre ses cours, il y avait tellement d’options intéressantes en 2ème et 3ème année !). Et puisqu’on parle des studios Ghibli, c’est apparemment Takahata Isao en personne qui a suggéré l’idée d’une telle exposition.

Le seul problème de l’exposition est qu’on en fait bien vite le tour. Les bornes interactives sont vraiment bien fichues, mais je préfère toujours pour ma part voir de vrais objets ou oeuvres. C’est dommage, mais c’est vraiment chouette qu’un tel rapprochement historique ait été fait. C’est peut-être compliqué pour les gens qui habitent loin d’aller à Bayeux juste pour ça, mais en même temps c’est bien qu’il se passe des choses en dehors de la capitale :).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*