20 octobre 2017

[Hokkaidô 2015] Furano : Kaze no Garden et la ferme Tomita

kaze no garden furano hokkaido

Nous voilà arrivés au matin de notre troisième jour à Hokkaidô ! Au programme pour la journée : des visites à Furano ! C’est bien pour ça que nous avions prévu d’arriver la veille là-bas et que nous avons atterri dans un médiocre hôtel. Après un petit déjeuner pas trop mal (avec une bonne confiture de carottes produite dans le coin), nous quittons l’hôtel mais y laissons pour l’instant notre valise. Notre moyen de transport pour cette matinée ? Nos pieds ! Heureusement, bien que le ciel soit plutôt couvert, la pluie annoncée la veille ne s’est pas manifestée pour l’instant.

Voir toutes les photos dans l’album Google+

furano hokkaidoAprès avoir suivi quelque temps la grande route droite où se trouve l’hôtel, nous tournons pour emprunter un petit chemin. Heureusement que notre ami Google Maps est là pour nous aider, car les panneaux indiquant notre destination sont très discrets et le trajet n’est pas très touristique. Il faut dire qu’en fait on a un peu pris l’entrée de service si on peut dire ^^. L’endroit est difficile à décrire : nous sommes en pleine campagne, sur une colline avec plein d’herbe et d’arbres, mais avec quelques signes de « domestication », notamment des bosquets de fleurs. Nous sommes en fait sur le terrain qui entoure le New Prince Hotel, et nous ne tardons pas à apercevoir son golf. Mais que venons-nous faire là ? Voir à quel point c’est mieux que l’hôtel pas cher que nous venons de quitter ? :D. Non, nous sommes venus pour visiter un jardin, et je vais découvrir qu’il y a même plus de choses intéressantes que ça en lien avec ce jardin !

J’étais en effet venue pour visiter le jardin qui est le lieu clé du drama Kaze no garden, écrit par Kuramoto Sou, et il se trouve que ce coin de Furano comprend d’autres lieux liés à des drama du scénariste enfant adoptif du pays connu avant tout pour la série fleuve Kita no kuni kara, diffusée pendant plus de 20 ans. On trouve ainsi un petit village tout en bois de boutiques artisanales au milieu des arbres, le Ninguru Terrace (les Ninguru étant des petites créatures du folklore aïnu, les indigènes de l’île de Hokkaidô). En suivant un petit chemin couvert de feuilles sur quelques centaines de mètres, on arrive jusqu’au café Mori no tokei, qui est lui le cadre du drama Yasashii Jikan. Cela fait longtemps que je l’ai vu donc mes souvenirs ne sont pas si précis, mais même sans la neige de l’hiver, on ressent tout de suite l’ambiance !

furano hokkaido

furano hokkaido

On trouve également près de l’hôtel une boutique qui vend les DVD des drama ainsi que des objets dérivés. Pour se rendre au Kaze no garden (le jardin du vent, on peut emprunter une navette, ce que nous avons fait en compagnie d’autres visiteurs qui semblaient tous venir de l’hôtel. Quelques minutes après, nous voilà à l’entrée des lieux. C’est grâce au drama Kaze no garden que j’ai connu Furano et que j’ai plus tard eu envie d’y aller après avoir réalisé que c’était juste à côté de Biei. C’est sûr que c’est toujours chouette de se retrouver dans des lieux qui sont le cadre d’une histoire qui nous a plu, quel que soit son support. Mais tout simplement, le jardin est un endroit superbe avec une atmosphère assez unique.

furano hokkaidofurano hokkaidofurano hokkaido

On est au milieu de nulle part et on découvre cette multitude de fleurs arrangées dans un savant désordre. On sent la main de l’homme, mais cela foisonne tellement qu’il y a quand même un côté sauvage. Les verts sont éclatants, les formes, les tailles et les couleurs des fleurs extrêmement variées. Les libellules, papillons et autres insectes sont nombreux, et le bourdonnement des abeilles et à peu près le seul bruit qu’on entend à part celui du vent. Et puis au fond du jardin, il y a cette petite maison dont la porte est ouverte et dont les rideaux flottent au vent. On trouve aussi disséminées dans la verdure plusieurs statues d’un ange dans différentes postures.

Il y avait une petite boutique qui proposait quelques boissons et en-cas, nous avons profité de cette occasion pour goûter un soda au haskap (ou baie de chèvrefeuille bleu), qui est une autre spécialité de Hokkaïdô que je ne connaissais pas du tout. Je dirais que c’est quelque part entre la myrtille et la framboise, ça n’a pas un goût complètement nouveau mais ça passe bien !

furano hokkaido

furano hokkaidofurano hokkaido

Le jardin possède également une sorte d’annexe un peu à l’écart qui est encore en cours d’aménagement. On y trouve notamment des roses nommées Gaku no yume (le rêve de Gaku), en référence au jeune garçon autiste qui travaille dans le jardin dans l’histoire de Kuramoto Sou. Nous avons quitté les lieux à pied cette fois, puisqu’il nous fallait retourner vers « notre » hôtel, à l’opposé du New Prince Hotel. Nous avons ainsi pu passer le bonjour aux quelques moutons qui ont élu domicile près de l’entrée du jardin !

Après avoir récupéré notre valise, nous avons repris un taxi pour regagner les environs de la gare de Furano. Comme c’était l’heure du déjeuner, nous avons décidé de manger avant de prendre le train pour la suite de nos visites. Cette fois encore, j’ai feuilleté mon petit guide co-Trip pour repérer notre festin du jour : un bon vieux curry ! Et mon guide ne devait pas être le seul à mentionner ce petit resto nommé Yuiga Doxon parce qu’il y avait foule ! Avec ses tables installées dehors dans la cours et sur la terrasse à l’étage du petit bâtiment en bois où il est installé, c’est un peu ambiance camping ! Mais c’était bien bon, l’homme a validé la saucisse de Furano ^^.

hokkaido furano

Rien de tel pour le dessert qu’une petite glace ! Cette fois, j’ai consulté le site Tabelog pour trouver une petite boutique de glace fabriquée avec du lait local et située dans le centre commercial Furano Marché. Et bien sûr, c’était au melon ! ^^

Direction la gare, nous reprenons la ligne qui nous a amenés la veille pour retourner vers le nord mais nous avons cette fois le droit à une rame spéciale très rétro avec des sièges en bois qui ne circule qu’à certains horaires pendant la saison touristique. Cela tombe bien, car comme la majorité des passagers, nous allons descendre à la gare desservie uniquement par certains trains pendant la saison touristique, Lavender-batake. C’est là que se trouve la ferme Tomita, qui produit de la lavande et où l’on peut admirer aussi des champs d’autres fleurs. Nous avons pu laisser notre valise dans une consigne à l’entrée pour nous balader plus tranquillement !

S’il y a bel et bien une activité de culture de lavande à la base, comme pour la Shikigaoka de Biei, la plupart des fleurs de Farm Tomita ont été plantées uniquement pour faire joli et attirer les visiteurs. Pas étonnant dans ce cas de trouver non pas une mais au moins une dizaine de boutiques sur le site qui vendent des produits en rapport avec la lavande et les fleurs !

hokkaido furano

hokkaido furano

Mais y’a pas à dire, même par temps gris, c’est vraiment joli ! Parce que oui, depuis le matin, je temps ne s’est pas arrangé, mais heureusement, pas encore de pluie. Les bandes multicolores sur le terrain en pente, ça fait son effet sous n’importe quel angle. De là-haut, on a une vue assez dégagée sur toute la plaine où passe le train, et on devine les montagnes au fond.

hokkaido furanohokkaido furanohokkaido furano

Il y avait toutes sortes de savons et produits de beauté à la lavande, mais même si j’aime bien l’odeur je ne me suis pas laissée tenter. Mon petit mari m’a offert un mouchoir en éponge d’Imabari, violet évidemment, et c’était très bien comme petit souvenir des lieux ! Et puis dans une des boutiques dédiées à la nourriture, nous avons trouvé une bouteille de sirop de haskap. Quand il s’agit de bouffe, plus facile de se laisser tenter :D. C’est bon avec de la glace pilée ! La plus belle boutique était sans doute celle qui proposait des arrangements de fleurs séchées, c’était une vraie petite exposition !

hokkaido furano

En retournant à la gare de Lavender-batake, alors qu’il n’était pas plus tard que 17h, ce que j’avais pressenti en regardant les horaires plus tôt s’est confirmé : il n’y avait plus un seul train qui s’arrêterait là. Je trouve ça vraiment pas malin : le train touristique dépose tout le monde à même pas 15h, mais après plus possible de quitter les lieux, que ce soit pour aller vers Asahikawa ou Furano ! Heureusement, nous avons encore des jambes ! Nous décidons de marcher jusqu’à la prochaine gare, à 2km et quelque de là. C’est pas bien compliqué, c’est tout droit et on ne perd pas vraiment les rails de vue. Bon, évidemment, on n’est plus trop dans les paysages touristiques tout d’un coup, mais c’est une petite aventure en soi, et ça évite d’avoir à nouveau des frais de taxi ^^. Admirez comme la gare où nous sommes arrivés est imposante ! ^^ Une seule voie, un petit abri où l’on attendrait plutôt un bus. On a poireauté une petite demi-heure sur place, mais le train nous ramenant jusqu’à Asahikawa a fini par arriver !

hokkaido furano

Quelle journée ! On avait quand même quelques bornes dans les pattes avec tout ça ! On avait bien mérité de prendre un ramen pour le dîner. Comme les soba, les ramen sont la spécialité de pas mal de coin au Japon. C’est le cas de Sapporo, mais aussi d’Asahikawa. Je ne ferais sûrement pas la différence si on me faisait goûter différents ramen car je ne suis pas spécialiste, mais en tout cas, ce ramen de Santouka, c’était bon ! Et l’adresse était cette fois encore dans co-Trip ^^.

hokkaido asahikawa

Nous avons donc passé la dernière nuit de notre voyage dans le même hôtel d’Asahikawa que la première. Un dernier détail nous a confirmé d’éviter les packs HIS ou autre si possible pour notre prochain voyage : la réception nous a annoncé que notre chambre était fumeur parce qu’il n’y en avait plus de non fumeur, alors que nous ne nous souvenions pas du tout avoir donné notre accord. Heureusement, en fait il n’y avait aucune odeur de tabac dans la pièce !

l ne nous restait déjà plus qu’une journée avant de rentrer à Tokyo, et nous avions prévu de voir encore des fleurs, mais aussi des bébêtes ! ^^

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*