20 janvier 2019

2018, une belle année musicale

année musique 2018

En commençant à réfléchir à ce que j’aurais à raconter pour mon petit bilan annuel de 2018, je me suis rendu compte que j’avais envie de dire pas mal de choses sur la musique. Je me suis donc dit, plutôt que de ne pas développer entièrement pour éviter que mon article se transforme en gros pâté, pourquoi ne pas plutôt faire un petit billet dédié ? Ca fait plus de vingt ans que la musique a énormément d’importance pour moi et bien sûr cette année 2018 n’a pas fait exception, surtout pas en ce qui concerne les concerts : je suis allée à 18 concerts en tout, c’est un record depuis que je suis au Japon et un record tout court ! Et ces différents événements reflètent bien sûr très bien mon univers musical et ma relation avec la musique.

Les concerts où je suis allée en 2018 m’ont amenée un peu aux quatre coins de la mégalopole (de Saitama à Yokohama, de Kichijoji à Shinkiba) dans toutes sortes de salles, de le la vaste arena au minuscule café en passant par le club de jazz chic et le le hall pour musique orchestrale. Même si mes goûts restent centrés sur le pop/rock, on dirait quand même qu’au bout du compte j’écoute des artistes assez différents ! Mais presque tous japonais, sans surprise. L’année dernière, j’avais vu trois artistes occidentaux, cette année il n’y a eu qu’un groupe non japonais. J’aurais pu avoir d’autres occasions (notamment Franz Ferdinand et Interpol), mais comme c’était en semaine et que je connaissais peu, j’ai préféré passer mon tour. Parce déjà que j’ai la chance de pouvoir avoir le budget et le temps, il ne faut pas non plus en vouloir trop ! Si mon autochtone n’avait pas un travail un peux flexible, je pourrais déjà mettre une croix sur la plupart des événements qui ont lieu en semaine (les babysitters au Japon ça ne court pas les rues à moins d’être dans la sphère expat dont je ne fais pas vraiment partie. Et je ne vais pas développer ici mais au bout du compte on se débrouille très bien sans ^^). Mais j’essaie quand même de les limiter au cas où il y aurait un imprévu de dernière minute car je sais par expérience que même en s’y prenant un peu en avance ça peut être galère de revendre une place de concert (même quand c’est sold out).

Mais dix-huit concerts, ça ne veut pas dire dix-huit artistes, car il y en a que j’ai vus plusieurs fois ! La palme revient à Suneohair, que j’ai vu en tout trois fois. Ensuite, deux fois pour  Quruli, Kinoko Teikoku et moumoon (qui est à ce jour le groupe que j’ai le plus vu sur scène, on a atteint les 10 concerts et ça aurait même fait 11 si je n’avais pas loupé la date de juin avec notre séjour en France !). Avec ça, on en a déjà la moitié ! Le reste : Rie fu, le concert Bra x Bra Final Fantasy VII, Asian Kung-Fu Generation, Spitz pour leur tournée fanclub, Pink Martini, Kojima Mayumi, Shiina Ringo, Yuga et pour clore l’année, Bonnie Pink que je n’avais pas vue depuis plus de trois ans. Et quand je pense à tous les concerts qu’il y aurait pu avoir en plus si j’avais eu de la chance chaque fois à la loterie et un temps libre illimité (sans compter le budget !), il y a pas mal d’autres concerts où j’aurais aimé aller, par exemple Shiina Ringo au printemps dans une salle plus petite, Satô Chiaki (la chanteuse de Kinoko Teikoku) qui a fait un concert de reprises, Gorillaz qui ont eu la mauvaise idée de jouer en semaine à Makuhari, Suneohair et son concert de Noël qui devait être super chouette… La liste est longue ! Clairement, les concerts c’est LA raison numéro 1 avec les autres événements culturels qui fait que ça vaut le coup de vivre dans une (très) grande ville.

Voir tous ces gens jouer devant moi, parfois à plusieurs dizaines de mètres mais parfois à quelques mètres à peine, m’a fait réaliser à quel point ça me manquait de ne plus jouer de guitare et à quel point je regrettais de n’en avoir jamais joué autrement que seule. Mais je me suis rendu compte aussi que je n’aimerais pas seulement reprendre la guitare, mais aussi jouer d’un autre instrument. En fait, que ce soit avec des groupes comme Quruli qui vont au-delà de la formation guitare/basse/batterie/clavier ou avec les orchestres ou formations plus orientées jazz, j’ai vu au bout du compte pas mal d’instruments différents et j’ai trouvé ça particulièrement génial. Je ne vais pas me faire de plan sur la comète parce qu’il faudrait déjà que je maîtrise le solfège pour de vrai ! J’ai appris la guitare avec les tablatures donc je n’ai que les notions rythmiques. Le peu que j’ai joué de piano c’était en apprenant par coeur après avoir déchiffré ou bien en trouvant les notes à l’oreille, je suis absolument incapable de jouer en suivant une partition quelle que soit la clé utilisée ! J’ai toujours eu un faible pour le violoncelle, mais je me dis aussi que je pourrai changer complètement des cordes et choisir un instrument à vent ? Ha mais c’est vrai, j’ai ramené ma vieille flûte à bec de chez mes parents pour en jouer à Messire, ça compte ? 😀 Ou bien est-ce que je demande à mon beau-père de me donner des cours de trompette ? ^^

Les artistes japonais étant généralement très prolifiques, plusieurs de mes chouchous ainsi que des découvertes plus récentes ont sorti un nouvel album en 2018. On a eu le droit au septième de moumoon, meilleur que le précédent mais qui n’atteint pas pour moi la qualité de LOVE before we DIE, qui reste une référence pour moi avec le premier album éponyme du duo. Quruli a également sorti un nouveau disque, que je trouve moins bon que THE PIER mais la barre était très très haute, et vu la manière dont le groupe fonctionne avec ses albums presque concept je ne peux pas dire que je sois déçue, surtout que ça donne toujours super bien sur scène ! Le groupe Kinoku Teikoku, que j’ai découvert vers la fin de 2017 et que j’ai donc vu 2 fois en live cette année, a également sorti au printemps son troisième album en major, Time Lapse. Et il est particulièrement génial ! Il fait vraiment partie de ces disques qui forment un tout, que l’on apprécie d’écouter d’un bout à l’autre dans l’ordre. Et puis au printemps aussi, j’ai découvert presque par hasard Yuga avec son deuxième album, Mahou, qui venait juste de sortir. On a rarement vu un titre si bien choisi (mahou signifie magie) ! J’ai hâte de pouvoir vous parler un peu plus de Yuga, je ne pense pas que je serai capable d’écrire sur le disque lui-même mais il y aura au moins le récit de son concert. En tout cas, c’est certain qu’elle fera partie des artistes à aller voir en priorité en 2019 !

Qu’est-ce qu’il y aura d’autre, en 2019 ? J’ai déjà deux petits concerts sur mon planning, et j’espère bien en ajouter d’autres ! Je guette l’annonce d’une nouvelle tournée Bra x Bra Final Fantasy car j’ai vraiment adoré, apparemment Uematsu a eu des soucis de santé donc j’espère qu’il sera vraiment remis au printemps comme il  l’annonçait récemment. Même s’il faudra sûrement attendre le dernier quart de l’année, Spitz devrait logiquement sortir un nouveau disque et ça serait bien qu’on ait au moins un petit single à se mettre sous la dent avant. Le concert fanclub est passé très vite et me parait déjà bien loin, j’ai vraiment hâte de les revoir mais à moins qu’ils ne prévoient une tournée spéciale d’été sinon il faudra vraisemblablement attendre 2020. Rie fu a annoncé un nouveau disque pour l’année prochaine, je guette donc sa prochaine venue au Japon pour nous le présenter ! J’espère aussi que Bonnie Pink va faire son retour pour de bon, et je vais continuer à guetter du côté des artistes occidentaux, notamment du côté des Smashing Pumpkins vu qu’ils tournent en version « presque comme avant » et que ça serait con de les louper s’ils se décident à venir à Tokyo. J’espère que je pourrai vous dire aussi que je vais aller voir U2 car ça voudra dire qu’une de mes amies va enfin pouvoir réaliser un de ses rêves ! Et puis comme je l’évoquais brièvement en écrivant sur le film Bohemian Rhapsody, il faudra que je continue petit à petit à remédier à mon inculture musicale et pour ça Spotify devrait bien m’aider, je crois que je rentabilise bien mon abonnement et ça sera encore plus le cas s’ils parviennent à convaincre les maisons de disques japonaises encore réticentes au progrès ^^.

Puisqu’on parle de Spotify, j’en profite pour mentionner une dernière chose : j’ai créé une petite playlist des chansons que Messire aime bien, complétée par des fichiers locaux quand les chansons en question ne sont pas disponibles sur la plateforme. Il adore toujours écouter Akai densha de Quruli, et puis aussi la chanson de Spitz que je lui chantais le soir ou des chansons de Shirokuma Cafe (notre coup de coeur anime de l’année ^^). Je sais bien qu’il n’a que trois ans et que ça ne veut pas dire qu’il aimera toujours la musique que sa mère écoute mais je suis contente de pouvoir déjà partager ça avec lui. Et puis pour revenir aux instruments de musique, j’espère qu’il s’intéressera de lui-même et demandera à en jouer, mais je n’ai pas du tout l’intention de lui faire prendre des cours de musique juste parce que ça fait classe de jouer du piano ou je ne sais quoi. En attendant de m’accompagner à des concerts, il va encore avoir un paquet de soirées entre couilles avec son père ! (Oui il me fallait bien une note raffinée pour finir :D).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*