20 avril 2018

Ca commence fort

Ce matin, j’ai acheté mon Oyster, la carte pour les transports en commun de Londres. Ouais, une huître, parfaitement. J’ai longtemps hésité sur le tarif à choisir, j’ai longtemps hésité entre métro et bus, et j’ai décidé de tenter métro. Arrivée sur le quai, puis dans la rame, c’est plus huître c’est sardine. Bon, on va arrêter là les vieux jeux de mots ça pourrait devenir de mauvais goût… Faut dire que mon changement je le fais à King’s Cross, qui on le dirait est l »équivalent de la station Châtelet à Paris, où convergent plein de lignes de métro. Mauvaise idée, très mauvaise idée. C’est vrai que je n’ai pas souvent pris le métro à Paris en heure de pointe, mais là j’ai l’impression que c’est vraiment pire.

Mais après mon trajet j’ai réussi à retrouver la rue, puis l’immeuble de mon nouvel employeur, où je suis arrivée à 9 heures pile ! La première journée s’est très bien passée, tout le monde il est gentil, l’ambiance est détendue. Ca va être intéressant de voir comment on travaille dans une autre entreprise qui fait dans le fond exactement la même chose que je faisais au Québec, sauf que c’est du QA à l’interne, et que, quand même, c’est Square Enix. Je me demandais sur quel jeu j’allais bosser, ben c’est aucun de ceux auxquels j’avais pensé mais ma fois, ça se présente pas mal du tout !

Le bon truc aussi, c’est les horaires assez flexibles, donc pas de stress le matin si je dois laisser passer deux bus ou deux rames de métro pleines. C’est tout sauf négligeable ! J’aurais bien tenté le bus pour le trajet du retour mais il flottait (hein ? quoi ? à Londres ??!!) alors je suis allée me planquer dans la station de métro. Bien sûr, autant de monde que le matin. J’ai laissé passé deux rames pour la première ligne, puis pareil à King’s Cross pour la deuxième ligne, avant de monter tout juste dans une troisième où j’étais tellement serrée que j’ai à peine pu lever le bras pour saisir une barre…

Et là, pas de bol pour moi, je tombe justement le jour où il y a des problèmes sur la ligne Victoria, et j’ai mis plus d’une demie-heure à faire trois stations. La rame s’arrêtait deux ou trois fois entre chaque station, problèmes de signalisation… J’étais fatiguée, je n’avais pas mangé depuis le midi, je sentais plus mes bras, j’avais chaud, j’ai cru que j’allais tenir jusqu’à ma station, mais deux ou trois minutes avant c’est devenu tout noir et j’étais vraiment à un demi doigt de tomber dans les pommes si on m’avait pas offert un siège. Ca devait être beau à voir, mémorable la première journée de boulot à Londres !

Demain, j’essaie le bus ! Je ferai le compte rendu si je suis toujours vivante :p

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*