[Expo] teamLab: Digitalized Lakeside and Forest

Fin décembre, je suis allée à l’expo permanente Borderless de teamLab à Odaiba et j’ai adoré. Je me suis dit que j’allais attendre de pouvoir y retourner un jour où il y aurait un peu moins de monde pour faire plus de photos avant d’écrire un petit article dessus. Je sais pas si ça sera pour tout de suite mais en attendant, il y avait un autre projet teamLab que je ne voulais pas louper car celui-là, comme la majorité de leurs créations, est temporaire et se terminera le 3 mars. Samedi 9 février en fin d’après-midi, alors que la neige qui était un peu tombée le matin reprenait et que le jour baissait, nous avons pris la Seibu-Ikebukuro jusqu’à Hannô. De la maison, c’est même pas 30 minutes de trajet. On y était déjà passé en allant vers Chichibu mais on ne s’y était jamais arrêté.

teamlab digitalized lake and forest

Hannô, c’est dans la partie rurale du département de Saitama, en opposition avec sa partie banlieue (vers Saitama-shi, Kawaguchi, Urawa etc). On est déjà dans les montagnes, même si c’est de la petite altitude. Enfin, sur ce coup-là, les montagnes on ne les a pas beaucoup vues car il faisait nuit quand on est arrivé, et c’était bien le but. Une fois à la gare, nous avons pris un bus et au bout d’un petit quart d’heure nous étions arrivés au village Metsä, aux abords du lac Miyazawa, là où va ouvrir le parc à thème Moomins à la mi-mars. Et là donc où avait lieu l’expo Digitalized Lakeside and Forest. Parce que oui, le lac et la forêt, cette fois, c’est des vrais, ce ne sont pas des projections. Et cette différence de cadre par rapport à Borderless est vraiment intéressante. D’un sens c’est plus simple, mais ça tire tellement bien parti du décor et de l’obscurité naturels que c’est tout aussi intéressant. On est un peu au milieu de nulle part, il fait nuit, c’est l’hiver, il neige un peu même, et il y a tous ces gros ballons lumineux, ces arbres illuminés de douces couleurs sans cesse changeantes qui se reflètent dans les eaux sombres du lac, et cette ambiance musicale onirique. L’odorat aussi est sollicité car on sent très bien l’odeur de la terre et des végétaux, chose à laquelle je suis particulièrement sensible. 

teamlab digitalized lake and forest

teamlab digitalized lake and forest

teamlab digitalized lake and forest

Messire s’est bien souvenu que les gros ballons on avait le droit de les toucher et qu’il réagissaient en changeant de couleur et en émettant un son dans la gamme de la musique d’ambiance. J’adore vraiment toutes ces couleurs qui changent, surtout les tons bleu-vert et rose ou violet. On est d’abord allés dans une zone un peu isolée avec un groupe de ballons, puis il faut longer une bonne partie du lac pour arriver à la partie principale, constituée d’un long chemin. A gauche l’eau, à droite les arbres. Ca serpente, ça monte un peu. Il y a un moment où il y a des gros ballons de forme différente (apparemment beaucoup de visiteurs y voient des quilles de bowling !) qui sont posés sur l’eau. A cette endroit, les jeux de couleurs sont particulièrement chouettes. On finit par aboutir dans une petite clairière où il y a plusieurs groupes de ballons. Et puis comme on l’avait deviné vu qu’on croisait des gens, le retour se fait par le même chemin. Vous vous doutez bien que sans trépied ni connaissances poussées en photo je n’ai pas fait des merveilles vu les conditions de luminosité mais vous avez quand même une petite idée de l’ambiance. Et puis comme il caillait j’avais pas envie d’attendre trois plombe qu’un spot se dégage un peu, ce n’était pas bondé non plus mais le chemin n’est pas super large. En sortant, on est repassé devant les dizaines de bougies installés devant le bâtiment Metsä pour la Saint Valentin, c’est très joli. 

metsa village hanno

On n’était qu’à 30 kilomètres de chez nous mais on a eu l’impression d’être très loin, un peu dans un autre monde. Cette impression de voyage s’est un peu prolongée car on est allés dîner au restaurant au dernier étage de l’hôtel chic de la gare de Hannô, avec vue s’il-vous plaît ! C’était un buffet, on était les seuls clients à part un groupe dans une petite salle à part. Pour cette fois, on est rentré à la maison, mais il faudra qu’on revienne à Hannô au printemps ou à l’automne pour se promener et visiter quelques temples ou sanctuaires. Si vous êtes fan de randonnée, vous connaissez peut-être ce coin. Si vous êtes fan de l’anime Yama no susume, aussi :).

Cette deuxième expérience teamLab restera un excellent souvenir, si vous avez moyen d’y aller d’ici la fin le 3 mars foncez ! Depuis Ikebukuro c’est 48 minutes de train avec un express. J’adore vraiment la façon dont ce genre de spectacle stimule les sens et fait perdre les repères spatiaux et temporels. C’est assez unique, et c’est vraiment chouette comme manière d’utiliser la technologie. La question : est-ce que je vais d’abord retourner à Borderless ou bien j’irais à  Planets à Toyosu d’abord ? 🙂

2 Commentaires

  1. Merci beaucoup pour la découverte.
    J’adore le travail de teamlab et je n’avais pas du tout entendu parlé de cette Expo en pleine nature, ça a vraiment l’air magnifique ! J’ai adoré l’expo teamLab à Paris du coup j’ai hâte de pouvoir voir celle de Tokyo… malheureusement je ne pourrais pas voir celle-là donc merci pour les photos 🙂

    • Merci beaucoup pour ton message, je suis heureuse que cet article t’ait plu ! J’imagine que teamLab doivent être très demandés mais j’espère qu’ils vont bientôt nous présenter plein de chouettes projets au Japon comme en France !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*