20 juillet 2018

Un peu plus de certitudes pour les mois à venir…

Je pourrais même dire pour les années à venir, mais je sais très bien qu’il peut se passer bien des choses alors mieux vaut ne pas trop s’avancer ^^. C’est sûr maintenant, je retourne à la fac à la rentrée pour apprendre le japonais. Je me demande toujours si c’est une bonne solution, mais je ne me demande pas si c’est la meilleure, car je sais que la meilleure solution n’existe pas.

Après deux années passées en majorité à l’étranger, j’ai envie de me poser un peu en France et d’avoir plus de stabilité, ce que je ne pense pas pouvoir obtenir pour l’instant avec un emploi. Et c’est vrai que j’hésite encore entre tenter de me faire une place dans le milieu de la traduction (surtout depuis que je me suis fait refuser « le poste de mes rêves » – manque d’expérience -_-), et rester dans les tests de jeux vidéo. Dans les deux cas, dur de trouver un emploi sur le long terme, et encore plus dur voire impossible d’en trouver un dans le coin. Quand le moment sera venu, je sais que je serai prête à bouger de nouveau, que ce soit en France ou encore à l’étranger, mais pour l’instant, je préfère retourner aux études.

C’est vrai que mon arrivée dans la vie professionnelle n’était pas prévue et a été un peu précipitée. J’ai jamais adoré les études, mais contrairement à d’autres je n’étais pas pressée de travailler. Ce n’est pas parce qu’on a un salaire que la vie devient facile, au contraire. Ca fait longtemps que j’ai envie d’apprendre le japonais, autant pour moi-même que pour le fait que ça pourra me servir au point de vue professionnel. Et pour ça, la meilleure chose est d’avoir un diplôme. D’un sens, j’envie ces petits jeunes qui viennent d’avoir leur bac et qui ont décidé d’aller en fac de japonais, si je pouvais revenir six ans en arrière, c’est ce que je ferais ! Mais bon, mon avantage c’est que j’ai déjà d’autres diplômes.

Mais quand même, si je vise une licence, être repartie pour trois ans d’études… Mais c’est maintenant ou jamais, j’ai déjà passé assez de temps à ne rien faire cette année, je vais pas encore me payer le luxe de chercher un boulot pendant plusieurs mois. Et puis vu que j’ai eu deux boulots que j’adorais, je crois bien que je suis devenue vachement exigeante à ce niveau-là, alors je n’ai pas envie de trouver n’importe quel boulot histoire d’en avoir un. Je sais bien que je peux dire ça parce que j’ai le choix, et que ce ne sera sûrement pas toujours le cas.

Je me doute bien qu’avec une licence de japonais je serai loin d’être bilingue, mais ce n’est pas mon but. Je veux juste apprendre à connaître la langue aussi bien que la culture pour que ça puisse me servir dans mon boulot, et parce que j’en ai envie. Peut-être que j’aurai envie de continuer après la licence, peut-être que je m’arrêterai au bout d’un an… Ce que je vais essayer de faire et qui va être dur, c’est de ne pas me déconnecter complètement du milieu professionnel, et de ne pas perdre tous mes acquis en anglais et en traduction. Bref, programme chargé en perspective.

Autre raison pour laquelle je me demande si je ne fais pas une connerie : mon choix d’habiter à Rouen mais d’aller à la fac à Paris. Je sais que beaucoup de gens font l’aller-retour entre les deux villes tous les jours, et à Londres j’ai pu me rendre compte de ce que c’était d’avoir beaucoup de temps de trajet, même si ce n’était que pendant dix semaines. Mais vu le prix des logements à Paris, la galère pour en trouver un… Je peux avoir un bel apart à cinq minutes de la gare, alors je préfère rester à Rouen. Et puis dans le train, je pourrai faire plein de choses. J’aime bien Paris, je devrai peut-être un jour y habiter pour y travailler, mais pour l’instant j’installe mon QG en Normandie !

J’en avais vraiment marre de ne pas arriver à me décider sur ce que j’allais faire, et je suis bien contente d’y voir un peu plus clair. On verra bien avec le temps si c’était une bonne décision, mais jusqu’ici j’ai toujours réussi à rebondir si on peut dire, alors pourquoi pas encore une fois ? C’est sûrement super futile, bassement matériel, superficiel ou je ne sais quoi encore de vouloir un bon petit chez soi où on est content de rentrer le soir et où l’on peut faire tout ce qu’on aime, mais c’était pourtant le facteur le plus important dans mes décisions. Bouger, oui, vivre avec un lit, un ordi et le minimum pour faire la cuisine, oui, mais pas trop longtemps. La prochaine fois que je bouge, j’emmène mon container avec moi :p

Sur ce, fin de cette longue note qui ne veut rien dire, et pause du blog pendant une semaine. Ben oui, mes deux mois de glande sont définitivement terminés : demain départ pour une semaine en Italie pour s’en mettre plein les yeux (et plein le ventre, c’est bien moi !), et en rentrant, déménagement, et après, rentrée !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*