24 août 2017

Mon année 2015

2015

Mon année 2015 a d’un sens été sans surprise : je savais que nous nous déciderions très probablement d’avoir un enfant, et c’est effectivement ce qui s’est passé. Mais bien sûr, je ne pouvais pas imaginer en détail tout ce qu’entraînerait cette nouvelle aventure. Un tas de billets à ajouter dans la file d’attente de ceux à écrire pour ce blog, ça c’est certain, pour rester dans ce qui est exprimable et mesurable ^^.

Fin 2014, même si la décision était presque prise, j’hésitais encore car je n’avais pas réglé la question de ma vie professionnelle. Une fois cela fait, tout s’est très vite enchaîné et nous entamons donc 2016 avec une famille agrandie (et des nuits beaucoup moins calmes XD). Enfin, en fait, je n’ai pas tant l’impression que ça d’entamer une nouvelle année. Car pour moi, c’est un peu comme si 2015 s’était terminée le 12 novembre. Après la naissance de mon fils, tout ce qui s’était passé dans les semaines et les mois précédents m’a vite paru très loin !bourgeons pruniers matsudo

La majorité de l’année a été conditionnée par ma grossesse, qui s’est on ne peut mieux passée mais n’a pas été pour autant une période où j’ai pu faire tout ce que j’aurais voulu comme d’habitude. Au premier trimestre à cause des nausées, au deuxième à cause de la chaleur de l’été rendue plus pénible, au troisième à cause d’une mobilité un peu plus limitée ^^. Je fais court, car il y aura bien sûr des billets sur le sujet comme je l’ai déjà sous-entendu.

Mais quand même, il faut dire qu’à partir de fin avril, j’ai été bien occupée et que j’aurais encore moins pu tenir le coup si j’avais eu un travail : un déménagement s’est profilé, et pas n’importe lequel ! Nous pensions au départ rester dans notre appartement un an de plus mais des problèmes de moisissure dans la chambre m’ont convaincue qu’il n’y aurait pas que  l’aménagement de l’espace pour un tout petit qui serait galère. Nous pensions au départ louer un appartement plus grand un peu moins proche du centre pour que le loyer reste abordable, nous nous sommes retrouvés à acheter une maison en banlieue ! Tout ça m’a bien sûr donné envie de causer immobilier au Japon sur le blog, encore quelques billets à ajouter sur une liste qui n’en finit jamais de s’allonger :). koinobori kawagoe

Il y a eu beaucoup de choses à faire pour le déménagement, l’emménagement et l’aménagement, et je me suis occupée de tout ce que je pouvais. Jusqu’à mes derniers jours de grossesse, j’ai fait des achats sur Amazon et ailleurs, recevant tour à tour des objets pour aménager les pièces et de l’équipement pour le petit monsieur qui allait arriver. Et puis comme on ne peut pas tout faire par Internet, on a fait un petit paquet d’excursion dans les magasins de bricolage, d’ameublement et de puériculture ^^. En parallèle, j’ai commencé à prendre mes repères dans notre nouveau quartier. Je regretterai toujours Nakano, mais le confort du logement l’a emporté sur sur emplacement, et il faut donc que j’assume mon statut de banlieusarde XD

Avec tout ça, le temps consacré aux vraies sorties et promenades a été bien limité (surtout que je ne tenais pas vraiment debout au moment des sakura !). J’ai complètement loupé la saison des feuilles d’automne, mais ça me console car tout le monde semble être d’accord pour dire que cette année elle n’étais pas très bonne. Mais je suis vraiment contente car j’ai pu super bien profiter des concerts ! Huit concerts de six artistes différents entre mars et septembre, encore une belle collection de moments inoubliables ! Puisqu’on en arrive à la musique, question nouveaux albums 2015 a été moins riche pour moi, et je n’ai pas fait de découverte majeure de nouveaux artistes mais j’ai toujours autant de plaisir à suivre mes chouchous !

Ah, mais avant de passer à mes autres loisirs, il ne faut pas quand même que j’oublie notre petit voyage ! J’aurais voulu partir quelque part au printemps, soit au Japon soit même quelque part en Asie (Taiwan en tête de liste). Vu ma forme, ça n’a pas été possible et le voyage a donc été repoussé à l’été. Le choix de destinations s’est donc trouvé restreint, et comme en 2014, nous nous sommes retrouvés à Hokkaidô, du côté d’Asahikawa. Lieux et ambiance bien différents même si la saison était la même, et mon affection pour l’île nordique s’est confirmée ^^.

libellule hokkaido furano

Retournons du côté de ce qui alimente ce blog ! En 2015, il y a eu une petite reprise du côté de ma consommation de drama. Comme j’ai arrêté mon travail, j’étais beaucoup plus souvent à la maison et j’ai pu reprendre mon traditionnel déjeuner devant un épisode ^^. Je dois même avouer que j’ai essayé de limiter ma consommation pour ne pas voir mon nombre de billets drama à écrire augmenter trop. Ca peut paraître très con, mais j’assume mais maniaquerie et  si je regardais pas des drama c’est que j’ai fait autre chose de ce temps : Dormir par exemple. Ca a été un de mes gros problèmes. Ne pas pouvoir m’empêcher de me recoucher ou de faire la sieste même si j’avais l’impression de perdre mon temps vu que j’étais toujours aussi fatiguée ! Mais au moins depuis mi-novembre, je sais pourquoi je le suis ^^.

Sans surprise, ma consommation d’anime est restée basse, mais mes choix de visionnages 2015 m’ont confirmé que revoir mes séries préférées était loin d’être une perte de temps. Même si mes billets lecture sont toujours aussi rare, j’ai toujours un roman sur ma table de chevet, et à défaut de me remettre à la littérature japonaise (sans parler de la lire en VO ! :p) je me suis enfin décidée à lire du Hugo ! J’avais repris un peu les jeux vidéo au début de l’année, mais bien sûr ça n’était pas pour jouer à autre chose que les Final Fantasy ! Je sais bien qu’il y a plein d’autres jeux super à découvrir, mais tant que j’aurai du plaisir à refaire encore et encore des épisodes de FF déjà terminés 6 ou 7 fois, ça me convient ^^.

momiji hoya

Au bout du compte, il y a des choses qui ne changeront jamais, quoi ! Je pourrais me promettre de mettre le paquet sur les films en 2016 pour voir enfin certains de tous les classiques que je n’ai jamais vus, mais je sens bien que j’aurai toujours autant de mal à me poser dans mon canapé pour 1h30 au moins et que je préférerai toujours le format série télé ^^. Cela fait pas mal de temps que je souhaite reprendre la décoration d’objets avec le collage de serviettes, j’ai tout ce qu’il faut pour ça, mais tant que je n’ai pas d’idée précise je crois que tout ça restera dans le placard ! Bref, même si j’adore les listes pour certains trucs je ne vais pas en faire pour quoi que ce soit qui ressemble à des bonnes résolutions. Je dirais que le principal c’est d’avoir envie de faire des choses même si on ne les fait pas toujours, tant que ça ne devient pas une frustration et qu’on y trouve son compte à la fin de l’année ou à tout autre moment !

En contraste avec ma vie personnelle heureuse et tranquille, à l’échelle mondiale l’année 2015 n’a sûrement pas été du meilleur cru. J’ai eu un peu l’impression d’être dans une double bulle : celle de l’archipel japonais, depuis lequel on voit ce qui peut se passer en Europe ou ailleurs de loin, et celle que je me suis créé un peu moi-même égoïstement pour préserver mon petit quotidien. Les attentats de Paris le lendemain de la naissance de mon fils m’ont rappelé à quel point le monde est bourré de contradictions. Je me dis à la fois qu’on ne peut pas être complètement heureux tant qu’il se passe des choses comme ça quelque part, et à la fois que justement on doit en profiter doublement.

Et c’est bien ce que je compte faire en 2016 ! Profiter le plus possible du temps que je peux consacrer à mon fils et éveiller sa curiosité pour ce monde si beau et si cruel dans lequel il est arrivé. Ne pas me dire qu’il y a plein de choses que je ne peux plus faire parce que j’ai un enfant, mais penser plutôt que je les ferai autrement, ou plus tard (je pense surtout aux voyages ! ^^). Et continuer à apprendre à me connaître pour accepter mes défauts et continuer à me faire une vie qui me convient !

6 commentaires sur Mon année 2015

  1. Bonne année !
    J’aime beaucoup lire tes posts, et j’ai trouvé ton post « Je n’aime pas les enfants » très très proche de mon ressenti. J’étais même surprise de constater à quel point j’aurais pu dire quasiment exactement la même chose.
    Je suis vraiment contente de savoir que vous allez bien tous les trois (passe le bonjour à ton mari de ma part !). J’espère qu’on aura l’occasion de se voir dans l’année. Je devrais pouvoir rentrer de temps en temps à Tokyo. Vous habitez où, en banlieue ? (tu peux me le dire en mp sur facebook si tu préfères ne pas l’écrire ici)
    Et si tu as des questions auxquelles tu penses que je pourrais répondre, sur la maternité au Japon notamment, n’hésite pas ! (^_^)

    • Merci pour ton message et bonne année aussi à toi et ta petite famille !
      Si ça n’est pas cette année qu’on peut aller jusqu’à Kyûshû j’espère en effet qu’on pourra te revoir à Tôkyô ! On est près de Hôya, sur la Seibu Ikebukuro (je l’ai dit sur Twitter donc c’est plus trop un secret ^^). On peut rejoindre Mitaka ou Kichijoji en bus en une trentaine de minutes. Pour l’instant tout va bien avec le petit monstre, les premiers vaccins vont vite arriver !

  2. Bonne année !

    Je ne savais pas que vous aviez décidé d’acheter une maison. Cela fait un petit moment que mon mari et moi y pensons, mais nous ne sommes pas tout à fait d’accord sur le quartier 🙂 En ce qui me concerne, il est hors de question de m’installer en banlieue d’Hakodate, même si cela nous donnerait plus de choix de maisons.

    Pour l’enfant, nous y pensons aussi mais ni l’un ni l’autre n’en avons vraiment envie, alors on repousse tout le temps. J’ai très peur de me retrouver isolée en ayant un enfant, de voir ma vie tourner uniquement autour du gosse et de ne plus faire tout ce que je fais maintenant. J’aime travailler, et comme tu l’as bien expliqué sur un article, combiner vie professionnelle et vie familiale au Japon ressemble à une mission impossible pour une femme. D’un autre côté, à bientôt 35 ans, il va vraiment falloir que je me décide vite…

    • En effet, autant rester près du centre dans une ville de la taille de Hakodate. A Tokyo, c’est pas trop possible sans GROS moyens ^^. Déjà je me demandais combien gagnent les familles qui habitaient dans notre ancien quartier, surtout s’il y avait que le mari qui travaillait. J’imagine que chez toi les prix sont plus raisonnables, mais Motomachi ça doit pas être donné quand même ! Pourtant la classe ^^.
      Je comprends bien ton souci pour les enfants, moi comme j’ai décidé que pour l’instant je n’attendais plus rien du travail c’était plus simple. Si j’ai la motivation je saurai bien recommencer quelque chose de nouveau et de différent quand le temps sera venu ! Je ne sais pas si les conditions pour faire garder un tout petit sont moins galère en province, pas certain. Mais vu comme tu es dynamique je suis certaine que tu arriverais à te débrouiller à être active avec un petit monstre. Après, il faut voir si c’est juste le changement qui vous fait peur ou si vous n’en avez pas du tout envie. Dans ce cas, le principal c’est que vous soyez d’accord tous les deux ! ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*