21 novembre 2018

On n’est pas au pays des Bisounours

chat

Je me décide enfin à raconter un truc pas grave mais chiant qui nous est arrivé il y a maintenant plus d’un an et demi. Cette expérience ne remet aucunement en cause la sécurité qui règne au Japon, et je suis bien consciente que le fait de pouvoir sortir seule à n’importe quelle heure et de ne jamais avoir besoin de faire attention à ne pas me faire tirer mon smartphone sont des choses que je regretterais en allant vivre ailleurs. Mais les trucs pas cool, il y en a aussi, allez demander aux petits vieux victimes d’escroqueries par téléphone. C’était pas de bol, c’est sûr. Je tiens quand même à raconter ça, car je n’ai aucune raison de ne pas le faire, et que d’un sens on peut en rigoler, ce qui est bien au bout du compte. Comme il ne serait pas vraiment intéressant de mettre des images directement en rapport avec le sujet, je vous mets des photos de chats (toutes prises dans mon quartier), comme ça vous garderez foi en l’humanité :D.

Fin juin 2013, quelques jours avant de partir en France pour fêter notre mariage qui a eu lieu officiellement la semaine d’avant, je sors de notre appartement en rez-de-chaussée pour aller à Asakusa acheter quelques cadeaux à emmener. Quand je reviens, la porte n’est pas verrouillée. Et comme on était en plein après-midi, je savais que l’homme ne pouvait pas être rentré du travail. Ca m’étonne d’être partie en oubliant de fermer à clé, mais ça ne me parait pas impossible non plus, je me dis donc qu’il faudrait que je fasse plus attention. Je rentre dans l’appart et y passe le reste de la journée.

chat

Le soir, en fermant les volets roulants, l’homme s’aperçoit qu’une des fenêtres de la pièce principale, qui donne à l’arrière de l’immeuble, a un bout de vitre cassée. Si je ne l’avais pas vu, c’est pas parce que j’étais bourrée, c’est parce que c’était juste derrière le Kapibara-san en peluche posé au bord de ladite fenêtre. En plein hiver, je m’en serai rendu compte avec le courant d’air créé, mais là il faisait déjà bien chaud dehors. Je me dis que c’est sûrement des gosses qui ont fait le coup, j’en avais vu plusieurs fois passer dans l’allée riquiqui qui contourne l’immeuble, au ras de nos fenêtres, en s’appuyant dessus même, une fois, petits délinquants ! ;D. J’espère au moins qu’on n’y sera pas de notre poche pour remplacer la vitre.

Le lendemain samedi, on prépare le petit déjeuner et je me dis qu’on va manger des bananes, comme il en reste. Ah, non, il en reste plus ? J’aurais juré pourtant ! Bon, tant pis. On passe une bonne partie de la matinée à s’occuper des tâches ménagères (parce que oui, j’ai un HOMME qui est JAPONAIS et qui fait le MENAGE ! :D). Plus tard dans la journée, mon regard se pose sur la petite étagère où sont rangés des livres ainsi que quelques CD et jeux vidéo à moi (comme c’était avant que je rentre en France pour ramener vraiment mes affaires, je n’avais pas grand chose à ce moment). Et puis là, sur l’étagère, il y a un trou. Tiens, pourtant je pensais qu’elle commençait à être trop petite ?!chat

Il y avait quoi de posé là ? Ah, oui, mon coffret édition limitée de l’OST de FFXIII-2 achetée chez Book Off quelques semaines avant, ainsi que deux jeux PS3, FFXIII et FFXIII-2, ramenés par mes parents en avril en même temps que ma console. A ce moment-là, enfin, je réalise ce que vous avez sans doute déjà réalisé il y a longtemps avec tous ces indices : ce n’est pas les gosses qui ont cassé la fenêtre, et ce n’est pas moi qui ai laissé la porte de l’appart non verrouillée en partant. C’est un vilain voleur. Qui avait faim et aimait les bananes, oui. Et tout ça, le chat planqué derrière le muret de la photo en tête d’article, il devait très bien le savoir, parce que lui aussi, je l’ai vu plusieurs fois rôder autour de l’appart ! 😀

Quand je dis ce que je viens de réaliser à l’homme, il me répond que, maintenant, que je le dis, quand il a passé l’aspi dans le séjour le sol avec des traces inhabituelles. Des traces de pieds chaussés qui étaient passés dans le sol graveleux de l’allée, quoi. Aucun autre objet n’a disparu. La PS3 est toujours là, nos ordinateurs portables aussi. Par contre, je remarque en regardant de plus près que les enveloppes qui contenaient l’argent reçu en cadeau à notre mariage ont été manipulées. Heureusement, elles étaient déjà vides car nous avions déposé l’argent sur notre compte en début de semaine. Les enveloppes spéciales utilisées pour faire cadeau d’argent sont très belles au Japon, c’est pour ça que je les avais gardées. Quelques jours plus tôt, on se serait donc fait voler nos cadeaux de mariage. Une semaine avant, on aurait pu se faire voler nos alliances puisqu’on ne les portait pas encore…
Le ou les voleurs étaient donc clairement à la recherche soit de liquide, soit d’objets revendables facilement pour lesquels on ne leur demanderait pas leur identité ni de facture ou garantie. Quelques jours après, en faisant les valises pour notre départ, je me suis rendu compte que le petit sachet avec quelques pièces d’euros que j’avais laissé dans une des valises avait disparu. Donc ils avaient quand même eu le temps d’ouvrir le placard et de fouiller jusque là ! Il y avait même pas 3 euros quoi, bande de fions !

chat

Nous sommes allés au koban, le petit poste de police du quartier, pour déclarer le vol. Peu après, plusieurs policiers sont venus à l’appartement pour prendre notre déclaration et constater l’effraction. L’un d’eux a même utilisé du matériel pour prélever les empreintes sur le loquet de la fenêtre et les bris de verre de la vitre. Et là j’ai ri intérieurement, parce que ça faisait vraiment comme dans les séries télé. Genre, drama policier sur TV Asahi :D.
J’ai apprécié que la police nous prenne au sérieux et fasse les procédures nécessaires même si le montant des objets volés ne s’élevait qu’à quelques milliers de yens. Les agents nous ont dit qu’il y avait une bande particulièrement active dans les alentours ces derniers temps et que plusieurs dizaines de vols avaient été enregistrés. Notre appartement qui est en rez-de-chaussée avec une fenêtre donnant sur un petit passage hors de vue des passants (et il y en n’a pas beaucoup comme c’est une petite rue), était une cible idéale.
Comme il n’y avait pas de preuve que quelqu’un était entré (nous avions détruit les preuves en faisant le ménage), la plainte a été enregistrée pour le bris de la fenêtre. Un agent de l’assurance est passé, et le lendemain, une vitre neuve a été installée (le weekend, en France, on aurait pu se brosser pour tout ça, je crois ^^).

C’est vraiment dérangeant de penser qu’une personne inconnue et mal intentionnée est rentrée chez nous sans qu’on le sache, et a fouillé dans nos affaires. Je crois que ça aurait été bien pire si j’avais été dans un endroit où j’étais vraiment installée et où je me sentais complètement chez moi. Là, ça ne faisait que quelques semaines que j’étais là et je savais qu’on ne resterait pas dans cet appartement sur le long terme. Je préfère même pas imaginer l’effet que ça fait quand les voleurs cassent des choses et laissent tout en bazar ! (bon, au moins, on n’aurait pas mis tant de temps à réaliser :p).

chat

Après cet événement et jusqu’à ce que nous déménagions, nous avons systématiquement fermé les volets roulants en quittant l’appartement, et nous avons installé ces petites cochonneries de détecteurs qui se mettent à hurler quand on ouvre les fenêtres. Il se trouve que l’appart où nous sommes maintenant est aussi en rez-de-chaussée. La configuration est différente, donc pas de risque. Ou alors c’est que le voleur entre direct par la porte, donc là même si on était au 15ème, ça changerait rien. De toute façon, je ne voulais pas sombrer dans la parano, car c’était vraiment un coup de malchance. Dans l’immeuble où j’ai habité plus de 8 ans en tout à Rouen, il y avait eu plusieurs cambriolages, et j’avais eu de la chance au bout du compte de ne pas en être victime. Là, c’était le contraire. Pas de bol oui.

Mais j’ai quand même bien envie de mettre des claques au crétin qui m’a piqué mes jeux PS3. Maintenant, je me retrouve avec un disque FFXIII-2 sans emballage, alors que c’était l’édition collector ! Ben oui, j’étais en train de jouer à ce jeu, donc il était dans la console, alors le voleur a pris une boîte vide. Mais même si elle avait été pleine comme l’autre jeu, c’était des éditions françaises !!!! Donc là encore, bande de fions ! J’aurais aimé voir la tête du coupable quand il s’en est rendu compte ! Peut-être que c’est le vendeur du Book Off où il a voulu le refourguer qui lui a dit :D. En gros, seul le coffret d’OST était revendable, et à chaque fois que j’en vois un en rayon d’une boutique, je me dis que c’est peut-être le mien…

5 commentaires sur On n’est pas au pays des Bisounours

  1. C’est arrivée à une amie lors de son année d’échange universitaire au japon. Là aussi pas grand chose de valeur de volés (le voleur était passé à côté de son ordi et appareil photo). Et quand elle a vu les policiers venir et relever les indices d’effraction, elle m’a dit qu’elle se serait cru dans les experts.
    D’un côté ça fait plaisir de voir que l’on est pris au sérieux après un vol, pas comme moi en France… »vous vous êtes fait voler votre ordi chez vous ? Ah ben c’est pas de bol…je vais enregistrer la plainte mais bon je vous le dit de suite vous le retrouverez pas donc c’est juste pour la forme, en même temps quelle idée de laisser votre ordi chez vous dans le salon. » -___-

    • C’est depuis que je suis ici que je me rends compte à quel point c’est anormal de partir du principe que le vol est une chose naturelle et que c’est que tu as fait quelque chose pour l’inciter si c’est arrivé. Les avertissements dans les transports en commun français invitant à ne pas sortir son téléphone portables c’est bien gentil, mais où est l’intérêt d’un portable si on ne peut s’en servir qu’enfermé chez soi ? Bref, on peut toujours traiter les Japonais d’inconscients à laisser leur iPad sur la table d’un Starbucks ou à mettre un gros portefeuille dans la poche arrière de leur pantalon, pourvu que ça dure ! 😉

  2. J’ai eu une affaire similaire en 2013. J’habitais à ce moment là en colocation dans une barre d’appartement. J’avais mon propre studio au deuxième étage, mais en sortant sur le pallier, l’appartement du milieu du couloir était en fait un living room accessible par un digicode.
    Au moment de rentrer en France à la fin de mon visa, je laisse un dernier colis d’un peu moins de 10 kilos dans le salon, en demandant à mes colocs de l’envoyer par la poste. Dessus, je laisse un billet de 10000yen, afin de payer les frais de port.Une semaine plus tard, un coloc me dit que le colis à été envoyé, mais il ne sais pas qui s’en est chargé. J’interroge chacun d’entre eux, et ce n’est personne.

    Ce n’est qu’un mois plus tard, que l’on s’aperçoit qu’il manque les deux manettes de la Wii, et plusieurs CD dans la collection habituellement rangée sous la télé. On en déduis donc que le colis aussi à été volé.

    J’en ai eu le coeur retourné. Dedans, il y avais entre les cadeaux pour ma famille, la collection complète des CD et DVD de mon artiste préféré, qu’il avait fallu un an pour rassembler dans les différents book-off de la région, dont un exemplaire dédicacé. En revenant au Japon, j’ai visité tous les magasins de la région, en espérant retrouver une présence anormalement louche de nombreux exemplaires dans un seul magasin, mais bon… On ne saura jamais qui est celui ou celle qui à oublié de fermer la porte du living room en sortant. Mais est-ce bien cela le problème ? Quelqu’un est monté dans les étages et à simplement testé toutes les portes pour en trouver une ouverte… un plateau d’argent.

    • Je suis désolée d’apprendre que tu as eu toi aussi une sale expérience de ce genre ! Ca m’aurait bien dégoûtée aussi de me faire prendre des CD, j’espère que tu as pu/vas pouvoir te refaire ta collection petit à petit ! C’est encore plus dur quand ça nous arrive au Japon car on a tellement cette impression de respect des possessions d’autrui même dans l’espace public qu’on n’imagine même plus que quelqu’un puisse s’en prendre à nos biens dans un espace privé !

      • Oui, c’est exactement le sentiment que j’ai eu. Si cela avait eu lieu en france, j’aurai été déçue. Mais au Japon, j’ai tout simplement été horrifiée. On fini par être déformé xD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*