28 juin 2017

Le Pola Museum of Art, ou comment découvrir par hasard la plus grande collection de Monet et de Renoir du Japon

hakone pola museum

Lors de ma visite à Hakone l’hiver dernier, comme le temps était maussade et que nous n’avions qu’une journée, il n’était pas question de faire le grand tour jusqu’au lac avec le cablecar, le téléphérique et tout le tintoin. Nous nous étions donc arrêtés à Gora, jusqu’où monte la ligne Tozan depuis Odawara et Yumoto. En sortant du parc et de ses jolies serres, nous étions retournés à la gare de Gora pour aviser pour la suite de la journée. Et puis en regardant les affiches pour les attractions alentours, nous en avons vu une pour un musée, avec un tableau de Renoir. Je me suis souvenue en avoir vu une un peu plus tôt dans la journée avec un Monet cette fois. Mais oui, parce qu’à Hakone, il y a un musée de peinture. J’avais entendu parlé du musée de sculpture en plein air, mais pas du tout d’un musée avec des peintures impressionnistes.

Après un bon quart d’heure de trajet avec une des lignes de bus de Hakone et une multitude de virages, nous arrivons devant un bâtiment très moderne mais dont la forme se fond dans le paysage montagneux. Nous voilà au musée Pola. Mais Pola, c’est quoi ? Je ne le savais même pas, mais c’est un gros groupe japonais de cosmétiques (maintenant que je connais, je vois régulièrement leurs produits dans les grands magasins, en fait ^^). Le président du groupe, Suzuki Tsuneshi (1930-2000) était un grand amateur et collectionneur d’art. Peu après sa mort, il a été décidé de créer un musée pour montrer sa collection au public. Et quelle collection !

Le principe du musée est de présenter une partie de la collection de Suzuki sous forme d’exposition temporaire thématique. Pour cette première visite, je suis diablement bien tombée, car la vedette était Monet, et je pense qu’aucun des 19 tableaux ne manquait à l’appel. Oui, 19 oeuvres de Monet cachées dans les montagnes de Kanagawa près du mont Fuji, rien que ça ! Une cathédrale de Rouen, des meules, une vue de Westminster, de Charing Cross, de Waterloo Bridge, Vétheuil, les peupliers, les nymphéas… Un vrai petit condensé de l’oeuvre de l’artiste. Mon coup de coeur est le tableau intitulé Argenteuil, la berge en fleurs. Il est vraiment différent des nombreuses autres toiles que l’artiste a peinte d’Argenteuil, du moins de celles que j’ai pu voir. Le contraste entre les fleurs et l’arrière-plan urbain et industriel, avec l’eau entre les deux, est superbe.

visite,musée,impressionnisme,monet,renoir,hakone,kanagawa

Comme si cela ne suffisait pas, au musée Pola, on peut aussi voir de nombreux Renoir (sujet de l’exposition en cours à l’heure où j’écris ces lignes, comme c’est tenant !) Vous en voulez encore ? Du Picasso (six ou sept si je me souviens bien), du Van Gogh, du Degas, du Cézanne, du Redon, du Signac, du Gauguin, du Modigliani, du Rousseau… C’est bon ? Ca ce n’était que pour l’art occidental ! En transition, il y a de nombreuses oeuvres de Foujita, et ensuite plein d’artistes japonais que je ne connaissais pas et que j’ai pu découvrir un peu, surtout lors de ma deuxième visite, à l’occasion de deux jours passés à Hakone au printemps.

L’exposition était cette fois consacrée aux artistes japonais, de style occidental ou nihonga. Exit donc Monet et compagnie ! Il y avait beaucoup d’oeuvres de Sugihara Yasushi (1909 – 1993). Je ne connaissais pas du tout, c’est particulier, mais j’ai généralement bien aimé sa manière de représenter les animaux. J’ai aussi beaucoup aimé les fleurs d’Oka Shikanosuke. Il y a un autre artiste qui m’avait marquée, mais je n’ai pas noté son nom, et le site assez incomplet du musée ne m’aide pas…

Suzuki ne collectionnait pas seulement les peintures, mais aussi les objets d’art. On en trouve donc pas mal aux côtés des toiles, cette fois encore occidentaux (verreries Gallé ou Tiffany !) comme orientaux, d’époques différentes. L’homme d’affaires aimait les chevaux, il y a donc un certain nombre d’objets et de tableaux qui représentent l’animal. Enfin, au début de l’espace d’exposition, le bureau de Suzuki au siège de Pola (dans le quartier de Gotanda à Tokyo), est reconstitué.

Le musée Pola est un endroit passionnant pour ses oeuvres, mais aussi pour son histoire et sa localisation. C’est fascinant de voir ce qu’une personne a pu rassembler tout au long de sa vie. Et surtout de ne pas tout voir d’un coup tellement il y en a ! Moi qui ait toujours été habituée à aller dans des musées au centre de grandes villes, j’ai adoré découvrir par hasard ce lieu dédié à l’art dans les montagnes, à plus de deux heures de Tokyo. Certes, ce n’est pas au milieu de nulle part, c’est un lieu touristique, mais tout de même, la démarche n’est pas la même pour se rendre dans ce musée que pour se rendre à Orsay, à la National Gallery ou au Met !

Apparemment les habitants des alentours avaient été assez hostiles à la construction d’un bâtiment dans la montagne. Franchement, à côté des complexes hôteliers qu’on peut trouver dans le coin, le musée se fond bien mieux dans le paysage !

Si Hakone est un lieu qui vaut le détour, c’est aussi parce qu’il n’y a pas que la nature, les onsen et les moyens de transport pittoresques. Il y a aussi plein de musées, et celui-là mérite clairement une visite. Plusieurs, même !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*