23 janvier 2018

Suneohair au Tower Records de Shinjuku

suneohair slow dance

Le 24 octobre 2012, Suneohair a sorti un nouveau single, slow dance. Ce n’est pas dans mes habitudes d’acheter les singles, car c’est déjà assez ruineux comme ça de collectionner les albums vu le prix des CD japonais (et le taux de conversion quand on doit les acheter en euros…). Mais là j’avais une bonne raison de le faire !

Le jour même de la sortie du disque, en fin d’après-midi, je suis passée au Tower Records de Shinjuku pour prendre mon exemplaire. Tant qu’à faire, l’édition limitée avec DVD, on n’est plus à ça près ^^.  Au passage, j’ai pris en photo le robot qui a été utilisé pour le clip de slow dance, qui était sous vitrine dans le magasin. Je me suis vu remettre grâce à mon achat un petit ticket magique qui m’a permis d’assister la semaine suivante au mini-concert et à la séance de dédicaces du chanteur organisés dans le magasin.

suneohair slow dance

J’avais un peu hésité, me disant que je ferais tout aussi bien de garder mes sous pour les albums et les vrais concerts, mais en fait j’ai bien fait de faire ce qu’il fallait pour avoir un ticket ! Comme pour OhashiTrio en septembre, avoir l’opportunité d’être présent à ce genre d’événements, c’est vraiment profiter à fond d’être au Japon, et en particulier dans la capitale.

Le vendredi 2 novembre, je suis donc sortie en toute hâte de mon boulot à Perpète-les-Oies, direction Shinjuku, avec dans mon sac mon ticket magique et mon CD. J’arrive dans le magasin de disques, je vais à l’étage où un espace est réservé pour les mini-concerts. Oh, mais qu’entends-je, que vois-je ? Le chanteur est déjà sur scène, en train de terminer la répétition ^^. Après ça, on nous fait patienter un peu dans les escaliers du bâtiment (peu empruntés car en retrait et tout le monde prend les escalators ^^) pour éviter d’encombrer les rayons. Et puis alors que 19h approchent, on nous dirige vers l’espace devant la petite scène dans un ordre qui suit les tranches de numéros de billets. J’ai le 51, je me retrouve donc en gros au milieu vu qu’on est une centaine en tout.

Le chanteur arrive sur scène, accompagné d’un jeune musicien lui aussi équipé d’une guitare. Je ne me souviens pas qu’il nous l’ait présenté, mais en tout cas ils formaient un très bon duo, au niveau des instruments comme au niveau de la voix. Et là, il est temps d’avouer la grave erreur que j’ai faite : j’étais persuadée de pouvoir trouver sur le net la setlist du concert, et je n’ai donc rien noté et rien cherché à mémoriser, ce qui aurait pourtant été possible vu que c’était une courte performance. Et en fait, je n’ai pas du tout pu trouver de liste -__-. Donc même si j’avais écrit mon billet quelques jours après, je crois que ça n’aurait pas fait beaucoup de différence ! Je ne pourrai donc pas vous citer toutes les chansons qui ont été jouées dans l’ordre…

Je sais en tout cas qu’il y a eu Headphone music, dont une version accoustique figurait en face B du single de la chanson. Et avec les harmonies vocales dans le refrain, elle est vraiment chouette. Il y a eu évidemment slow dance, et il y a eu aussi le bon vieux Split. Je crois bien qu’il y a eu un ou deux autres titres parmis les plus récents, mais pas moyen de m’en souvenir. Par contre, je me rappelle parfaitement de Sarari, une de mes chansons préférées du dernier album. Suneohair l’a commencée en chantant la mélodie que l’on retrouve dans le pont. Ca montait assez haut, et la voix du chanteur était magnifique. La chanson est assez longue, et c’était tout simplement superbe d’un bout à l’autre !

Même si pendant ce (trop) court concert le chanteur n’a évidemment pas eu le temps de raconter sa vie en long et en large, il a eu quelques remarques assez amusantes, notamment sur la tenue d’une des fans du premier rang. En gros, c’était : Il commence à faire froid, faut pas porter un t-shirt à manches courtes ! Ha, mais c’est un t-shirt de moi ! :p

Comme ce que j’avais imaginé, les superbes mélodies de Suneohair rendent extrêmement bien en live, et j’ai vécu un de ces moments où le temps semble un peu s’arrêter et où l’on ne sait plus trop où l’on est quand ça s’arrête. Enfin, là je l’ai su quand même, car la soirée n’était pas terminée ! En faisant sagement la queue (j’ai encore pu admirer le sens de l’organisation et le suivi des consignes à la japonaise !), toutes les personnes présentes ont pu avoir leur single signé.

Je suis contente d’avoir eu cette signature, ça fait un beau souvenir de cette soirée ! Dans ce genre de situation, je ne sais jamais quoi dire, alors je me suis contentée d’un grand merci quand il m’a serré la main :). Je n’ai repéré qu’une seule autre personne occidentale dans la salle à part moi, j’ose imaginer que ça a fait plaisir au chanteur de voir qu’il avait aussi un public international. Merci Honey and Clover !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*