19 novembre 2018

[Japon 2010] Jour 7 : Harajuku et feu d’artifice à Itabashi

tokyo yoyogi

Samedi 7 août, direction Harajuku. C’est l’un des quartiers deTôkyô dont on entend le plus parler, mais pas un de ceux que j’étais le plus impatiente de découvrir. Normal quoi : on dit que c’est le quartier de la jeunesse branchée, moi je suis ni jeune, ni branchée ! :p Mais il s’avère pourtant que j’ai beaucoup aimé le quartier et que j’y suis retournée deux fois.

Bizarrement, je n’ai pas pris beaucoup de photos, que ce soit lors de cette première fois ou les suivantes. J’aurais pu déjà prendre la jolie petite gare qui a un côté très occidental et champêtre… Il y a des fois où je sais d’avance que je n’arriverai pas à prendre un cliché correct alors je m’abstiens ^^.

Pour cette découverte de Harajuku, nous avons commencé par descendre la Takeshita doori, jalonnée de magasins de fringues et de chaussures et évidemment bourrée de monde. Nous sommes tombées par hasard en sortant du petit resto où nous avons pris notre petit déjeuner sur le Tôgô Jinja. Il y avait à l’entrée beaucoup de jeunes filles en yukata toutes  rassemblées, mais je ne sais pas si c’était vraiment une occasion particulière.

Et au sanctuaire en lui-même, nous avons assisté à la procession d’un mariage shintoïste. Même si d’autres personnes qui comme nous se trouvaient là par hasard ont pris des photos, je n’ai pas osé. C’était beau et impressionnant, mais je trouvais ça déplacé de sortir mon appareil. Parce que franchement, j’aimerais pas que des touristes se ramènent à ma cérémonie de mariage et prennent des photos dans tous les sens ^^. Mais je suis vraiment contente d’avoir pu voir ça, c’était un excellent hasard !

En continuant à suivre Takeshita doori, nous sommes ensuite arrivées à hauteur de la Meiji doori, nous l’avons traversée et dans les petites rues qui suivent nous avons pu découvrir une autre facette du quartier. Toujours des boutiques de mode (y compris des vêtements d’occasion), mais plus espacées, avec moins de monde, un peu de verdure. De vrais petits airs de village quoi, vraiment sympa.harajuku omotesando

Un moment après, nous avons fini par atterrir dans Omotesandô. En même temps, dur de louper cette grande avenue en étant dans le quartier ! Une petite visite au fameux Oriental Bazar s’imposait ! Et il y en a eu d’autres par la suite. A deux pas de là se trouve un Kiddy Land de cinq étages, oùnous sommes bien évidemment allées faire un tour. Je prévois de faire d’autres articles pour parler de tous mes achats, ça me permet de pas trop me disperser dans les notes où je raconte mes visites jour par jour ^^.

Nous avons quitté le quartier vers 17h30 pour nous rendre du côté d’Itabashi. Dans mes recherches pour trouver les dates et les lieux des multiples feux d’artifice de la ville, j’avais en effet repéré celui-ci, qui était un jour où nous étions libres et qui en plus était pas loin du tout de Warabi. Dès Ikebukuro, le train a été bondé, et une fois arrivées à destination, nous n’avons eu qu’à suivre la foule !tokyo itabashi

Nous sommes allées sur une sorte de grand talus, qui ne devait pas être bien loin de la rivière. Tous les gens étaient installés dans l’herbe, sur les bords du chemin. Au loin, des immeubles déjà éclairés car il faisait presque nuit, un pont où des trains eux aussi tout illuminés ne cessaient de passer. Le chant des cigales, le bruit des sandales de bois des jeunes filles et jeunes gens en yukata…japon feu artifice

Je ne pensais pas que le spectacle durerait si longtemps, il a bien dû durer une heure en fait. On est parti un peu avant la fin, pour éviter le plus gros de la foule (on a eu l’occasion une semaine après d’en avoir un énorme, un bain de foule ^^). Evidemment, c’était vraiment beau, et c’est le genre d’événements qui ont fait que je n’ai pas regretté de supporter la chaleur accablante de l’été japonais !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*