12 décembre 2017

Les kochia du parc Hitachi

C’est il y a tout juste un an que je suis allée au parc Hitachi sur la côte d’Ibaraki, et avec le blog qui tournait au ralenti je n’ai pas eu l’occasion d’en parler tout de suite. Comme il s’agit d’une visite saisonnière, je me suis dit que c’était aussi bien d’attendre un an pour avoir presque l’air de publier un billet d’actualité :D. Il a quand même fallu qu’une amie qui vient de faire cette même visite poste ses photos sur Facebook pour que je réalise qu’en effet, la saison où les kochia rougissent était de nouveau arrivée !

Le Hitachi kaihin kouen (Hitachi seaside park dans sa version en anglais) est accessible en train depuis Tokyo, mais comme il y a plusieurs changements et que ce ne sont que des lignes locales, le trajet est au final assez long par rapport à la distance et ça peut être un peu décourageant pour une excursion d’une journée. Vu qu’on est dans l’ouest de Tokyo et qu’on avait le petit monstre de même pas un an, on a opté pour la solution voiture de location. C’était beau-papa au volant et c’est à cette occasion que mon mari a recommencé un petit peu à conduire sur une partie du trajet. On y est allé un vendredi et on a eu la chance d’avoir un temps parfait, contrairement à ce que la météo prévoyait quelques jours avant. Le trajet de l’aller s’est passé comme sur des roulettes, le retour a été un peu plus pénible car ça bouchonnait à la sortie de l’autoroute en arrivant en périphérie de Tokyo, et Messire en avait ras la casquette de son siège auto (la voiture, ça l’endort quand il est de bonne humeur, mais à partir de la fin d’après-midi c’était plus possible, on avait vu ça en France le printemps précédent). Mais bon, même si j’adore le train, la route restait une meilleure solution.

kochia hitachi

Nous sommes arrivés au parc à l’heure du déjeuner, nous avons donc commencer par aller manger des soba dans un des restaurants près de l’entrée. Le parc est très vaste, les kochia sont situés à peu près à l’opposé de l’entrée principale. Nous sommes passés par une zone boisée avant d’arriver aux alentours du principal centre d’attraction des lieux, où il y avait un petit champ de sarrasin en fleurs, et pas mal de cosmos. Les kochia sont des petits buissons de forme arrondie qui ont la particularité de rougir entièrement à l’automne. Et ce rouge très vif, forme un contraste superbe avec le ciel bleu et le vert du reste de la végétation. Le jour de notre visite, beaucoup de buissons étaient encore en partie ou entièrement verts, mais c’était quand même superbe ! Les kochia sont plantés sur une grande colline qui surplombe la mer et qui est traversée par de nombreux petits chemins. Je pensais qu’ils étaient là de façon permanente, mais j’ai appris depuis qu’au printemps, au même endroit, on pouvait voir de jolies petites fleurs bleues, les nemophila. Entre la vue sur l’océan d’un côté et la grande roue dans l’étendue du parc de l’autre, la vue est vraiment très chouette et au sommet de la colline on profite du vent marin.

kochia hitachi

kochia hitachi

 

kochia hitachi

Même si comme pour les phlox de Chichibu, les lys de Tokorozawa ou les cosmos de Tachikawa il s’agit d’un aménagement « artificiel » fait pour attirer les visiteurs, je suis décidément très fan de ces parcs om l’on peut voir des multitude de fleurs ou autres plantes saisonnières. J’espère avoir l’occasion de retourner au parc Hitachi pour voir les nemophila, qui fleurissent apparemment de fin avril à mi-mai. Avant, il y a même des jonquilles et des tulipes dans une autre partie du parc on dirait ! Cette fois ça serait peut-être bien de passer la nuit quelque part pour avoir le temps de visiter le sanctuaire Oarai et sûrement d’autres endroits autour de Mito, la capitale du département d’Ibaraki.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*