28 mai 2018

[Japon 2010] Jour 21 : Deuxième excursion à Kyôto et soirée à Ôsaka

kyoto pavillon d'or

De retour dans le Kansai après mon échappée à Hiroshima et à Miyajima, il me fallait bien retourner visiter un peu Kyôto et ne pas rester sur ma première visite un peu gâchée par le mauvais timing et le bus. Pour cette deuxième journée, je n’ai pas du tout fait dans l’original car j’ai commencé par aller au Pavillon d’or. J’ai hésité un peu, me disant que c’était vraiment cliché, qu’en plus c’était même plus le vrai. Puis quand même, ça aurait été vraiment bête, non ? ^^

Le bâtiment a beau n’avoir pas beaucoup plus d’un demi-siècle, il n’en reste pas moins impressionnant et beau, particulièrement en raison de son reflet sur le plan d’eau qui se trouve juste avant. J’ai essayé de me rappeler le roman de Mishima au fur et à mesure que je découvrais les lileux, voir si j’arrivais à faire correspondre la réalité avec la description faite par l’auteur, mais en fait je ne m’en souvenais pas si bien que ça. J’ai bien aimé le petit chemin qui remonte derrière le Pavillon, avec les statues et toute la verdure.

kyoto

En sortant, nous avons marché un bon petit bout jusqu’au Daitokuji. Enfin, nous n’avons même pas vu le bâtiment principal lui-même, en fait, mais nous nous sommes promenés parmi tous les petits temples annexes, et comme nous ne pouvions pas les visiter tous, autant question de temps que de budget, nous en avons choisi un : le Ryôgen-in, avec ses cinq jardins. Le calme qui règne dans les temples est toujours impressionnant. Le seul bruit qu’on entend est en fait le grincement des parquets. Quand on est sur les vérandas, on est vraiment entre intérieur et extérieur, c’est une impression particulière aux constructions japonaises.

kyoto

En sortant, passage au konbini pour prendre de quoi déjeuner dans le parc Funaokayama. Chose pas étonnante, le parc se trouvait à côté d’un sanctuaire, le Kenkun jinja, dédié à Oda Nobunaga, et nous avons donc été y faire un tour. Nous nous sommes ensuite promené un peu au hasard des petites rues et sommes tombés sur un sanctuaire désaffecté qui avait l’air de servir de parking ! A côté, un autre sanctuaire qui était lui encore en fonction, mais tout près de bâtiments d’habitation, ce qui est toujours assez étonnant.

kyoto

kyoto

kyoto

Dernière visite de la journée : visite du Nijô-jô des Tokugawa. Nous n’avons pas pu prendre notre temps car l’heure de la fermeture approchait, mais c’était suffisant pour s’imprégner dans l’ambiance des bâtiments et des jardins. Le bruit du parquet des couloirs m’a donné l’impression de me retrouver dans le Clan des Otori avec le parquet du rossignol ! Les photos étant interdites, les seuls souvenirs que j’ai sont dans ma tête. Je n’ai pas gardé les détails de toutes les pièces, mais j’ai été impressionnée par la décoration du plafond des couloirs.

kyoto

kyoto

Comme nous ne sommes pas rentrés tard, nous avons pu profiter un peu de la soirée à Ôsaka. Nous avons été nous balader dans Nanba, dans la fameuse Dotonbori, avec toutes ses illuminations, son enseigne de crabe géante, la célèbre pub Glico et l’étrange manège qui ne fonctionne plus. Plein de monde évidemment, mais là encore j’ai trouvé la foule moins oppressante que dans  d’autres pays, à commencer par la France évidemment.

osaka glico

osaka dotonbori

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*