24 avril 2018

[Drama] Galileo

drama galileo

Titre japonais : ガリレオ

Nombre d’épisodes : 10

Diffusé en : Automne 2007

Chaîne de diffusion : Fuji TV

Fiche : DramaWiki

Ca faisait pas mal de temps que j’entendais parler de ce drama, et même si je ne la connais pas tant que ça, ça me disait bien de revoir Shibasaki Kou. Pas besoin de plus d’arguments pour se lancer dans le visionnage d’une série d’enquête !

Et autant ne pas attendre plus pour le dire : Galileo possède à la fois les avantages et les inconvénients des drama du genre : une enquête par épisode, ça veut dire des guests à chaque fois, mais aussi pas beaucoup de place pour les personnages récurrents. Mais pour peu que le drama propose des personnages sympa et une façon originale d’aborder les enquêtes (comme dans Kiina ou MR. BRAIN), si on est d’humeur ça peut passer tout à fait. Et j’ai trouvé pour ma part que Galileo s’en sortait bien.

Au premier plan, comme toujours ou presque, un duo. Celui d’une jeune flic un peu plus tenace que la moyenne, Utsumi, et d’un professeur chercheur en sciences physiques, Yukawa, surnommé Galileo. Si le fonctionnement est très classique (elle pose les questions, elle ne comprend pas tout ce qui se passe, lui est là pour répondre et pige tout avant tout le monde), le duo est quand même bien sympa.drama galileo

Le personnage d’Utsumi est bien différent des rôles dans lesquels j’ai pu voir Shibasaki Kou auparavant et j’ai trouvé qu’elle s’en sortait bien. Son côté impulsif et intuitif est en opposition totale avec le caractère de Yukawa, et ça donne des dialogues et des situations assez cocasses.

Je ne connaissais pas Fukuyama Masaharu en tant qu’acteur, et si je trouve que ses intonations de voix sont parfois étranges (on a l’impression qu’il se force à prendre une grosse voix), j’ai trouvé qu’il rendait bien le côté hyper-rationnel et un peu antisocial sur les bords de Yukawa. En fait, l’acteur me fait penser à Tamaki Hiroshi, non pas qu’ils se ressemblent vraiment, mais peut-être parce que Yukawa m’a rappelé le personnage de Chiaki, et qu’Utsumi a presque des airs de Nodame à le poursuivre partout. Mais bon, évidemment, le contexte est bien différent.drama galileo

Du côté des autres personnages, on peut noter par exemple la présence de Kitamura Kazuki, flic qui était à l’université avec Yukawa et qui a collaboré avec lui avant d’être muté. C’est donc logiquement lui qui met nos deux héros en relation. Le personnage de Yuge, supérieur typiquement borné d’Utsumi, n’est pas franchement mémorable, mais il y a un autre personnage très sympathique qui participe aux enquêtes : Jônouchi, le médecin légiste, jouée par Maya Miki. Décidément, j’aime beaucoup cette actrice.drama galileodrama galileo

Du côté du labo de Yukawa, celui qu’on voit le plus est Kuribayashi (joué par Watanabe Ikkei, croisé dans plusieurs séries). Il est plus âgé que Yukawa, mais reste son assistant car après toutes ces années passées à l’université il n’est apparemment encore pas parvenu à soumettre sa thèse. Le personnage participe bien au côté léger de la série, il n’est pas non plus inoubliable mais sa loufoquerie est bien dosée et ça passe très bien.drama galileo

Du côté des guests, on a encore le droit à une belle brochette : dans le premier épisode, Karasawa Toshiaki, que j’ai de nouveau beaucoup apprécié même si évidemment ses apparitions sont courtes. Dans le troisième, Hirosue Ryôko, dans le quatrième, Katori Shingo, que j’ai trouvé assez excellent dans son rôle de scientifique cinglé. Dans le cinquième, Ohgo Shizuka, encore une fois beaucoup plus sympa que la plate Horikita Maki qui apparaît dans le sixième. Dans le septième enfin, Fukada Kyôko, tellement douée pour faire style elle pose des questions innocentes.drama galileo

Les enquêtes sont donc basées sur des phénomènes de sciences physiques. Ce qui peut être frustrant, c’est que les explications sont généralement très poussées et que c’est un peu impossible de faire soi-même des déductions avant de connaître le fin mot de l’histoire. Mais en revanche l’explication est claire, même quand on n’a pas un esprit très scientifique ^^.

Et le bon point, c’est que les enquêtes sont variées : le phénomène physique mystérieux n’a pas toujours la même relation avec le crime sur lequel Utsumi enquête. Des fois, il entre directement en compte dans la façon dont la victime a été tuée, des fois le lien est plus subtile. Si on a donc un schéma bien établi à chaque épisode (avec par exemple la petit séquence où Yukawa a une illumination et se met à écrire des formules partout avec ce qui lui tombe sous la main), ça n’est pas trop répétitif. Et puis les deux derniers épisodes constituent l’enquête finale, qui nous permet d’apercevoir un peu du passé de Yukawa. Mais comme presque toujours, ça n’est pas assez et on reste un peu sur sa faim par rapport aux personnages. Il faut décidément faire avec dans ce genre de drama !drama galileo

Mais avant de conclure, il faut évidemment parler de la musique, surtout qu’elle joue en faveur de la série : quand je disais plus haut que je ne connaissais pas Fukuyama Masaharu en tant qu’acteur, ça sous-entendait évidemment que je le connaissais autrement : en tant que chanteur, plus précisément de la chanson-thème de Slow dance, que j’avais beaucoup aimée et qu’il a également composée. Il est aux commandes de l’OST avec Kanno Yûgo, habitué des drama,et le résultat est vraiment sympa. Le thème du générique de début est bien entraînant, et j’ai aussi aimé sa déclinaison plus accoustique. Il y a d’autres pistes qui donnent une ambiance mystérieuse bien dosée.

Fukuyama a également composé la chanson thème, chantée (évidemment pourrait-on dire) par Shibasaki Kou. Je préfère les chansons plus mélancoliques qu’elle a chantées pour Byakuyakou, SekaiChuu ou encore Egao no hosoku, mais la mélodie enjouée passe bien et conclut bien les épisodes.

Au final, ce drama n’est peut-être pas incontournable, mais il vaut le détour si on recherche une série du genre et qu’on est prêt à mettre de côté les petits inconvénients évoqués plus haut. La réalisation est réussie, le duo principal a un très bon capital sympathie et les enquêtes sont assez variées. Pas le genre de drama dont on s’enfile plusieurs épisodes à la suite, mais une petite enquête de temps en temps, sans prise de tête, ça passe vraiment bien. Maintenant, il ne me reste plus qu’à regarder l »épisode spécial, dont l’histoire se situe apparemment avant celle du drama, ainsi que le film.

1 commentaire sur [Drama] Galileo

  1. Commentaires laissés sur l’ancienne version du blog

    Ce qui est toujours bien pratique quand je lis un de tes articles, c’est que tu détailles toujours le casting. Et je m’aperçois que je connais maintenant tous ces acteurs secondaires. Par contre, j’ai jamais revu l’acteur principal, dommage, il avait une bonne tête (remarque fort intéressante). Mon visionnage de « Galileo » remonte à loin. Je me souviens par contre d’une enquête assez spectaculaire avec une tête qui s’enflamme ^^. Dans l’ensemble, le drama m’avait bien plu même si comme tu dis, le format ne permet pas tellement d’en savoir plus sur les persos principaux. Tu me fais penser également que j’ai toujours pas mis le nez dans l’épisode spécial.

    Écrit par : Lynda | 12.09.2010

    Bien d’accord, Fukuyama a une bonne tête, même si l’affiche de Galileo le met pas vraiment en valeur. Apparemment on parle pas mal de lui au Japon en ce moment, entre son rôle principal dans le drama historique de la NHK de cette année (Ryoma den) et ses singles qui se vendent très bien.

    J’ai pourtant lu la grosse majorité de tes articles j-drama mais j’avais pas remarqué que tu avais vu Galileo ! Moi non plus faut pas que je l’oublie l’épisode spécial, surtout que ça a l’air d’être une vraie histoire et pas un simple récapitulatif, ce qui n’est pas si fréquent ^^.

    Écrit par : Katzina | 13.09.2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*