[Cher journal #42] Mon mois de septembre 2020

higanbana

Même si ce n’était pas encore évident vu les températures qu’on a eu durant une grosse première moitié du mois, septembre a bel et bien mis fin à l’été. On a eu pas mal de jours pluvieux, tellement que c’était une deuxième mini saison des pluies. Mais on a réussi à évité les typhons à Tokyo, même si un moment c’était pas gagné, et dans les tous derniers jours du mois l’ambiance de l’automne japonais est apparue avec de douces journées bien ensoleillées et embaumées par le fort parfum des osmanthus. Adieu la clim, bienvenue aux nuits passées la fenêtre ouverte avec les grillons qui braillent dans le jardin des voisins, et même retour de la couette de demi-saison !

Aussi inéluctable que la fin de l’été, en septembre c’est aussi le mois où je prends un an de plus. On a fêté ça le jour même avec l’autochtone en allant de faire péter la panse avec un repas de kaiseki pendant que Messire mangeait son bentô au yochien où il avait fait sa rentrée 2 jours avant. On est passé prendre des gâteaux à une pâtisserie et du coup on les a mangés le soir car au goûter c’était pas possible ;D.

Ca faisait longtemps que je voulais retourner au Shirokuma Cafe mais j’hésitais à prendre le train juste pour ça, mais là j’ai décidé que ça serait mon cadeau d’anniversaire donc on y est allé pour le goûter tous les 3 le premier samedi de septembre, et justement ce jour-là la nouvelle est tombée que le café allait fermer à la fin du mois. Après l’annonce il y avait la queue toute la journée donc c’était un peu mort pour y retourner. Il y a eu une loterie pour les places des 3 ultimes jours mais je n’ai pas eu de chance ! Je raconterai tout ça en détail dans un billet dédié :). Avant de rentrer, on a fait un tour jusqu’à un parc de Nishi-Waseda pour que Messire se dégourdisse les pattes.

shirokuma cafe takadanobaba

Le deuxième weekend de septembre, on n’est pas allé bien loin car on était supposé partir le weekend suivant. On est passé au Off House faire de petits achats : des fourchettes à dessert, un pochette Gudetama pour que Messire range son masque, deux serviettes Rilakkuma supplémentaires pour le yochien. Je suis contente de pouvoir trouver ce genre de petites choses d’occasion !


Le dimanche soir, Messire s’est mis à avoir pas mal de fièvre, comme il en avait jamais eu même. Vu le contexte, j’ai tout de suite pensé à un virus précis et je me suis dit que c’était pas une bonne idée de l’avoir laissé retourner au yochien. Le personnel prend les mesure possibles au vu de la structure, mais le truc c’est que la plupart des familles des copains de Messire ont passé des vacances d’été comme d’hab sans trop de distanciation sociale d’après les quelques échos que j’ai eus. Trois jours ont passé sans que la fièvre baisse mais sans qu’il y ait non plus d’autres symptômes à par mal au ventre. Le petit malade avait la pêche, n’avait pas beaucoup perdu l’appétit et dormait plutôt bien. Le pédiatre nous a prescrit un antibio et quand on a demandé pourquoi il a avoué que c’était un peu au pif au cas où et que ça valait le coup vu qu’il n’y avait pas trop d’effets secondaires. Un antibio à large spectre, ouais… On y est retourné deux jours après, juste au moment où la fièvre commençait à baisser. Et encore une fois le samedi matin pour être sûrs et pour se faire prescrire une belle pommade aux corticoïdes car Messire avait tout d’un coup une sorte d’eczéma sous les yeux. Plusieurs jours après encore il disait qu’il avait mal au ventre si on lui demandait mais ne s’en plaignait pas lui-même. Et puis une fois la fièvre complètement tombée il était d’une humeur exécrable, sûrement la fatigue en contre-coup et sûrement son petit cerveau qui était en pleine phase de nouvelles connexions en masse car on a eu l’impression de retourner aux grosses colères des 2 ans. Donc pas évident à gérer après presque une semaine à s’inquiéter et à se demander si moi ou l’autochtone aussi on allait tomber malade. Mais rien du tout. Je l’ai bien senti passer la baisse de moral au milieu du mois avec ça et un autre souci perso que je ne me vois pas évoquer ici pour l’instant.

On avait prévu d’aller à Yatsugatake pour la Silver Week (lundi et mardi fériés donc 4 jours youhou !) mais du coup avec Messire malade et l’éventualité d’être porteurs du corona on avait laissé tombé et l’homme n’avait pas réservé de voiture. Du coup, comme Messire s’est remis juste avant le weekend on a eu envie d’y aller pour se changer les idées mais tout Tokyo est sorti donc impossible de trouver une voiture à la dernière minute. On a regardé un peu pour aller passer la nuit genre quelque part à Saitama ou Oku-Tama, un endroit proche accessible en train, mais plus d’hôtel non plus. Donc d’un sens dégoûtée de pas pu avoir profiter de la Silver Week mais en même temps s’il y avait du monde dans les lieux touristiques c’était peut-être plus safe. Et puis avec Messire de mauvaise humeur les trajets en voiture auraient été pénibles, surtout les bouchons au retour !

Du coup, pendant ces quatre jours on a juste fait de petites sorties pas loin, et toutes à vélo pour les 3 premiers jours. D’abord un tour à Oizumi le samedi pour le déjeuner et les courses, puis le lendemain on a poussé jusqu’à Shakujii Kôen pour un resto indien et une promenade en pédalo dans le parc (Messire devient un as du volant !). Le lundi, on est passé à Kichijoji le matin avant d’aller chez les beaux-parents pour le déjeuner. Les cousines étaient là donc Messire était content de jouer avec elles. Pour le dernier jour de ces mini-vacances, on a pris le train jusqu’à Ikebukuro poue que j’aille commander de nouvelles lunettes. Celles que j’avais depuis 3 ans étaient des low cost et un des verres menace de se casser, quelque chose qui ne m’était jamais arrivé en 30 ans avec des lunettes “classiques” achetées en France. Donc cette fois vu ma correction ça a coûté bien cher mais c’est top (du coup je les ai depuis quelques heures au moment où j’écris ces lignes ^^).

tokyo gensou

Je suis contente d’avoir eu l’occasion de passer à Ikebukuro au bon moment pour voir une petite expo à la librairie Junkudô, pour marquer la sortie du livre de l’illustrateur Tokyo Gensô, que j’ai découvert sur Twitter. Comme il y avait des exemplaires signés du livre, c’était une raison de plus pour l’acheter :). Et bien sûr, encore un truc qui méritera un petit billet, donc je n’en dit pas plus pour l’instant !

J’ai eu du mal à me remettre dans le bain après la Silver Week, heureusement le dernier weekend du mois est de nouveau vite arrivé :). Il a aussi été très tranquille, on n’a pas quitté le quartier le samedi car il pleuvait et le dimanche on est retourné à Oîzumi pour finaliser les réservations de notre voyage d’automne, également connu sous le nom de voyage d’anniversaire de Messire (même si cette année ça sera un peu après). J’ai hâte d’y être !

Il y a eu un peu de changement dans la maison en septembre : depuis qu’on a les chats on n’est pas satisfaits de l’endroit où se trouve le coin des chats, surtout leur litière. Pas moyen de la mettre ailleurs que dans le living, mais on voulait au moins qu’elle soit un peu plus loin de la table. Pour ça, il fallait échanger l’emplacement du coin des chats avec celui de mon bureau. Sauf que mon ordi est relié à la télé avec un câble HDMI. Même si j’installais Prime Video sur la PS3 et que je prenais l’habitude de lire les DVD avec, il resterait les vidéos de drama avec fichiers de sous-titres séparés, difficilement pris en charge par autre chose qu’un ordi. Donc besoin de ce lien entre PC et télé, et c’est bien l’unique raison pour laquelle je regrette que mon PC ne soit plus un portable (et surtout pas pour le confort même si ça fait un bail que je bosse plus dessus toute la journée ^^). Heureusement, si Microsoft n’a pas pensé à faire de son dernier OS un truc qui ne merde pas à chaque mise à jour, ils ont créé un petit adapteur Miracast qui s’est avéré être la solution idéale pour notre cas. Acheté en état neuf sur Mercari, bien contente du résultat. Déménagement fait, Nekota a frôlé la crise d’angoisse en nous voyant bouger ses affaires, Punchi bien sûr s’en foutait vu qu’il se fout de tout :D. Avec ce changement on a dû aussi déménager le Roomba et c’est pas génial car il a dû mal à rentrer à sa maison, donc d’autres modifications sont à venir. Voilà, même si on aura pas de nouvelle maison sur mesure, on commence à essayer d’améliorer celle qu’on garde pour l’instant. Et aussi, avec la chaleur partie, on peut de nouveau profiter du goûter dans le jardin (avec ces enflures de moustiques) et se rendre compte que c’est vraiment chouette d’avoir un carré de verdure.

Puisqu’on parle du jardin, les plantes aussi sont soulagées que l’été soit enfin fini ! Le basilic qui ne s’est pas fait bouffé entièrement reprend bien et a même la visite des petits geckos qu’on voit souvent dans le jardin. Je ne pense pas quand même que ce soit eux qui le croquent ? Les deux pieds de persil sont de nouveau bien touffus et devraient durer encore pas mal de temps. C’est la menthe qui a moins bien résisté, je suis assez étonnée. Le pied de tomate en peu plus, l’hibiscus prépare tranquillement une nouvelle tournée de fleurs, les pervenches de Madagascar et sennichikou sont encore radieux. Et belle surprise, mon petit camélia n’a pas bronché ! Il semble préparer tranquillement ses boutons et il a même fait une nouvelle petite branche qui part de la base.

yamamori basilic

En septembre, j’ai enfin réussi à commencer à faire quelque chose que j’aurais dû faire depuis bien longtemps : un peu de yoga à la maison. En début d’année je pensais m’y mettre, ainsi qu’à d’autres activités physiques, puis avec l’arrivée de corona-chan avec toute l’incertitude et Messire à la maison avec moi toute la journée, ma motivation est tombée à l’eau. Là comme il fait de nouveau des journées normales au yochien je n’avais plus d’excuses ! En tant que personne qui déteste à peu près toute activité physique autre que la marche, je suis assez fière d’avoir réussi à me motiver à en faire tous les matins en semaine, plus le soir avant de dormir tous les jours. Mon but est de travailler sur les hanches et le périnée, j’ai déjà trouvé pas mal de poses qui sont bien efficaces et je continue d’explorer petit à petit, en me calant sur les différentes phases de mon cycle menstruel (influence de mes lectures de ces derniers mois). Je sais que j’ai besoin de plus d’activité physique, non pas pour maigrir mais pour améliorer mon métabolisme (grosse nuance), et j’aimerais améliorer d’abord mes problèmes de posture avant de peut-être me décider à faire des activités qui me donneront un peu plus de muscles. J’aimerais prendre des cours pour le yoga mais je suis pas assez à l’aise pour être en groupe et des cours privés avec un bon instructeur ça doit coûter une blinde !

Il y a eu du nouveau dans l’équipement de la cuisine en septembre : ça faisait des années qu’on cuisinait avec deux couteaux (très) bon marché, et il y a quelques semaines l’un des deux s’est cassé. L’autre coupait vraiment mal mais ça valait franchement pas le coût de le faire aiguiser. Lors d’un de nos passages à Ôizumi, on a acheté un vrai bon couteau et ça change la vie même si j’ai un peu peur pour mes doigts ! J’ai aussi enfin pris le temps de refaire l’entretien des deux planches à découper en bois que j’ai depuis bien quatre ans maintenant donc ça a tranché sec :).

Avec septembre, les fruits d’automne sont arrivés progressivement pour mon plus grand bonheur. On avait eu des pommes au primeur plus tôt que d’habitude (encore un peu vertes mais je m’en fous), et j’ai enfin pu faire ma première commande de 10kg en provenance d’Aomori à la fin du mois. On achète une grappe de raisin quand il y a des promos, Messire adore en avoir pour le dessert dans son bento. Puis les poires sont arrivées et j’ai décidé de bien me lâcher vu que c’est un de mes fruits préférés, que la saison dure pas longtemps et qu’en plus j’ai pas eu d’abricots cette année :D. A la fin du mois, on a vu aussi les premiers kaki. les poires chinoises et les figues sont toujours de la partie donc c’est que du bonheur !

Comme quoi il y avait bien une question de saison, je me suis remise à faire un peu plus de cuisine japonaise. Si j’aime beaucoup les ingrédients d’été, je crois que j’aime encore plus ceux d’automne et d’hiver et les plats chauds réconfortants qui vont avec (là je sais pas si on va finir octobre sans lancer la saison du nabe :D). En plus de deux tournées de nattô, j’ai fait un zôsui aux shiitake et yuba, des sato imo qu’on a mangées avec du miso au poireau, et j’ai tenté le takikomi gohan (riz cuit avec des légumes) avec du riz complet et c’était pas mal du tout. En attendant les vrais nabe, j’ai refait deux potées rapides avec du chou chinois. Et puis, c’est pas japonais mais généralement on le mange avec d’autres plats japonais, j’ai refait aussi des chijimi.

Pour la cuisine non japonaise, l’houmous et les légumes rôtis au four ont de nouveau été au menu. J’ai pu me rendre compte qu’une tranche de butternut rôtie trempée dans l’houmous ça déboîtait grave ! j’ai également testé une recette de tempura au four un peu exotique, ainsi que des pains plats à la farine d’avoine qui sont délicieux avec le pesto aux fanes de carottes. Dernièrement, j’ai acheté plusieurs fois des carottes multicolores bio avec leurs fanes, et faire un pesto avec ces dernières c’est trop une bonne idée. Il faut absolument que je parle d’ici la fin de l’année de ma principale source d’inspiration pour la cuisine végétarienne pas japonaise !

Pour le petit dèj, j’ai refais des scones anglais (c’est Messire qui les forme avec un verre), ainsi que la version écossaise à la pomme de terre qui est bien bonne avec les haricots blancs à la tomate. Et puis toujours pas mal de porridges, ainsi qu’une omelette de temps en temps. Vu la saison, ma recette préférée avec de la pomme et des champignons s’imposait ! J’ai maintenant pas mal de recettes pour le petit déjeuner pour être sûre d’avoir quelque chose d’assez protéiné, et sans devoir compter toujours sur une version sucrée et/ou avec gluten. Mais je compte bien essayer encore de nouveaux trucs si je trouve de bonnes idées !

nishi waseda

Après la satisfaction de retrouver ses copains du yochien pendant dix jours (il a quand même avoué qu’il avait un peu peur car il avait plus l’habitude de parler à ses sensei ^^), Messire a donc eu la malchance d’être malade pendant une semaine. Même si comme je l’ai dit plus haut, il a plutôt bien supporté physiquement, c’était pas génial de devoir de nouveau rester toute la journée à la maison et puis après la grosse mauvaise humeur c’était pas drôle non plus pour lui évidemment.

La dernière semaine de septembre, on a eu l’entretien individuel annuel au yochien. Normalement l’autochtone pouvait pas se libérer à la date qu’on nous avait fixée, et avec la maladie de Messire on avait carrément oublié de demander si c’était possible d’avoir une autre date. Je m’étais préparée à y aller toute seule, mais au dernier moment l’autochtone a pu venir. Heureusement car avec les gamins qui jouaient juste à côté et le masque j’entendais rien de ce que l’instit nous disait ! J’ai été assez déçue car elle nous a parlé d’une situation où elle a douté que Messire comprenne bien tout en japonais, et s’est même demandé s’il communiquait bien avec moi en français parce qu’il avait pas voulu me demander de nettoyer sa gourde. C’est bien qu’elle s’inquiète mais bon les clichés sur les métisses merci bien. Surtout que l’instit qu’il a eu les deux premières années avait jamais rien dit. Ils ont déjà eu au moins une autre enfant métisse mais c’est sa mère qui était japonaise et je n’ai pas eu du coup eu l’occasion de lui demander comment ça se passait pour les différentes langues.

Même si on a pas pu se passer pour autant de la clim, Messire a bien aimé son linge de lit d’été et contre toute attente il s’est attaché comme il ne l’avait jamais fait à sa peluche baleine fraiche Nitori. J’en avais testé des peluches candidates au titre de doudou quand il était bébé, il en a jamais eu rien à foutre donc j’avais laissé tomber depuis un bail. J’avais retenté un peu à la fin de l’année dernière quand il s’est installé dans sa chambre mais pas grand changement. Baleine-kun, comme on l’a appelé, est vraiment spécial !

On termine comme toujours par ce qui est passé par mes yeux et mes oreilles pendant le mois : on a bien sûr continué à suivre assidûment la S2 de Hanzawa Naoki et je n’ai pas été déçue par la fin. Au milieu du mois, l’asadora Yell a enfin repris et si j’ai l’impression que ça se sent un peu qu’il va être écourté, ça fait plaisir de retrouver les personnages. J’ai mis en place une stratégie pour limiter mon retard dans mes billets drama sans arrêter de regarder des drama : on a maté la S5 de Kodoku no gurume, et on a enchaîné avec la S6 qui ne va pas durer bien longtemps. Je ferai sûrement un billet groupé pour les saisons 4 à 6 comme j’ai déjà dit pas mal de choses sur les 3 premières saisons et que le concept reste le même. On a aussi commencé un taiga que je voulais voir depuis longtemps, Atsuhime. Au départ, je voulais revoir Ryômaden mais l’autochtone était plus tenté par un personnage historique qu’il connaissait moins. Là, même si je dois écrire un billet, ça prendra plus de temps que pour un drama classique mais quand même pas quatre ou cinq fois plus. Donc oui, un drama long comme un taiga, si on le regarde pas trop vite, je pense que c’est un bon plan pour avoir moins de retard ^^.

On a poursuivi Fullmetal Alchemist et même si on n’a pas avancé autant que prévu (on regarde le midi en semaine donc avec Messire malade et les jours fériés pas mal d’épisodes ont sauté ^^), je kiffe toujours autant et je comprends tout à fait pourquoi j’avais tant apprécié cet anime il y a 16 ans. Enfin, on a vu un film en septembre, un film japonais qui justement est récemment sorti en France : Dans un jardin qu’on dirait éternel. Et décidément, j’adore Kuroki Haru !

Ce n’est pas encore en septembre que j’ai pu lire beaucoup ! Le petit créneau lecture du soir a eu tendance à sauter si je montais me coucher trop tard car j’ai privilégié la séance yoga pour bien prendre l’habitude. En fait, il faut que je me case une pause dans la journée pour lire un peu. Après le yoga du matin ça serait le mieux ! J’ai quand même réussi à finir In the flo et il faut vraiment que je fasse un billet pour parler de ce bouquin et du premier de son autrice car je trouve qu’ils ont des infos et des idées super importantes pour les femmes. J’ai aussi commencé doucement Talk to the tail, le deuxième livre de Tom Cox sur ses chats. Je me dis depuis le départ que j’attendrai d’avoir lu les 4 pour en parler en détail donc on n’est pas rendu :D.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*