[Cher journal #49] Mon mois d’avril 2021

koinobori

Comme quoi le vieux proverbe français a du vrai ailleurs aussi même si l’échelle de températures n’est pas forcément la même, il y a eu encore quelques matins un peu frais au mois d’avril. Mais bon, la saison où on a besoin d’une veste légère sera toujours assez courte, celle où il y a une différence significative de température entre le matin et l’après-midi aussi :). Il y a eu quelques jours couverts, un peu de pluie et d’orage, mais le temps a été très beau dans l’ensemble et on a pu profiter de quelques goûters dans le jardin.

Le premier weekend d’avril, on est allé à Kichijoji pour la première fois depuis quelque temps. Même si le nouvel état d’urgence n’était pas encore en vigueur, on le sentait déjà venir et le but était pas de faire du lèche-vitrines et d’aller au resto. Pendant que l’autochtone allait se commander de nouvelles lunettes, je suis allée avec Messire faire des repérages dans les magasins d’électroménager pour un achat très important dont je parlerai plus bas. On a eu un creux en fin de matinée, et comme je savais que le déjeuner serait plus tard que d’habitude, je cherchais un truc pas trop sucré comme snack et on est tombé sur des patates douces rôties dans un supermarché. Naturel, facile à manger, pas de déchets plastiques, je m’en souviendrai pour une prochaine fois ! On a ramené des boules de riz et on a fait pique-nique dans le jardin avec des restes de plats de légumes. Je me demande quand est-ce que je pourrai de nouveau manger un pho au lait de soja du resto vietnamien de Kichijoji ! Le lendemain, on s’est quand même permis un resto dans notre quartier, un endroit plus grand et aéré.

Le weekend suivant, j’ai enfin eu la première visite à domicile de ma sage-femme. On a parlé de pas mal de choses et c’était chouette, et puis Messire a pu entendre lui aussi le coeur du bébé. Par contre, j’avais pris trop de poids à son goût donc vu mes précédents sur ce sujet lors de ma première grossesse je l’ai vachement mal pris. Oui j’ai pris plus de poids que la première fois et je me demande bien pourquoi vu que je mange bien mieux qu’il y a 5 ou 6 ans mais non c’est pas les fruits que je mange le soir pour éviter d’être réveillée en pleine nuit par la faim qui me font grossir… Bon heureusement, à la visite suivante j’ai pu voir quand même qu’elle était plus ouverte que le personnel de l’hôpital où je ne retournerai pour rien au monde. En tout cas, j’ai quand même profité d’un bon gâteau à la pâtisserie de notre quartier et le lendemain de la pizza à emporter du petit resto d’Ôizumi (j’ai dit que je mangeais sain, tout est une question de fréquence et de quantités n’est-ce pas ? ;p).

bagels
Encore très peu de photos prises ce mois-ci donc presque que de la bouffe pour illustrer ce billet ! 😀

Au début de la troisième semaine d’avril, j’ai appris que ma mère était hospitalisée pour un problème cardiaque. En février, c’était mon père qui avait passé quelques jours à l’hôpital pour une occlusion intestinale, du coup j’en n’avais même pas parlé ici car heureusement ça s’était réglé plus vite et je ne voulais plus y penser. Là, c’était plus inquiétant, et ça aurait été encore pire si ma mère n’avait pas déjà eu sa première injection de vaccin covid. Dès qu’il y a un truc qui ne va pas bien pour ma famille c’est dur de sentir la distance mais là les conditions ajoutent beaucoup à la pénibilité. J’ai été assez perturbée par ma propre manière d’essayer de dédramatiser en me disant que non, c’était pas possible que ça s’aggrave et que je doive voyager dans de telles conditions, à presque 7 mois de grossesse, en pleine pandémie avec tout le bordel administratif. Ma mère a pu sortir au bout de 9 jours, mais évidemment ce n’est pas comme si son problème était réglé pour de bon.

Le troisième samedi du mois a été très casanier, le dimanche nous avons de nouveau fait un tour à Kichijoji pour concrétiser notre achat électroménager et récupérer les nouvelles lunettes (les vieilles avaient près de 8 ans, il les avait achetées l’année de notre mariage !). On est allé mangé au resto en mode très safe : kaiseki en salle individuelle ! Messire a déclaré à la serveuse que c’était trop bon et qu’il avait envie de venir tous les jours :D. Bon, vu le prix (justifié avec le service et la quantité de bouffe !) et le temps qu’on y passe c’est pas trop possible mais j’espère pouvoir y retourner une fois dans les prochaines semaines.

La semaine suivante, on a pu comme les deux années précédentes à cette saison arracher une pousse de bambou avec le yochien de Messire. On a pu en avoir qu’une seule, mais elle était grosse ! Apparemment, des familles d’anciens élèves ont également pu venir, donc j’espère qu’on pourra faire ça nous aussi l’année prochaine :).

Le dernier weekend d’avril, nouvelle visite de ma sage-femme. On a pu mieux discuter sur la manière de me peser (pas en pleine journée après un ou deux repas et habillée) et sur les raisons pour lesquelles mon rythme de prise de poids était différent de ma première grossesse. Elle était très satisfaite que j’aie déjà commencer à entreprendre des choses de mon côté pour me préparer à l’accouchement. Dans ces conditions, un petit tour à vélo pour aller jusqu’à une pâtisserie acheter un goûter s’imposait encore plus 😀 (un jour, je ferai un petit guide des pâtisseries de la banlieue ouest de Tokyo ;D). Prochaine étape : nouveau rendez-vous à l’hôpital pour vérifier la position du locataire. Si tout va bien de ce côté, le seul truc chiant qui s’annonce sera de décider comment on s’organise pour Messire au moment de la naissance, vu qu’il n’aura pas le droit d’être présent à l’hôpital et que je considère toujours que c’est risqué de le laisser aller chez mes beaux-parents dans les semaines qui viennent pour qu’il soit habitué à dormir chez eux (ils prennent toujours le train pour motifs non impérieux mais “ils font attention”, le nouvel état d’urgence n’y change sûrement pas grand-chose…).

gratin crozets

La dernière semaine d’avril, la Golden Week a commencé avec un jeudi férié, et pour Messire ça a été le début des deuxièmes vacances de printemps. Puisque malgré l’état d’urgence et les instructions du yochien au début du mois, je doute que certains parents évitent franchement la foule pendant les jours de congés sous prétexte qu’ils portent un masque et “font attention” eux aussi.

Avec la pause de l’hiver, ça fait pas mal de temps que je n’ai pas fait de petit point jardin je crois. Comme j’avais planté les oignons très tard, les jacinthes, tulipes et narcisses de mes jardinières ont fleuri tard. Il me reste encore deux tulipes blanches qui ont encore plus pris leur temps et ont échappé aux jours venteux. Mes deux pieds de persil plat avaient super bien repris à la fin de l’hiver et on en a bien profiter dans les plats, mais comme je pensais ils n’ont pas tardé à monter en fleurs. J’avais replanté deux plans de basilic, ils ont tout de suite crevé alors j’ai dû les remplacer. Apparemment, cette fois ça va et on devrait commencer à en profiter bientôt. Le pied de menthe pousse vite, et cette année, j’ai décidé aussi d’essayer d’autres herbes : le romarin et le thym pour l’instant. Je voudrais aussi trouver du cerfeuil, et retenter de semer un peu de coriandre vu qu’il nous reste des graines.

En avril, j’ai pu trouver un peu plus de motivation pour l’entretien et le rangement dans la maison. Faut avouer que les visites à domicile de la sage-femme ont aidé :D. Je ne cherche pas à faire semblant que la maison est toujours dans un état parfait, mais bon y’a quand même un minimum syndical. C’est peut-être bête de devoir attendre des occasions comme ça, mais j’ai envie de dire que le principal, c’est le résultat !

Après ce suspense insoutenable, j’en viens enfin à notre achat électroménager : un congélateur. Le tiroir congélo du frigo est trop vite plein, je suis donc limitée pour les réserves surgelées, qu’il s’agisse de légumes et fruits ou de restes de plats préparés. Le frigo aussi est toujours plein, mais c’est un peu impossible d’acheter un nouveau frigo avec espace réfrigéré + tiroir congélo plus grand car ça deviendrait difficile de rentrer dans la cuisine (la joie des cuisines japonaises couloir même dans une maison à 4 chambres…). Mais vu que je ne compte pas renoncer si facilement à bien manger après la naissance de numéro deux, je trouvais ça bête de continuer à se priver d’un congélo juste par peur du risque de coupure d’électricité. Bien sûr, pas de place non plus pour le mettre dans la cuisine, du coup il est dans la pièce à tatami, à côté des étagères de jouets de Messire. Oui, c’est bizarre, mais franchement je m’en fous vu comment c’est utile ! J’apprécie déjà de pouvoir préparer des plats en plus grande quantité sans me dire que je vais galérer à caser un reste au froid, et bien sûr je vais essayer de préparer un max de trucs d’ici début juillet.

Dans ces conditions, j’ai dû augmenter mon stock de boites en verre pour conserver les aliments. De toute façon, la plupart des boites en plastique sont en fin de vie donc c’est aussi pour les remplacer. J’avais jusqu’ici des boites en verre de la marque japonaise Iwaki, très chouettes mais pas hermétiques et limitées niveau contenance. J’ai donc opté cette fois pour celles d’Ikea vu que je venais justement de repérer chez eux d’autres objets pour améliorer le rangement dans la maison (pas encore installés du coup, il va falloir faire tourner la perceuse ^^).

tulipes

Comme Messire a fait sa rentrée début avril, il a fallu se remettre aux bentôs. Son père a commencé sa formation pour être capable de les préparer quand je serai absente ou trop occupée avec ma future petite pompe à lait. On peut donc de nouveau plus facilement se contenter de restes pour le repas du midi, et en profiter aussi pour manger des trucs que Messire aime pas (il n’y a pas grand chose qu’il déteste vraiment surtout des choses qu’il n’a pas envie de manger). Je profite à fond des fraises car la saison va trop vite se terminer (c’est tellement n’importe quoi !). J’ai pu congeler un peu de coulis, de compote de fraises entières et de compote mixée pomme-fraise. J’ai aussi fait une deuxième conserve de compote de pomme en vue de l’été. J’avais déjà acheté une pousse de bambou chez mon primeur au début du mois, après on a pu profiter de la grosse pousse de contrebande :). J’ai aussi commandé une boite de 5kg de patates douces vu que ça se conserve bien, il y a tellement de manières de les préparer !

Côté cuisine japonaise, j’ai ce mois-ci encore tourné sur mes classiques. A la fin du mois, j’ai fait la toute première soupe miso froide de la saison. J’ai fait aussi deux fois des “steaks” de naga imo après en avoir vu dans un épisode de Shinya Shokudô. Côté cuisine coréenne, je n’ai pas résisté à l’envie de refaire des toppoki, qu’on a mangés avec du tofu assaisonné au kimchi et des namul (légumes assaisonnés).J’ai aussi refait pour la première fois depuis longtemps des chijimi, et j’ai essayé le japchae (salade de vermicelles aux légumes) version sans viande bien sûr.

dosas

Avant qu’il ne fasse trop chaud, j’ai utilisé le paquet de crozets que ma mère m’avait envoyé il y a quelques mois pour faire un gratin, avec une béchamel au lait d’avoine, des champignons et du tofu fumé grillé pour faire office de lardons (même si j’en mangeais, j’en trouverais pas de bons de toute façon !). J’ai essayé aussi de faire une soupe de maïs à la crème avec du tofu soyeux, c’était super bon juste après l’avoir préparée mais dès le lendemain elle est devenue acide j’ai pas du tout compris pourquoi ! J’ai fait deux fois une omelette aux champignons et au pesto, et avec Messire on a refait un stock de ses croquettes et de sa soupe préférés pour en mettre une partie dans le super congélo. J’ai aussi refait de la harira, accompagnée d’une salade de patates douces.

En avril, comme tous les mois, on s’est particulièrement régalé au petit déjeuner. Je trouve ça tellement plus motivant de se lever le matin quand on sait qu’on va manger un truc bon ! J’ai testé pour la première fois le porridge de millet et j’ai trouvé ça tellement bon que j’en ai refait une deuxième fois dans le mois. J’ai refait du pain perdu banane choco coco, en utilisant du lait de coco parfumé à la fève tonka pour le trempage et ça déboîte pas mal (faut que je rachète un pot de Nocciolata, ça se vide un peu trop vite :D). J’ai refait les classiques scones et pancakes pomme flocons d’avoine, là encore en double proportion pour en congeler. Et puis j’ai enfin tenté de préparer des bagels, c’était trop bon ! L’autre grosse réussite du mois, c’était les dosas (crêpes indiennes à la farine de pois chiche) fourrées à la patate douce épicée, avec du chutney de mangue préparé quelques jours avant avec des mangues abîmées du primeur. Si j’ai voulu essayer cette recette c’est que je savais que j’aimerais, mais c’était même encore meilleur que ce que je pensais !

Comme on ne peut pas tout réussir en cuisine, mon essai de barres granola (improvisé à partir de plusieurs recettes vu que je n’en trouvais pas une qui me plaisait complètement) n’a pas été concluant : pas de problème au goût, mais c’était pas des barres, c’était des morceaux et des miettes, donc pas trop pratique à manger ! Pour le goûter, j’ai aussi tenté les patates douces rôties comme celles qu’on trouve dans les supermarchés et c’était bien bon, approuvé par Messire qui en a mangé sa part au parc avec son père ! Comme mon primeur a des pitaya roses en ce moment, j’en ai acheté 2 ou 3 fois pour faire des smoothies car ça donne vraiment une chouette couleur. Enfin, j’ai préparé un gâteau à base de noix et de fruits secs infusés au thé Earl Grey, très bon et ça a l’avantage de super bien se conserver au frigo !

Messire était bien sûr content de retourner au yochien, lui-même a du mal à croire qu’il fait maintenant partie des plus grands ! Il est toujours motivé pour regarder le programme d’initiation à l’anglais de la NHK, et est devenu fan de la série Simon (caca boudin !), il a dû déjà voir tous les épisodes disponibles sur Youtube. Quand il ne pense pas trop à ses écrans, il a vraiment un bon équilibre dans ses occupations et ses intérêts. Il commence à déchiffrer des mots tout seul en alphabet, surtout les noms de modèles de voiture ! Il dessine toujours pas mal, lit ses livres tout seul dans son lit le matin s’il se réveille avant nous. Ses dessins montrent bien que s’il a des intérêts étiquetés garçons (les véhicules, les trains), il aime aussi les trucs mignons que certains qualifient de trucs de filles (il dessine des fleurs et des papillons et il aurait voulu qu’on ait une voiture rose plutôt que noire parce que c’est plus joli !). Je pense qu’il apprécierait de commencer à jouer d’un instrument de musique, bien sûr les conditions actuelles ne sont pas idéales et je ne sais pas si je serais une bonne prof de guitare (j’avais donné quelques cours, mais il y a 20 ans ! ^^).

Après avoir fini la première des 2 saisons de Shinya Shokudô – Tokyo Stories, on a décidé d’attendre un peu pour regarder la suite et de tenter une “vraie” production Netflix dont j’avais pas mal entendu parlé, Hibana. J’ai un avis un peu partagé dessus, je ne pense pas que les 2 derniers épisodes le changeront beaucoup. Et puis j’ai pas pu résisté à l’envie de me refaire la S1 de Kodoku no gurume vu que c’est aussi dispo sur Netflix et que depuis le temps je m’en souvenais plus du tout. Tout ça nous permet de pas mal alterner avec nos deux taiga du Bakumatsu et notre asadora qui va se terminer laborieusement mi-mai. Et puis comme prévu, on a commencé à regarder le nouveau drama de Sakamoto Yûji (Omameda Towako to sannin no moto otto) dès le lendemain de la diffusion du premier épisode et on se régale pas mal. J’avais repris Umechan-sensei mais les journées passent tellement vite que j’ai tendance à oublier de me faire une petite pause pour regarder un épisode quand Messire est au yochien :). Je me suis rendu compte que ça commençait à me manquer sérieusement de pas avoir d’anime en route mais je n’arrive toujours pas à décider quoi regarder entre ce que j’ai en DVD/BRD et ce qui pourrait m’intéresser sur Netflix, dans tous les cas il faut que ça intéresse aussi l’autochtone si on regarde ensemble le soir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*