12 décembre 2017

[Concert] Damien Rice à l’Ex Theater Roppongi le 6 juin 2016

damien rice tokyo

Je ne sais plus depuis quand exactement je connais Damien Rice, mais si ce n’est pas depuis l’année de la sortie de son premier album en 2002, ça devait être pas plus tard que l’année suivante. Ce qui est à peu près certain, c’est que j’ai eu le coup de foudre pour Cannonball, que j’ai dû entendre sur Ouï FM (ça nous rajeunit pas tout ça !). Je n’ai pas vérifié s’il est passé si souvent que ça en France, mais même si je faisais moins attention aux concerts des artistes occidentaux une fois que je me suis mise à écouter de la musique japonaise, c’est certain que j’aurais adoré le voir si j’en avais eu l’occasion. Je n’aurais jamais pensé qu’il serait le premier artiste non japonais que j’irais voir en live au Japon (accompagnée de ma femme venue me rendre visite de Chicago en plus !), mais je suis bien contente d’avoir eu l’info à temps (en suivant sa page Facebook) et d’avoir eu de la chance pour les préventes des tickets !

J’ai pour l’occasion pu découvrir une salle de concert tokyoïte que je ne connaissais pas encore, l’Ex Theater à Roppongi. Sans surprise, c’était la première fois que je voyais autant d’Occidentaux à un concert au Japon, ça allait bien avec le quartier du coup :D. La salle était entièrement avec places assises numérotées, si je me souviens bien on devait être vers le 9ème ou 10ème rang, vers la droite de la scène. Damien Rice nous a offert un spectacle d’un énorme intensité, seul sur scène avec sa guitare, son sampler et quelques autres instruments.

Sauf exceptions, tous les concerts d’artistes japonais où je suis allée ont débuté à l’heure indiquée sur le ticket. Je n’ai pas été très surprise de constater que monsieur Rice est arrivé sur scène avec un peu de retard. Je sais qu’on s’en fiche hein, mais c’est marrant comment on s’habitue à l’organisation nippone. Autre différence ; pas d’interdiction de prendre des photos ou filmer ! J’ai donc pu trouver sans problème pas mal de vidéos du concert sur Youtube, ce qui est quand même fort pratique pour agrémenter ma piètre prose :D.

Le spectacle a commencé fort avec Older chests, que j’adore particulièrement, j’ai tout de suite été aux anges ! Damien a continué dans la même lignée avec Delicate, dont le dernier refrain me donne la chair de poule rien que d’y penser. Dès le troisième titre, place à l’inconnu pour moi ! J’ai déjà avoué en partageant le titre My favourite faded fantasy quelques jours après le concert mon gros fail d’avoir complètement loupé la sortie du troisième album de Damien fin 2014 et de m’être pointée au concert en pensant qu’on l’attendait encore. C’est assez risible je sais, mais au final je suis super contente d’avoir pu découvrir une partie des titres du disque en live ! Damien Rice est véritablement un artiste de scène et si les versions studio de ses chansons sont déjà superbes, le live leur donne vraiment une dimension supplémentaire, même s’il n’est pas accompagné d’autres musiciens ou d’autres voix.

J’ai adoré My favourite faded fantasy tout comme les autres titres de l’album du même nom que j’ai entendu lors du concert. Les envolées instrumentales et vocales que Rice monte avec son sampler sont d’une intensité énorme, c’est dingue de se dire que tout ça vient juste d’un gars avec une guitare. Les machines, les machines oui, mais j’admire trop cette maîtrise ! On a eu ensuite le droit à 9 Crimes, et s’il est clair que j’adore la voix de Lisa Hannigan et que j’aurais aimé voir un live quand elle chantait encore avec Damien, là encore seul avec sa guitare et sa boite magique à la place du piano de la version originale, c’était tout aussi intense.

Le spectacle s’est poursuivi avec la même intensité, et après s’être amusé à improviser une petite chanson inédite en hommage à Tokyo en demandant au public de l’inspiration pour les paroles, Damien Rice a invité une spectatrice à monter sur scène pour lui tenir compagnie lors de la petite mise en scène de Cheers Darlin’. Une petite table, deux chaises, une bouteille de rouge, on se fait plaisir ! 😀

Les fantaisies de l’Irlandais étaient loin d’être terminées : pour la suite, il a demandé à avoir quelques personnes du public qui chantaient bien pour venir sur scène. Et en fait, le « quelques personnes » s’est transformé en plein de gens qui se hâtent de monter sur la scène avant qu’il n’y ait plus de place ! Moi qui ai toujours peur de me faire remarquer, je suis restée sagement à ma place, mais ma femme a été dans les premiers à arriver, sasuga da ne comme diraient les autochtones. En parlant d’autochtones, je me suis dit que le staff japonais a dû avoir un petit moment de panique si cette fantaisie de l’artiste n’avait pas été annoncée. Et c’était pas fini ^^.

Damien Rice a interprété Volcano, invitant dans la dernière partie de la chanson le public à chanter en choeur les phrases What I am to you is not real, what I am to you you do not need ou bien Volcanoes melt you down, ou encore à faire  Ahaha suivant où l’on se trouvaitLa vidéo ci-dessous sera plus claire que n’importe quelle explication ! Ceux qui étaient montés sur scène y sont du coup restés pour quelques chansons de plus. Nous avons eu le droit à Cannonball, j’y comptais bien mais je n’en étais pas moins émue ! Eskimo n’était pas moins superbe. Le set principal s’est achevé sur un des titres du dernier album, It takes a lot to know a man.

L’artiste est ensuite revenu sur scène pour deux titres de plus, et a même annoncé qu’il souhaitait continuer à chanter davantage, mais le staff lui a fait comprendre que ça n’allait pas être possible. Il a promis qu’il trouverait un autre endroit pour continuer les festivités, et j’ai su après que cela avait effectivement été le cas ! Pour ma part, j’avais une heure de métro et train pour rentrer à la maison où m’attendait un ptit morpion qu n’avait pas l’habitude de rester sans sa maman le soir bien qu’il adore son papa, alors je n’ai pas pris part à ces prolongations !

J’ai passé un moment formidable à ce concert. Cela faisait des années que je n’avais pas vu un artiste occidental, et au-delà de la performance impressionnante de Rice, j’ai apprécié sa spontanéité. Je me suis habituée à l’organisation très carrée des concerts d’artistes japonais signés par des gros labels qui ne laisse pas de place à l’improvisation, cela ne m’empêche pas de passer de super moments mais c’est bien d’avoir un peu de changement ! Je n’aurais jamais espéré pouvoir revoir Damien Rice si tôt, mais il est de retour au Japon tout juste un an après ce concert, ce qui m’a poussée à enfin écrire ce billet ^^. Cette fois, ce sera en unplugged ! J’ai hâte !

 

Setlist

 Older chests
Delicate
My favourite faded fantasy
9 Crimes
The Professor & La Fille Danse
Colour Me In
Long Long Way
Cold Water
Guess… This was Tokyo
Cheers Darlin’
Volcano
Cannonball
Elephant
Eskimo
It Takes a Lot to Know a Man
Rootless Tree
The Blower’s Daughter
Amie
I Don’t Want to Change You

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*