20 avril 2018

[Drama] Yuusha Yoshihiko to Maou no shiro

yuusha yoshihiko to maou no shiro

Titre japonais :  勇者ヨシヒコと魔王の城

Nombre d’épisodes : 12 de 30 minutes

Diffusé en : Eté 2011

Chaîne de diffusion : TV Tokyo

Fiche : DramaWiki

Je ne suis pas fan de tout ce qui est drama de fantasy au sens très large  du terme, disons toutes les séries à costumes bizarres. Ce n’est qu’un a priori, parce que je n’en ai jamais vu, donc je ne peux même pas dire « je n’ai pas aimé tel drama ». En faisant ma sélection pour la saison d’été 2011, je n’ai donc pas retenu Yuusha Yoshihiko to Maou no shiro. Et ce n’est pas vraiment parce que je n’ai pas apprécié le seul Dragon Quest auquel j’ai un peu joué. Je me doutais bien que s’il s’agissait de RPG, j’y retrouverais bien un peu de Final Fantasy. 

Et puis heureusement, cette fois encore, j’ai pu compter sur les blogs dramaphiles, et en particulier sur un billet de Livia pour me faire revoir mon jugement. En gros, le drama est drôle et ne se prend pas du tout au sérieux. Je ne dis pas que je m’attendais à un truc hyper dramatique, mais c’est clair que j’avais totalement sous-estimé le côté comédie du drama. Et vu sous cet angle, ça change tout ! S’il s’agit de rigoler, je veux bien être de la partie. Et pour rire, j’ai ri !yuusha yoshihiko to maou no shiro

Yoshihiko vit dans un village où une étrange épidémie fait rage. Son père, parti depuis plusieurs mois à la recherche de la plante miraculeuse qui pourra sauver les habitants, ne donne pas signe de vie. Un jeune homme est désigné pour aller à son tour à la recherche de la plante, et ce jeune homme est évidemment Yoshihiko. Et déjà, quand on voit la façon dont notre héros entre en possession de son épée (une bonne vieille parodie d’Excalibur), on se dit que ça promet.

Comme il est impensable que Yoshihiko fasse route et affronte les monstres seul, il va bientôt rencontrer des camarades de voyage prêts à l’aider dans sa quête et ayant chacun une raison particulière de le faire. Yoshihiko va ainsi se retrouver entouré du guerrier Danjo, du mage Merebu, et de Murasaki, qui n’a pas vraiment de classe définie (mais avec sa magnifique dague elle a des airs de voleuse). Quatre personnages jouables, l’équipe est au complet, on peut commencer à se balader sur la carte du monde !yuusha yoshihiko to maou no shiro

yuusha yoshihiko to maou no shiro

Comme dans tout bon jeu de rôle, la mission de notre petit groupe va se révéler bien plus importante que ce qui était prévu au départ : la maladie qui s’acharne sur les habitants du village de Yoshihiko semble en effet n’être qu’un mal parmi tant d’autres qui menacent le monde. Et le grand vilain qui est derrière tout ça n’est autre que Maou. C’est Hotoke, Bouddha en personne sur son petit nuage, qui va faire cette révélation à Yoshihiko. Evidemment, Maou habite très très loin, et notre équipe va devoir traverser des contrées dangereuses, des villages étranges et accomplir de nombreuses quêtes afin d’acquérir la force nécessaire à vaincre Maou et parvenir jusqu’à lui.yuusha yoshihiko to maou no shiro

yuusha yoshihiko to maou no shiro

C’est flagrant dès le départ, le budget du drama est loin d’être conséquent. C’est dit très clairement, et c’est assumé à 200%. Avec de vrais beaux costumes, de vrais beaux décors, des super monstres en 3D et des méga effets spéciaux, c’est évident que ça n’aurait pas été drôle. Et j’ai trouvé ça vraiment génial. Non seulement la série ne se prend pas une seconde au sérieux, mais ce manque de moyens a clairement stimulé l’imagination du scénariste, et même quand on croit qu’on a fait le tour de tous les éléments comiques, le drama parvient encore à nous surprendre.yuusha yoshihiko to maou no shiroyuusha yoshihiko to maou no shiro

Le Slime en carton pâte, posé là dans l’herbe au détour d’un chemin, c’est déjà bien drôle. Mais j’ai encore plus adoré les féroces monstres des forêts : un écureuil ou un koala… en peluche ! Qui sautent sauvagement à la gorge de Yoshihiko et ses compagnons ! Il va sans dire que le groupe a parfois aussi à en découdre avec des ennemis humains : d’abord de simples bandits voulant les détrousser, puis des tueurs envoyés par Maou. Chacun de ces ennemis a des compétences spectaculaires et est surtout très bavard. Ces rencontres sont un prétexte à l’apparition de guests, comme j’aurai l’occasion de le mentionner plus loin.yuusha yoshihiko to maou no shiro

Tous les codes des RPG sont repris, et même si en tant que joueur on savait déjà que les mondes dans lesquels évoluent les héros voulant sauver le monde sont bien loin de la réalité, on s’en rend encore plus compte quand on voit nos quatre personnage se suvire stupidement à la queue-leu-leu, râler parce qu’ils en ont marre des combats aléatoires, entrer dans une maison sans y être invités et fouiller partout pour trouver des objets, faire face aux dialogues répétitifs des personnages non joueurs, arriver dans des villages qui se ressemblent tous, et plein d’autres chose encore. Il y a tellement, tellement de choses qui m’ont fait rire !yuusha yoshihiko to maou no shiro

On peut dire que les acteurs jouent très bien le jeu, ils ne se prennent pas trop au sérieux tout en montrant juste ce qu’il faut qu’ils sont conscients de leur statut de personnage. J’ai eu plaisir à revoir Yamada Takayuki dans le rôle de Yoshihiko, qui est un héros… parce que que ça a été décidé comme ça. J’aime décidément de plus en plus Kinami Haruka, qui tient le rôle de Murasaki. Takuma Shin et Muro Tsuyoshi ne sont pas en reste dans les rôles de Danjo et Merebu. Et Satô Jirô est lui aussi parfait dans le rôle de Hotoke, qui a lui aussi des super pouvoirs, dont celui  de dire n’importe quoi et de donner des indications très vagues.yuusha yoshihiko to maou no shiro

yuusha yoshihiko to maou no shiro

Du côté des guests, il y a plein de bonnes surprises : Koike Eiko dans le rôle d’une vierge pas si farouche réfugiée sur une île au milieu d’une rivière (l’arme pour vaincre les kappa et aller jusqu’à elle est juste ultime ! ^^), Furuta Arata en bandit malmené par sa femme, Okada Yoshinori en… homme-vache (!), Sawamura Ikki en bandit punk, Oguri Shun en mage manipulateur… C’est un vrai plaisir de retrouver des guests dans un contexte différent des séries d’enquête où ces apparitions sont habitullement les plus nombreuses.yuusha yoshihiko to maou no shiro

yuusha yoshihiko to maou no shiro

La bande originale est vraiment digne d’un jeu vidéo et remplit son rôle à la perfection. Les bruitages jouent eux aussi un rôle très important : ils ont un côté très cheap tout à fait dans l’exprit de la série et renforcent le côté jeu, par exemple quand Merebu lance un de ses nouveaux sorts (toujours un peu foireux évidemment), ou que Yoshihiko ouvre un coffre. La chanson de l’opening, signée mihamaru GT est super entraînante et annonce bien le peu de sérieux du drama. L’ending est tout aussi sympathique.

Les épisodes durent à peine 30 minutes, et cette durée est vraiment parfaite. Avec une durée plus longue, le comique aurait peut-être eu tendance à s’essoufler, mais là c’est juste ce qu’il faut. On n’enchaîne pas forcément les épisodes les uns à la suite des autres, mais au final j’ai quand même regardé la série assez rapidemment. Pour une petite tranche de rire quotidienne, c’est tout simplement parfait.

Yuusha Yoshihiko to Maou no shiro est vraiment un excellent drama qui m’a fait rire comme j’ai rarement ri. C’est original, débile juste comme il faut, le niveau est bien constant d’un épisode à l’autre. En plus de retrouver les références propres aux RPG, il y a aussi un tas de références à la culture populaire, japonaise ou non, toutes aussi loufoques les unes que les autres. Rien que de revoir Yoshihiko avec ses lunettes 3D, je me marre ! ^^

Evidemment, si vous n’aimez pas un minimum les RPG ou que tout simplement vous ne connaissez pas cet univers, une grande partie du comique vous échappera ou vous laissera de marbre. Mais si vous les appréciez juste un peu et surtout que vous êtes friants d’humour débile, il ne faut pas hésiter. Je pense d’ailleurs que c’est tout à fait le genre de drama que les non-dramaphiles pourraient apprécier.

1 commentaire sur [Drama] Yuusha Yoshihiko to Maou no shiro

  1. Commentaires laissés sur l’ancienne version du blog

    Bon, c’est clair celui-là il faut que je me le procure! Rien que de voir les captures, ça attise ma curiosité et ça me fait déjà sourire. Si on ajoute l’avis que tu as rédigé et, cerise sur le gâteau, le casting prometteur… j’achète!

    Écrit par : Dramafana | 25.01.2012

    Je pense que tu seras pas déçue ! Comme toujours j’aurai plaisir à lire ton billet quand tu auras vu le drama 🙂

    Écrit par : Katzina | 27.01.2012

    En me promenant sur différents blogs, je suis tombé sur le tien et sur cette critique. Je ne connaissais pas du tout ce drama et ce que tu en disais me donnait le goût d’essayer. J’ai regardé les 12 épisodes en 3 jours!

    Par chez moi, on dirait qu’ils en ont dû en fumer du bon pour écrire un tel scénario. Quel délire! Ça n’a pas dû être facile de garder son sérieux pour tourner ces scènes.

    Il y plusieurs années, j’aimais bien jouer à ces jeux de quêtes, alors j’ai bien aimé ces références aux codes des jeux (la façon de fouiller dans les maisons, hahaha, c’est vrai que c’est ridicule!)

    Dommage que je ne connaissais presque pas les acteurs guests, mais j’ai adoré Oguri Shun.

    Écrit par : Miaow | 28.01.2012

    J’ai eu l’occasion de lire plusieurs de tes commentaires sur Luminophore ces derniers temps, je suis contente de voir que tu es arrivée jusqu’ici !
    Ca me fait super plaisir de savoir que mon billet t’a donné envie de voir ce drama et qu’il t’a plu !
    C’est clair que pour certaines scènes ils ont dû faire plusieurs prises, ça semble impossible de garder tout le temps son sérieux tellement c’est délirant parfois ! C’est le genre de séries pour lequel ça doit être intéressant d’avoir un making of avec les scènes ratées et tout ça ! 🙂
    J’espère qu’il y a d’autres j-drama qui te plairont ici, en tout cas n’hésite pas à continuer à laisser des commentaires ! 🙂

    Écrit par : Katzina | 29.01.2012

    Moi aussi, après l’écoute de ce drama, j’ai tout de suite pensé au plaisir de voir un making of. J’ai cherché, mais je n’ai rien trouvé. Dommage!

    Tu as remarqué mes commentaires sur Luminophore… (C’est le fait que je sois québécoise ou parce que mon pseudo fait référence aux chats qui fait que tu te souviens de moi? ;-)) Je me promène depuis longtemps sur le web, mais il est rare que je laisse des commentaires. Depuis peu, je me dis que je pourrais au moins faire l’effort de donner mon appréciation lorsque l’on me fait découvrir un très bon nouveau drama (ou nouvelle série). Mais, je ne le fais pas encore assez. (Ça m’a pris près d’un an avant d’écrire chez Kerydwen…)

    J’irai sûrement jeter un coup d’œil à quelques autres de tes billets. Merci de l’accueil!

    Écrit par : Miaow | 30.01.2012

    « (C’est le fait que je sois québécoise ou parce que mon pseudo fait référence aux chats qui fait que tu te souviens de moi? ;-))  »

    Un peu des deux en fait ! ^^ J’ai tout de suite remarqué que tu étais québécoise vu que j’ai passé un an au Québec et que j’ai eu l’occasion de me familiariser avec des expressions bien de chez vous ^^.

    Je te comprends tout à fait pour les commentaires, même si je sais en tant que blogueuse que ça fait plaisir d’avoir des commentaires sur un billet, moi-même je n’en laisse pas tant que ça sur les autres blogs, ce n’est pas toujours évident à faire. Mais quand on se décide et qu’on est bien accueilli comme chez Kerydwen, c’est encourageant ! Mais ça prend du temps, et des fois ce n’est pas évident de dire autre chose que « je suis d’accord avec ce que tu dis’ ou bien ‘moi aussi j’ai aimé ce drama/tu m’as donné envie de voir ce drama » ^^

    Au plaisir de lire tes prochains commentaires si le coeur t’en dit :).

    Écrit par : Katzina | 31.01.2012

    Kerydwen avait déjà attiré mon attention sur ce drama en l’évoquant dans un de ses billets ; ton article renforce mon envie de le voir… Et pourtant, ce n’était pas gagné, car Yamada Takayuki ne m’a pas laissé une bonne impression dans les dramas où je l’ai vu (notamment dans le décevant « H2 »), mais les avis sur « Yuusha Yoshihiko to Maou no Shiro » sont trop positifs pour que je ne laisse pas une petite chance à ce drama a priori hilarant ! Donc, à rajouter dans ma liste « Dramas à voir sans trop tarder »…

    Écrit par : Gatien | 01.02.2012

    Même sans avoir vu H2, je ne pense pas que ça soit le meilleur drama pour se faire une idée sur Yamada Takayuki. Est-ce que tu as vu Byakuyakou ou Sekai no chuushin de ai wo sakebu ? C’est avec ces drama que je l’ai découvert et même si je ne l’ai pas vu tant que ça je l’ai toujours apprécié. Après, chacun ses affinités avec les acteurs et actrices, évidemment ! 🙂
    En tout cas, je suis bien contente que mon billet ait contribué à te donner envie Yuusha Yoshihiko et j’espère que tu rigoleras autant que moi. Je me marre rien qu’en revoyant mes screenshots, je suis grave ! :p

    Écrit par : Katzina | 05.02.2012

    Katzina, je n’ai pas vu les 2 dramas que tu cites (mais j’ai déjà entendu parler de Byakuyakou) ; à la lecture des synopsis, pas impossible que je les visionne un jour ou l’autre, car les deux m’intriguent… (ma liste s’allonge donc encore un peu !)
    A part H2 (tu ne l’as pas vu, pas grave, tu ne loupes pas grand-chose…), l’autre drama que j’ai vu avec Yamada Takayuki, c’est Taiyo no Uta, où il ne m’avait, là aussi, pas vraiment fait bonne impression… Mais peut-être que je changerai d’avis avec Yuusha Yoshihiko to Maou no Shiro … ou pas, car comme tu le dis, on a tous nos affinités avec les acteurs/actrices ^^

    Écrit par : Gatien | 05.02.2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*