19 novembre 2018

Mon année 2013

Il s’est passé tellement de choses pour moi en 2013 que franchement, là, je ne sais pas par où commencer ! Enfin, en fait, il ne s’est pas passé trente-six mille choses, juste une énorme qui a eu de multiples conséquences ^^. M’enfin, si je commence à parler en détail de tout ça, on n’est pas sorti de l’auberge, alors ça sera une version assez résumée, peut-être un peu trop descriptive mais je ne vois pas comment faire autrement, à part ouvrir un blog perso sur mes histoires de couple :pfleur prunier

Mi-janvier, après trois petites semaines passées en France pour les fêtes, me voilà de retour à Tokyo pour profiter des joies de l’hiver japonais (en deux mots : se cailler plus chez soi qu’à l’extérieur si on a quelques considérations sur sa consommation énergétique…). Je ne passe presque plus de temps dans ma chambre d’Ekoda, à part dans la journée pour bosser sur un projet de trad en freelance que j’ai déniché fin janvier-début février pour deux semaines. Le reste du temps, je suis à Nakano chez mon petit homo japonicus.

J’étais prête à m’engager dans une relation sérieuse et à faire ce qu’il fallait pour qu’on ne soit pas séparés à cause de formalités administratives qui peuvent en fin de compte facilement être réglées. L’homme n’a pas attendu la veille de l’expiration de mon visa pour me parler de tout ça, on a donc pu faire les choses de manière pas trop précipitée, même si avec la distance avec la France et la limite de temps il n’y avait pas de solutions idéales.

Au printemps, j’emménage définitivement à Nakano et je commence à voir autrement ma vie au Japon car je n’y suis plus pour quelques mois seulement mais pour très longtemps peut-être.  Mi-avril, je commence un autre projet de traduction qui m’occupera pas mal jusqu’à la mi-juin avec quelques pauses, dont une pour passer du temps avec mes parents venus à la rencontre de mon homme et de son pays.hortensia

Juin, l’été arrive et c’est le grand jour, nous voilà aptes à cohabiter en suivant les bonnes moeurs :p Et oui, bien sûr, je vous raconterai quand même comment une procédure de mariage dans une mairie japonaise c’est super romantique :p Deux semaines après à peine, nous arrivons en France pour fêter une deuxième fois l’événement et pour que je puisse déménager de mes quartiers rouennais, qui j’avais laissés tels quels vu que j’étais supposée être partie seulement un an.

J’avais l’intuition que je resterais plus d’un an au Japon, mais vu comment ça se présentait côté boulot je ne comptais pas du tout obtenir un visa. Pour autant, je n’aurais pas du tout imaginé être éligible à un visa de conjointe. Mais tout ça est devenu rapidement très évident ! Les trois semaines en France ont été très éprouvantes à cause du déménagement. En cinq ans, on en entasse des choses dans 40m². Et bien sûr, je ne pouvais pas tout emmener avec moi, car c’était impossible ou trop cher logistiquement, mais aussi car je n’ai pas l’utilité de certaines choses ou pas de place dans l’immédiat.

Malgré tout ce boulot de cartons et de valises, j’ai heureusement eu le temps de faire visiter ma ville et ma région à mon homme et de passer du temps en famille. Je suis vraiment heureuse que ma grand-mère paternelle qui nous a quittés fin octobre ait pu le voir au moins une fois. Le temps a été superbe pendant tout notre séjour (moi qui attendais la fraîcheur normande pour oublier la chaleur étouffante de Tokyo !) et nous avons vu plein de belles choses, comme le feu d’artifice du 14 juillet à Rouen qui était vraiment superbe.automne

Alors que nous sommes sur le chemin de Roissy pour prendre notre vol retour pour Tokyo, je reçois un mail me proposant un entretien pour un travail à temps partiel. L’entretien en question aura lieu 3 jours plus tard et il sera fructueux. Résultat, le 30 juillet, alors que je m’attendais à devoir me résigner à trouver plus de traduction sous-payée en freelance pour ne pas rester inactive, je commence un travail d’assistante de contenu de site web. Certes ce n’est que 24h par semaine, certes je peux en théorie être virée du jour au lendemain car c’est un baito, mais quel bonheur d’avoir enfin eu le bon timing, de tomber sur les bonnes personnes et de se voir donner une chance !

Mon mari a commencé un nouveau travail en même temps que moi, et depuis août nous avons donc pris un petit rythme quotidien. La chaleur de l’été a fini par s’en aller en nous offrant au passage quelques typhons. La période où l’on peut se passer de clim et de chauffage dans l’appartement m’a comme au printemps paru bien courte ! En novembre, j’ai travaillé depuis la maison en attendant que mon entreprise déménage de ses locaux devenus trop petits.

En moins de deux, les trois premières semaines de décembre sont passées, et le moment de finir cette année en beauté est venu : on s’envole pour fêter Noël à Chicago, où ma meilleure amie (que j’appelle couramment ma femme ^^) habite depuis plus de trois ans maintenant. J’avais un mari à lui présenter (ce n’est pas tous les jours qu’on présente son mari à sa femme, n’est-ce pas ? :p), et elle m’a présenté sa fille qui n’avait pas encore cinq mois. Je suis vraiment heureuse qu’on ait pu saisir l’occasion de faire ce voyage, et s’il y a plein d’autres endroits à visiter (trop, tout simplement !), j’aurai toujours une bonne occasion de retourner chez l’oncle Sam dans les prochaines années.chicago hiver

J’ai eu tellement de choses en 2013 que j’ai l’impression d’avoir épuisé mes crédits de chance ! Comme s’il fallait malgré tout un équilibre à tout ça, dans mon entourage des gens sont partis et d’autres sont en peine ou n’ont pas obtenu des choses qu’ils mériteraient bien… Je ne voudrais avoir en aucun cas avoir l’air de me plaindre, mais c’est quand même assez effrayant que tout ait changé si rapidement. Je n’ai pas hésité à faire ce que j’ai fait et je pense que je ne le regretterai jamais quoi qu’il arrive, mais ça ne m’empêche pas d’avoir peur parfois, genre c’est trop beau ce qui m’arrive, ça ne peut pas durer !

En tout cas, je compte bien faire ce qu’il faut en 2014 pour garder tout ce que j’ai reçu ! Continuer la route que nous avons commencé à suivre à deux, par exemple en nous trouvant un nid plus douillet. Prendre encore plus mes repères au Japon au quotidien pour ne plus me donner l’impression que je ne suis que de passage. Et côté boulot, j’espère vraiment pouvoir continuer à apprendre beaucoup et à pouvoir voir évoluer le projet sur lequel je travaille, et même d’autres. Mes parents et mes soeurs vont venir nous rendre visite en avril, je crois que ça va arriver très vite !année du cheval

Je l’avais déjà dit il y a quelques semaines dans le billet anniversaire, le contenu du blog a pas mal évolué en 2013 du fait de tous ces changements personnels. J’ai négligé les drama pour plusieurs raisons, qu’il faudrait que j’explique enfin comme il faut dans un billet à part pour ne pas allonger inutilement celui-ci. Mais tout comme les anime, ils font toujours partie de mon paysage de divertissements et ne vont certainement pas disparaître de sitôt ! Je néglige toujours autant de parler des longs métrages et des livres ici, ça me chagrine toujours autant mais je crois que je pourrai jamais rien y faire ! Pourtant, il y a eu de bons moments de ce côté aussi en 2013. Enfin, côté musique, c’était le bonheur ! 9 ou 10 concerts, un album de moumoon, un de Spitz et de belles découvertes même si je ne les ai pas toutes apronfondies.

Il y a encore tellement de choses de 2013 dont je ne vous ai pas parlé ! Tellement de bonne bouffe et de beaux endroits de Tokyo à partager ! Je crois que je ne rattraperai jamais vraiment ce « retard », c’est à la fois exaspérant et très  stimulant. J’ai régulièrement lu des gens qui ne savaient pas quoi écrire sur leur blog. Moi, si je sèche, c’est juste parce que je ne sais pas par où commencer !

Je vous souhaite à tous le meilleur pour 2014 ! Merci le serpent, bienvenue le cheval ! 🙂

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*