20 novembre 2017

Unfair : L’épisode spécial et le film

unfair film

Quelques mois après avoir vu les 11 épisodes du drama  Unfair, il était temps de s’attaquer à la suite, à commencer par l’épisode spécial. Il se passe assez logiquement après la série et a pour thème l’enquête autour de la mort du père de Yukihira. J’ai retrouvé avec grand plaisir les personnages et l’ambiance de la série (la musique est décidément excellente). Cette fois, j’ai réussi à deviner assez rapidement qui était le « coupable », mais les dessous de l’intrigue restent bien fichus. Un vrai SP bien comme il faut, comme il n’y en a pas si souvent !

Quelques jours après, je me suis attaquée au film, qui reprend les thèmes amorcés dans l’épisode spécial. Et là, je me suis dit que décidément, je voyais pas pourquoi on cherchait absolument à passer au grand écran quand une série marchait bien sur le petit. Je parle du moins pour ce qui est des séries japonaises que j’ai pu voir. Je sais pas si c’est le fait que ça se veuille plus prestigieux, mais pour une longueur à peu près équivalente, je trouve que le SP fait pour la télé était mieux fichu que ce film sorti sur les grands écrans (japonais, du moins ^^).

Je ne vais pas prétendre que Unfair était super inventive et unique, toujours est-il qu’elle était vraiment bien ficelée question intrigue, réalisation, musique, interprétation, un peu de tout quoi ^^. Là dans le film, on nous sort des thèmes vus et revus dans le cinéma et séries en tout genre : et hop une prise d’otage, et hop une petite menace d’attaque bactériologique, et hop un désamorçage de bombe, avec des ficelles parfois bien grosses du genre : oui, j’ai toujours sur moi une pince coupante pour désamorcer les bombes. Pourtant, je suis pas vraiment connaisseuse dans le genre ^^.

Le film n’a donc pas vraiment d’intérêt si on ne connaît ni les personnages ni les événements du renzoku et du SP. J’ai trouvé dommage que Kagawa Teruyuki soit absent du casting : il joue le père de Mio, à qui il arrive encore de sacrées aventures, du coup ça fait bizarre qu’il n’apparaisse pas, ne serait-ce que pour sermonner la mère de sa fille. Sinon, j’ai avec plaisir découvert quelques têtes connues qui jouent des personnages propres à ce long métrage : Shiina Kippei, Narimiya Hiroki et Eguchi Yôsuke, déjà présent dans le SP et qui a un rôle plutôt sympa.

J’ai donc passé tout de même un bon moment, mais ce film n’était peut-être pas nécessaire.  Le fait de vouloir être trop spectaculaire casse un peu l’ambiance que j’avais tant appréciée. Ceux qui ont vu le film sans voir la série télé avant doivent se faire une piètre idée de celle-ci, c’est assez dommage ! ^^

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*