19 septembre 2018

Sugoi!

Ce matin dans la boîte aux lettres il y avait un beau petit colis que j’ai attendu avec impatience. Avec impatience, mais pas longtemps : parti du Japon mercredi dernier, arrivé aujourd’hui, pas mal hein. A l’intérieur, cinq CDs. Car depuis que je suis fan de BO de jeux et d’anime, mais aussi de Jpop/rock, j’ai fait ça quatre ou cinq fois de faire venir un petit colis de l’archipel. C’est pas donné mais largement plus abordable que les DVDs, et l’expédition est parfaite. J’ai pu ainsi me faire une petite collection de musiques de Final Fantasy – les éditions originales et par les drouilles de contrefaçons que l’on trouve dans tous les magasins de DVD et de jeux – et me procurer tous les albums de the brilliant green, génialisssime groupe pop rock.

Cette fois-ci, dans la boîte, les arrangements piano et orchestraux de Final Fantasy VIII (je me répète en disant que Uematsu Nobuo est le dieu des musiques de jeux ?! ^^), l’album de YUI (j’ai usé mes MP3 :p fallait que j’aie l’album ^^), et un EP d’Aco (chanteuse tendance electro découverte sur une webradio, la Monkey radio facilement trouvable sur Winamp).

Déjà, bien, et pour finir, le pur caprice, sachant que j’ai déjà la chanson sur le CD de la BO : le single de Houseki.On ne peut pas dire que j’aie une seule chanson préférée, car pour un seul des artistes que j’adore j’ai déjà du mal à choisir une seule de ses chansons, mais celle-là, quand même, quand même ! Cette chanson est le thème de fin de Le Portrait de Petite Cosette, anime très étrange dont j’aurai sûrement l’occasion de reparler. Et la BO de cet anime est, comme de par hasard, composée par Kajiura Yuki, la déeese des BO d’anime ^^. Elle est donc l’auteur de la musique de Houseki, mais également des paroles. La chanteuse s’appelle Inoue Marina, qui est à la base une seiyuu. Cette chanson est triste – les plus belles chansons ont toujours un côté triste – mais avec quand même dans le fond ce qu’on pourrait appeler une note d’espoir. J’aime vraiment tout dans les cinq petites minutes de cette chanson : le mélange de violons et de guitare un peu électrique, les percussions, les choeurs, les deux parties du solos qui me mettent les larmes aux yeux à tous les coups, les basses, la voix de la chanteuse et enfin la petite mélodie façon boîte à musique à la fin. On ne peut pas donner de style à cette chanson, c’est en partie pour ça que Kajiura est géniale, car elle utilise des influences très différentes pour ses musiques. Bref, une note pour pas dire grand chose, mais je voulais placer un mot sur cette sublime chanson, et c’était l’occasion ou jamais. La face B du single est superbe elle aussi… Je devrais ajouter quelques disques de Kajiura à ma liste ^^.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*