[Cher journal #34] Mon mois de janvier 2020

venise

Passé le jour de l’an, j’ai bien vite oublié qu’on avait changé d’année, sûrement en partie pour arrêter de me lamenter sur le fait que 2019 avait encore passé plus vite que mes 35 années précédentes. La preuve que le phénomène ne va sûrement pas s’arrêter, janvier est déjà loin. Comme décembre, le mois s’est joué en 2 temps : d’abord le dernier tiers de notre séjour en Europe, puis le retour à la maison à Tokyo après 3 semaines d’absence.

Du coup j’ai déjà évoqué le jour de l’an en famille dans mon billet du mois de décembre, je peux donc passer à la partie de notre séjour où on a bougé un peu de la Normandie. Le 3 janvier, on était à Paris. Ca faisait 5 ans que je n’y avais pas mis les pieds, d’un sens ça me manquait mais d’un autre je me disais que ça me stresserait d’y aller avec Messire. Avec les grèves en plus, l’affaire s’annonçait pas terrible, mais bon j’avais un plan de prévu donc il n’était pas trop question d’annuler. On est juste parti plus tard que prévu pour pas avoir trop de monde dans le train. J’ai un peu halluciné de voir que Rouen-Paris ça prenait maintenant quasiment 1h30 en direct, et on a payé 60 euros le trajet pour 3 !

paris

On n’a pas tenté le diable et on s’est promené à pattes tout l’après-midi avec une valise entre Saint-Lazare et Montmartre, heureusement il pleuvait pas. Comme prévu on a pu voir une de mes amies, on a pris un très chouette déjeuner chez Rose Bakery (je viens de voir qu’ils sont au Japon aussi en fait !) et un bon jus de fruits au Paradis du fruit au goûter. Messire a fait pas moins de 2 manèges dont celui au pied de la basilique, il a aussi kiffé les vitrines de Noël du Printemps. En fin d’après-midi on a pris le Roissy Bus et on a passé la nuit à l’hôtel au terminal 3. C’était la première fois que j’allais à l’aéroport depuis le centre de Paris en fait ! Comme on avait un vol le lendemain à 10h et que je voulais passer à Paris, ça me paraissait plus simple de faire comme ça plutôt que de partir super tôt de chez mes parents.

Le 4 janvier nous nous sommes donc envolés tous les 3 vers Venise, une ville que je voulais visiter depuis longtemps, pas parce que c’est romantique mais parce que je savais (après ma découverte de Florence surtout) que ça me plairait. Et puis bien sûr, Aria est passé par là aussi. Quatre petits jours et trois nuits sur place, globalement du très bon temps, on s’en est mis plein la panse, le Spritz me manque énormément et j’ai eu de grandes réflexions philosophiques avec moi-même sur la subjectivité de la beauté. On s’est beaucoup promené dans les rues, on n’a fait aucune visite en intérieur, on verra ça pour la prochaine fois, qui sera quand tous les membres de la famille seront en mesure d’apprécier les musées et les églises. Il faut voir au long terme plutôt que de dire qu’on peut pas voyager avec les enfants, on peut pas faire la même chose bien sûr mais dans des endroits comme Venise de toute façon on ne peut pas tout faire en quelques jours.

venise 2

De retour en Normandie, le moment de rentrer à Tokyo est vite venu. J’ai eu le temps de voir une amie du lycée et comme à chaque fois depuis que je vis au Japon je me suis pris la tête à faire les valises. Ce qui est rageant c’est que techniquement on avait le droit à 6 valises en soute, mais bien sûr impossible de caser ça même dans la grosse bagnole de mon père. Ce fut donc 3 valises en soute, plus la valine cabine que du coup j’ai décidé de mettre aussi car le statut du chocolat pour la sécurité à l’aéroport était pas clair. C’est pas comme si on en avait 5 kg mais les 3 valises étaient déjà tellement pleines ! Avec tous les cadeaux de Noël, les Lego et Playmobil pour Messire, plus la nouvelle fournée de vêtements de son cousin (fournisseur officiel depuis sa naissance, tellement cool de pas avoir à faire une garde-robe complète à chaque saison !), il ne m’est resté aucune place pour mettre quelques manga ou coffrets DVD qui sont encore encore chez mes parents -__-. Ca n’en finira jamais ! On avait essayé d’amener le minimum de vêtements (et donc quasiment rien pour Messire) mais ça n’a pas suffit. Faute d’avoir appris à manier correctement une aiguille malgré mon grand âge, j’avais amené quelques vêtements à ma mère pour qu’elle les reprise. L’hiver dernier j’avais eu un enchaînement de tuniques, robe ou jupe qui se craque un truc de dingue. Là du coup j’ai de nouveau plus de choix de vêtements !

Notre vol de retour pour Tokyo était à 16h donc no stress le matin. Pour l’aller je m’y étais pris trop tard, mais pour ce retour j’ai pu réserver des menus végétariens pour tout le monde et ça sera clairement à refaire aux prochains voyages, ou même le menu vegan pour ne pas se coltiner le beurre et le clacos Président. Messire a fait un petit vomi au début du repas donc les prochaines heures s’annonçaient mal mais il a quand même mangé normalement et s’est endormi. Je savais pas trop si c’était une gastro ou pas, au final certainement vu que mon père en a eu une juste après notre départ. Mais Messire avec sa super immunité vaccin rotavirus + allaitement 34 mois la gastro il la zigouille en un petit vomi :D. Il a dormi 4 petites heures, moi j’ai pas vraiment dormi, comme toujours on avait hâte d’atterrir. On est arrivé à Haneda et heureusement on a pu donner les valises à la livraison rapidement. On est rentré en limousine bus, bonne sieste d’1h15 jusqu’à Shakujii-Kôen. On a fini notre journée à peu près normalement à l’heure japonaise, je n’ai pas cherché à tenir plus tard que 19h et quelque pour aller me coucher parce que je savais que de toute façon je me réveillerais la nuit et qu’il y a quelqu’un d’autre qui se réveillerait aussi donc il fallait bien que je prenne un peu de sommeil quand même ! Il m’a fallu une petite semaine pour que ça se tasse, j’ai fait la sieste plusieurs jours quand Messire est retourné au yochien.

camélia jardin
A notre retour mon petit camélia nous a accueillis avec sa première fleur !

Même avec les meilleures conditions possibles (vols directs à des horaires cool, transports vers et depuis les aéroports, durée du séjour longue…) et un petit monstre qui s’adapte quand même super bien, ça reste fatigant de faire le voyage, et comme je le dis depuis que je suis au Japon, en aucun cas je n’irais en France systématiquement pour les fêtes de fin d’année. J’apprécie toujours Noël, mais j’ai bien dû m’habituer à ne plus le fêter de la même manière. Noël ou pas ce qui importe ce sont les gens avec qui on peut passer du temps. Et puis malgré les statistiques montrant que l’avion est un moyen de transport beaucoup plus sûr que bien d’autres, depuis que je voyage avec un enfant, des fois j’en viens à me dire que je lui fais courir un risque pas nécessaire. J’ai jamais adoré l’avion mais quand je voyageais seule c’était pas pareil.

Les grosses valises sont arrivées à la maison le lendemain de notre retour, et après un petit weekend rangement, lessive, courses et ménage (le lundi était férié, ça tombait bien !), chacun a repris son petit rythme. Toujours avec cette sensation d’être contente de retrouver son chez-soi mais de ne pas savoir décider si c’était long ou si c’est passé trop vite. Et puis là en fait je ne sais pas du tout quand je reverrai ma famille.

Pendant qu’on était partis les chats sont restés à la maison, pas trop le choix avec Nekota. Mes beaux-parents sont venus les voir tous les 3 jours pour vérifier la fontaine à eau et le distributeur de croquettes. Mais dès les premiers jours, Nekota a ouvert la porte de notre chambre et a été se planquer au milieu de la montagne de matériel de puériculture que j’ai fait dans un coin il y a quelques mois. Du coup il a fallu laisser la porte ouverte et ces deux crevards ont squatté nos lits pendant 3 semaines. Avec les poils et les déjections nasales de Punchi (rhinite chronique), c’était beau ! La prochaine fois qu’on s’absente longtemps il faut qu’on prenne un pet sitter mais pas un qui coûte un bras. A la fin janvier, après s’être remis de leurs émotions (Punchi nous a témoigné sa joie alors que ce chat se fout de tout et qu’on peut être n’importe qui tant qu’on le caresse !), ces grands chatons ont enfin eu leur cadeau de Noël : un bel arbre à chats avec plein de place pour 2 contrairement au petit qu’on avait jusqu’à maintenant. J’hésitais depuis des mois entre différents modèles, surtout qu’on sait jamais s’ils vont vraiment s’en servir. Là ils utilisent pas toutes les “fonctionnalités” mais ça va ! Je leur ai fait un nouveau jouet avec une boule de polystyrène entourée d’un fil de laine comme celui que ma mère leur avait donné, qui avait duré bien plus longtemps que les trucs en plastique du commerce, tous les soirs ils braillent comme des crevards pour leur petite séance de jeu !

punchi nekota
Les chats ne sont pas les seuls à utiliser leur nouvel arbre 😀

Le 18 janvier je suis retournée voir le cardiologue et vu la normalité de mes mesures, même si j’avais loupé pas mal de jours sur les 6 semaines depuis la première consultation, il a conclut qu’il n’y avait vraiment aucun problème. Voilà, ça c’est fait ! Je garde bien tous les résultats d’analyse et je donnerai ses coordonnées au premier obstétricien ou autre qui me fait une remarque :D.

Le 19 janvier, on a voulu faire notre fausse première visite au sanctuaire comme tous les ans à Igusa Hachiman. Il y avait encore les tablettes votives et les flèches avec le nouveau signe de l’année, mais plus de petites figurines comme on prend toujours ! Après être allé déjeuner chez mes beaux-parents, on est passé à Higashi-Fushimi Inari, pareil. Il faudra donc attendre 12 ans pour avoir une figurine de rat dans notre collection. Bon, on en a quand même un dans notre collection “alternative” : un petit rat en verre de Murano ^^. Il y a 3 ans on avait ramené un petit coq de notre voyage à Taiwan, acheté chez un potier de Jiufen.

Le dernier week-end de janvier, on est retourné faire un petit tour à Kichijoji. Comme il faisait pas trop froid, on a fait un petit tour de pédalo sur l’étang du parc Inokashira. C’est Messire qui pilotait :D. Le tout dernier jour du mois, un vendredi, une amie est passée à la maison en fin de matinée et on a passé l’après-midi ensemble. On est passé acheter des gâteaux à la super pâtisserie française près de la gare pour le goûter.

Au final, on a vraiment fait aucune grosse sortie en janvier une fois rentrés à la maison, si ça avait été le printemps ou l’automne j’aurais pu me motiver pour aller quelque part le weekend mais là c’était aussi bien de reprendre doucement le rythme pour pouvoir véritablement commencer l’année.

ume
Juste après la mi-janvier, les pruniers ont commencé leur spectacle !

Du coup, avec ce temps passé à la maison et après avoir vu l’état du séjour avec 2 grands chatons après 3 semaines d’absence, j’ai décidé qu’il était temps d’investir dans un robot aspirateur. Comme je voulais pas prendre des heures et des frais de transport pour faire plusieurs magasins d’occasion et que j’avais rien vu d’intéressant de ce côté sur le net, j’ai pris du neuf mais en reconditionné, un super Roomba milieu de gamme. Je le fais tourner en moyenne tous les 2 jours dans le séjour et je vois la différence, y’a plus qu’à faire les “finitions” de temps en temps avec le Dyson. Et d’ailleurs c’était vraiment le mois de la ménagère car j’ai aussi acheté une nouvelle tête motorisée pour ce Dyson vu que j’arrivais pas à la réparer même après l’avoir démontée en suivant un tuto vidéo. D’occasion cette fois, vive Mercari. Et puis tant que j’y étais, par le même moyen j’ai trouvé aussi une tête de rechange pour le nettoyeur vapeur, elle était pas vraiment cassée mais elle se démontait tout le temps donc c’était chiant.

Côté rangement, après avoir démonté le sapin de Noël je suis passée à une autre pièce de la maison : l’entrée, certainement l’endroit qui montre le plus que je ne suis pas une super ménagère japonaise. Entre les affaires pour la pluie ou pour le vélo ou les jouets d’extérieur y’a toujours pas mal de choses à y mettre. Et puis le carrelage en bas de la marche (là où on laisse les chaussures) est super chiant à nettoyer. J’ai réussi à réparer le porte-manteaux, 2 des 6 branches (en plastique) avaient lâché car on le charge trop (les manteaux d’hiver en drap de laine ça pèse vite lourd mine de rien). L’étape suivante c’était s’attaquer aux placards à chaussures, l’autochtone a commencé en s’occupant enfin de vendre (ou donner plutôt) toutes les chaussures de travail qu’il ne met plus depuis des mois (car elles font mal aux pieds, et de toute façon il porte tellement rarement le costume avec son boulot). Et puis il a commencé aussi à ramener des livres à Book Off. Il voulait aussi vendre 2 manteaux d’hiver à Off House mais apparemment on est trop avancé dans la saison, ils doivent pas avoir la place de stocker du coup ils reprennent encore moins cher si c’est pas ce qu’ils peuvent mettre en vente bientôt. J’ia aussi des vêtements à vendre, j’hésite encore entre essayer d’en tirer un meilleur prix mais prendre pas mal de temps à les mettre sur Mercari ou m’en débarrasser pour deux fois rien à Off House ou une boutique du genre.

Après avoir préparer des plats vite faits dans les jours qui ont suivi notre retour, ça a de nouveau bien bossé dans la cuisine et j’étais contente de retrouver les ingrédients japonais. Saison oblige, on a refait un nabe à notre sauce, une super collaboration d’Ishikawa et de Yamanashi : des houtou (les sortes de udon très larges) avec de la sauce ishiru (à base de seiche ou de poisson, une des rares entorses à mon végétarisme à la maison). J’ai fait les 2 premières tournées de nattô de l’année et j’en ai mis dans plusieurs plats (j’ai un livre de recettes spécial nattô je l’adore !). J’ai essayé de faire des parathas, les pains plats indiens qui se cuisent à la poële. Avec de l’huile d’olive parce que j’ai jamais de beurre et que le ghee ça coûte un bras. C’était pas si feuilleté que ça aurait dû l’être mais c’était quand même pas mal. Ca prend un peu de temps mais du coup il en restait pas mal pour mettre au congélo donc ça vaut le coup. J’ai refait aussi deux sortes de croquettes/galettes avec légumes et plusieurs sortes de protéines végétales parce que c’est super bon, que ça se congèle bien et que du coup c’est très pratique pour les bentô. Les omelettes au petit dèj, maintenant c’est au moins une fois par semaine, q’elles soient classiques ou version vegan. J’ai racheté un carton de betteraves, je me demande si ça sera la dernière fois de la saison ou s’il y en aura encore.

venise 3

Messire a donc passé 3 semaines loin de sa maison, et s’il était super content de voir sa famille française, il était aussi content de rentrer. Que ce soit en France ou en Italie, il a vu plein de nouvelles choses qui lui plaisent. Il a été fasciné par un tracteur qui déchargeait sa benne de fumier dans un herbage près de chez mes parents presque autant que par les bateaux-poubelle de Venise :D.
De retour à la maison, il a fallu qu’il se réhabitue à dormir tout seul dans sa chambre alors qu’il avait passé 3 semaines à dormir avec nous. La première semaine je l’ai laissé finir sa nuit dans notre lit pour que tout le monde ait plus de sommeil (la raison pour laquelle il y est venu tout bébé ^^) mais une fois le décalage horaire encaissé il a fallu lui rappeler qu’il savait très bien se rendormir tout seul car il avait l’air d’en douter fortement :D.
Je m’étais mis en tête qu’il ne louperait pas de jours au yochien car la rentrée était le 14 janvier mais non en fait c’était le 8 ! L’année dernière on s’était pointés trop tôt, ça change :D. Il était content de revoir ses copains, on avait ramené des petites madeleines normandes comme omiyage.

Lors du trajet retour dans l’avion, cette fois il n’y avait pas de film qui me tentait vraiment, du coup j’ai regardé ce qu’il avait dans la rubrique concert et j’ai regardé le Live at Reading de Nirvana. Méga vague de nostalgie ! Je ne l’avais jamais vu mais je connaissais pas mal de photos de Cobain avec la tenue très spéciale qu’il avait ce soir-là, et puis plusieurs chansons sont sur le disque live From the muddy banks of the Wishkah. Si j’avais su que je regarderais un live de Nirvana dans son intégralité dans un avion en 2020 !
A cause de notre absence, nous n’avons pas pu regarder les 2 derniers épisodes d’Idaten en décembre. Nous l’avons fait dès notre retour, et j’essaie de remettre le turbo pour les billets drama pour pouvoir en parler sur le blog pendant que c’est encore un peu frais. Je pensais que je pourrais rédiger mon billet avant ceux sur des séries vues avant mais en fait je voudrais faire référence à des rôles de certains des acteurs dans lesdites séries donc ça me parait compliqué de ne pas respecter l’ordre de mes visionnages pour cette fois. Pour les billets sur les asadora c’est un peu pareil en fait. On a aussi enfin fini Kisarazu Cat’s Eye, qui traînait depuis pas mal de temps, et on a pu reprendre Mada kekkon dekinai otoko. J’ai commencé aussi Love Generation, pour continuer à vider les fonds de tiroirs et vu que j’en redemandais questions romances 90’s après Long Vacation (du coup, la comparaison entre les deux sera inévitable !).
Côté anime, je suis enfin venue à bout de Banana Fish, et du coup je n’ai pas commencé d’autre série pour l’instant car je n’arrivais pas à me décider. Je voulais prendre quelque chose qui est sur Amazon Prime mais j’ai trop peur que ça disparaisse avant que je termine, comme c’est déjà arrivé avec 3 séries que Messire avait commencées (Peter Rabbit, Miffy et Chugginton). On verra plus tard, pour l’instant je tourne à l’asadora !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*