[Cher journal #40] Mon mois de juillet 2020

tanashi jinja

Quand j’ai vu au début du mois de juillet que les jours de pluie continuaient à se succéder, je me suis dit qu’au moins, avec une saison des pluies plus marquée que les années précédentes, on éviterait peut-être des précipitations catastrophiques en août et autres. Hélas, la pluie a quand même fait des siennes dans le sud du pays, et la région de la capitale a eu la chance d’être épargnée pour l’instant. Les bouts de ciel bleu se sont comptés sur les doigts de la main en ce septième mois de l’année, et si c’était quand même bien appréciable que le thermomètre ne monte pas trop, avoir des serviettes de bain qui séchaient d’un jour sur l’autre tenait du miracle.

J’ai réussi à me passer de la clim en journée, même si les quelques jours où la température est le plus montée c’était pas génial, avec l’humidité ça me donnait mal au crâne. On a eu quelques jours à moins de 25 degrés, agréables en soi mais on attend toujours le retour de bâton. Le soir on a mis la clim plusieurs fois pour 30 min car pas moyen d’avoir un courant d’air pour rafraîchir la pièce, pourtant orientée nord et au coin de la maison.

Entre une petite expédition dans le quartier voisin pour un repas et quelques achats et une autre le lendemain jusqu’à un maraîcher du coin qui aussi donné lieu à la découverte d’une petite pâtisserie, le premier weekend de juillet a été plutôt calme. Comme je le dirai plus bas dans le chapitre Messire, on n’a pas vu grand chose de Tanabata cette année. Mais juste après ça, on a pris les grandes décisions qu’on devait prendre depuis plusieurs mois et commencé les premières démarches qui vont mener à de gros changements pour l’année prochaine. Ce n’est pas génial d’avoir à faire des sorties en ce moment, ce n’est pas non plus évident de décider de quelque chose qui a un gros impact économique, mais on a une échéance, qui est la rentrée en école primaire de Messire. C’était clair depuis pas mal de mois maintenant que je ne pouvais plus envisager le système japonais (qu’il soit public ou privé) même si je pensais tenter le coup au départ et que c’est pour ça qu’on s’est éloigné du centre en privilégiant la qualité de vie en fonction du budget qu’on avait. Et l’école qui s’impose quels que soient les critères considérés (sauf financiers évidemment XD) n’est évidemment pas à proximité immédiate de chez nous. Ca pourrait être pire, car elle est quand même du bon côté du centre pour nous, et direct en train, mais 1h porte à porte de trajet ce n’est pas super souhaitable pour un enfant en primaire, pas non plus pour le parent qui doit faire deux allers-retours par jour pour l’accompagner. Surtout si on ajoute un bébé dans l’équation (parce que oui, le projet est toujours d’actualité mais là aussi la pandémie aide pas -__-).

rose trémière

Le 10 juillet, on a assisté à une réunion de présentation de l’école en ligne. Dix jours après, on a pris le train pour la première fois depuis plus de 3 mois avec l’autochtone pour aller visiter l’école et avoir plus d’informations. J’étais déjà convaincue, et du coup avec tout ça c’est devenu assez impossible d’envisager autre chose tant que ça peut suivre niveau finances. On avait déjà évoqué la possibilité de déménager dans un quartier plus sympa et moins loin du centre pour les trajets au boulot de l’autochtone, vu que sa rémunération est meilleure qu’il y a 5 ans quand on avait acheté la maison (il avait changé de boulot juste après le déménagement XD). Là du coup, le télétravail va très sûrement durer pour lui vu qu’il était déjà possible assez régulièrement avant la crise. C’est vachement contradictoire, car avec ces conditions on pourrait bouger dans un coin encore plus vert et tranquille, mais évidemment ce n’est pas là qu’il y a des écoles “alternatives” au système classique. La seule solution serait l’école à la maison et c’est un pas que je ne suis pas capable de franchir (si j’arrive à apprendre correctement le français à Messire ça sera déjà bien ^^). Du coup, il faut se rapprocher du centre pour diminuer le temps de trajet. Même si c’était possible financièrement, je pense pas que je voudrais habiter dans le quartier même de l’école. Le but est d’essayer de limiter le trajet à 30 minutes de porte à porte, et on s’est rendu compte du coup que ça permettrait aussi de le faire en vélo.

Le deuxième weekend de juillet, on est allé une première fois chez Suumo, le réseau immobilier qui proposent divers types de conseils aux particuliers. On a eu confirmation que faire construire une maison n’était pas forcément énormément plus cher que d’en acheter une neuve clé en main comme on a fait il y a cinq ans. Parce que oui, cette fois, tant qu’à faire de changer de maison, autant avoir du sur mesure, que ce soit pour la disposition des pièces ou les finitions. Le marché de l’occasion étant ce qu’il est à Tokyo, ça me parait à peu près impossible d’envisager de rénover une maison correctement sans que ça coûte beaucoup plus cher qu’une neuve.
Après ça, on est allé dîner chez mes beaux-parents, toujours en vélo, du coup c’était la première fois que je faisais un trajet de plusieurs kilomètres de nuit et comme maintenant je suis à l’aise ça n’a pas posé de problème. Pour le dessert on avait amené des glaces au yaourt d’une boutique de Kichijoji (Wood Berry) pour changer des gâteaux ^^. Le lendemain, on a été faire la première cueillette de myrtilles de la saison.

tanashi jinja

A la mi-juillet, avec Messire j’ai fait une petite sortie en vélo jusqu’à Tanashi pour aller voir les teru teru bôzu du Tanashi Jinja. En 5 ans à habiter dans la ville où se trouve le sanctuaire on n’avait pas encore eu l’occasion d’y passer, même si on n’est pas encore partis je voulais profiter de ces décorations spéciales pour y aller enfin ! Messire a choisi un petit bozu gris, a fait le voeu de pouvoir monter dans des véhicules, et on a aussi péché une petite carpe avec un mikuji comme celle qu’on avait ramené d’un sanctuaire de Niigata.

Le troisième samedi de juillet, on a fait refaire le traitement préventif pour les termites pour la maison. Avec ça et les tuyaux nettoyés, ça sera un argument au moment de la vendre (contrairement aux murs griffés par ces crétins de chatons XD). Le lendemain, on est retourné chez Suumo à Kichijoji pour donner plus en détail nos critères, et l’agente nous a fixé des rendez-vous avec des constructeurs.

Il y avait deux jours fériés avant le dernier weekend de juillet (ça aurait dû être le début des JO), on pensait au départ profiter de cette Golden Week bis pour aller à Yatsugatake mais vu la reprise du coronavirus on s’est abstenu. De toute façon, vu que la saison des pluies s’éternisait, on aurait eu un temps plutôt pourri, et c’est pour cette même raison qu’on a dû se résoudre à prendre le bus et le train pour aller aux trois rendez-vous avec des constructeurs. Le premier n’a pas du tout été fructueux, celui qui a le plus kiffé c’est Messire qui a profité du coin jeux et de deux employées qui ont joué avec lui :D. Les deux autres rendez-vous ont été mieux (sauf pour le déluge qu’on s’est pris sur la tête pour aller jusqu’à une maison modèle à Higashi Koganei XD), et du coup au fur et à mesure de nos conversations et de nos recherches on a appris pas mal de choses sur ce qui était possible ou pas. On a poursuivi avec les deux constructeurs, le grand défi du mois d’août sera de choisir l’heureux élu. On a aussi fait un déplacement pour aller voir plusieurs terrains dans le quartier qui est notre premier choix. Bien sûr, le choix du terrain c’est un casse-tête vu que c’est ça qui représente au moins deux tiers du budget et qu’il n’est jamais aussi grand que ce qu’on souhaiterait XD. Le terrain parfait niveau taille, prix et conditions de construction s’est révélé être juste à côté de rails, j’aime les trains et je sais que la nuit on est tranquilles mais je sais pas si je suis prête ! La suite le mois prochain donc :).

mukuge

Ca faisait quelque temps que je me tâtais à investir dans des vestes de pluie performantes vu que je suis vachement déçue de celles de la marque Outdoor que j’avais achetées. Plus de 15 minutes sous une bonne pluie et c’est mort, ça traverse. Je me suis rendu compte que la veste de Messire était pas beaucoup plus performante. On a visé haut et j’ai pris une veste Montbell pour moi, l’autochtone suivra si c’est convaincant. Pour Messire, j’y croyais pas mais j’ai réussi à en trouver une de la même marque sur Mercari (il la portera moins longtemps que moi donc y’a plus d’hésitation à investir évidemment ^^). Du coup la saison des pluies s’est enfin terminée donc on n’a pas encore pu tester ce nouveau matos. D’un sens, on peut dire que c’est efficace, ça empêche la pluie de tomber :D.

Les fruits d’été sont là pour de bon et on se goinfre de prunes, pêches et nectarines. Cette année sera donc sans abricots vu qu’ils étaient moches et trop chers à mon primeur et qu’on n’a pas eu l’occasion d’aller à Yatsugatake voir si on pouvait en trouver (Nagano est la principale voire seule région productrice de ce fruit au Japon). J’avais en tête qu’il fallait attendre l’automne pour avoir des betteraves nouvelles mais en fait non, elles sont déjà là ! Ma première livraison de l’année a été spéciale car ils s’agissait de betteraves jaunes, première fois que je goûtais et c’est vraiment chouette, très sucré et le goût de terre moins fort que les rouges. Quand on est allé cueillir des myrtilles, j’ai vu que le producteur où on est allé faisait aussi des mûres et j’ai réussi à en trouver le lendemain dans leurs casiers, jolie surprise ! J’ai acheté une ou deux fois des petites pommes de Nouvelle-Zélande pour compenser le manque, et j’ai aussi eu la chance d’en trouver des locales à 50 yens pièce au lieu de 200 parce que la peau était un peu abîmée.

En juillet, j’ai fait 2 fois une tarte à la tomate, certainement un des plats qui me rappelle le plus la cuisine de ma mère. La deuxième fois, j’ai même prévu de faire en tout 4 portions de pâte brisée pour en mettre en réserve au congélo. J’utilise toujours cette super recette, j’ajoute même un peu de graines de lin moulues :). j’ai refait une soupe aux pois chiches style harira, de l’houmous à la poudre d’amande, une fournée de légumes rôtis comprenant des carottes multicolores (je maudis ceux qui ont imposé l’orange comme unique modèle de carotte, c’est tellement joli les rouges, violettes, jaunes ou blanches !). J’ai improvisé un curry avec entre autres du choux-fleur, et toujours des lentilles pour les protéines. Le mois a également été assez fromagé, avec encore du halloumi mais aussi du fromage de chèvre trouvé à Kaldi que j’ai utilisé dans une salade pomme céleri champignons.

Côté washoku, tous les repas ou presque ont été accompagnés d’une soupe miso froide. La tournée de nattô du mois a servi entre autres pour une salade avec de l’avocat au wasabi et au nori tsukudani. J’ai aussi refait les petits “chaussons” de nattô en feuilles de shiso.
A la fin du mois, j’ai fait des omurice car Messire me disait ces derniers temps qu’il voulait aller en manger à son restaurant de buffet préféré. C’était plus réussi que ce que j’aurais pensé !

Cöté petit déjeuner, j’ai pu refaire une des mes recettes de pancakes préférées grâce à mes chères pommes. Il y a aussi eu du pain perdu avec des figues et des pêches, d’autres pancakes avoine sarrasin bien sympa aussi testés pour la première fois, et les classiques de la maison. Enfin, pour le goûter, j’ai fait 2 fois de petits esquimaux 100% fruits mangue, ananas et framboise.

Au début du mois, Messire a eu de quoi préparer des décorations en papier pour Tanabata pour le yochien. Il s’est pris de passion pour ça, du coup j’ai acheté pas mal de papiers carrés pour origami et moi aussi j’ai testé des trucs pour décorer un peu la maison, Tanabata ou pas. Il a pu aller avec ses copains accrocher les décorations au domaine où il y a la bambouseraie. On a voulu aller les voir tous les 3 un midi mais c’était fermé donc on a vu seulement de loin, c’est dommage. Du coup vu le temps qu’il a fait les décorations ont pas dû faire long feu !
La petite joie de juillet, c’était la réception d’un colis de sa grand-mère française avec plein de petites voitures. Et aussi des beaux vêtements pour l’été (et puis du thé, des chocolats et du fromage pour le reste de la famille ^^).
Les 3 dernières semaines de juillet, il a pu rester au yochien jusqu’à 12h, donc 1h de plus. Et puis quand on a eu la réunion en ligne puis la visite de l’école, il a fait les prolongations et a pu enfin retrouver les joies du bentô avec ses copains.

Comme il se réveille presque toujours avant nous le matin, il lit des livres en nous attendant. Il est devenu un grand fan de Curious George et est capable de regarder plein de fois le même épisode ! Du coup, il communique façon singe en faisant des gestes :D. Le tout dernier jour de juillet, qui était aussi son dernier jour de yochien avant un mois de vacances, on est allés comme l’année dernière au parc du quartier pour observer des cigales fraîchement sorties de terre grimper aux arbres ou aux buissons et sortir de leur chrysalide.

cigale

En juillet, l’absence de l’asadora s’est faite sentir ! On a regardé plusieurs drama à la place, ce qui n’est pas du tout bon pour ma liste de billets drama à rédiger :D. D’abord, on a fini Fumô chitai et il faudra clairement que je réécrive dessus. Ensuite, on a attaqué un drama de l’automne dernier dont j’avais entendu beaucoup de bien, Ore no hanashi wa nagai, et c’était vraiment top, aussi bien l’histoire dans sa globalité que l’excellent personnage principal interprété par Ikuta Tôma. On a enchaîné avec un drama de ma troisième liste de séries à revoir, Last Christmas, et il n’a pas fait long feu non plus. Une romance toujours aussi chouette qui m’a donné envie de voir Oda Yûji dans d’autres rôles. Enfin, au milieu du mois, la S2 de Hanzawa Naoki a enfin commencé et avant de nous lancer on a pu voir l’épisode spécial qu’on avait loupé lors de sa première diffusion au début de l’année et qui sert d’introduction à la suite. Il m’a fallu un temps d’adaptation pour me replonger dans cet univers qui reste particulier, mais après le SP et les deux premiers épisodes je constate que la recette fonctionne toujours aussi bien ! Au moins, ce drama on devra attendre forcément deux mois pour pouvoir le finir :).

Notre consommation de films a déjà bien baissé en juillet, on en a regardé qu’un : Mes voisins les Yamada, que j’avais en DVD depuis des années mais que je n’avais encore jamais vu. J’ai bien ri et en fait je pense que j’ai plus apprécié que si je l’avais vu juste après l’avoir acheté ! Côté lectures enfin, je continue ce que j’ai commencé le mois dernier mais le créneau lecture du soir a de nouveau tendance à sauter souvent car je passe trop de temps sur l’ordi le soir à chercher des trucs par rapport à notre projet maison, et du coup je vais dormir directement pour avoir assez de temps de sommeil car l’énergie est pas au top vu la saison. Idéalement, dans un an on aura déménagé. J’espère que tout va bien se passer d’ici là !

4 Commentaires

  1. Quel mois rempli! Une saison humide étouffante chez vous. Ce n’est pas comme chez nous avec 37°C dans une atmosphère “sèche”.
    J’ai toujours imaginé Tokyo avec très peu de place. Je ne me doutais pas que l’on pouvait construire. Je vous souhaite que du ++ pour votre projet de maison.
    Les petits gugusses de pluie sont trop mignons, il me semble que l’on peut les confectionner. Ton fils a bon goût, celui de couleur grise est vraiment adorable.
    Last Christmas est un drama? J’ai vu un film anglais de même titre avec Emilia Clark, l’histoire y ressemble beaucoup.
    Mes voisins les Yamada est un film d’animation culte, une famille atypique dans laquelle on se retrouve par moment hihi!

    Bon mois d’août, à bientôt!

    • Le taux d’humidité de l’air, c’est clair ça change tout, et il faut le répéter à ceux qui pensent qu’on est des petits joueurs quand ils voient qu’on a “que” 35 degrés en août 😀
      Avec un nom en anglais si commun ça m’étonne pas qu’il y ait d’autres productions qui s’appellent Last Christmas ! Mais là oui c’est très japonais 🙂

  2. Bonjour Katzina,
    Je viens de découvrir l’existence de ton blog aujourd’hui et je viens de passer un temps certain à lire tes articles, sur le Japon (où je n’habite pas, je me suis contentée de voyages et d’apprentissage de la langue), sur ta vie quotidienne, tes réflexions.
    C’est bien écrit et je m’y retrouve souvent. Nous avons à peu près le même âge et sommes dans la même période de vie avec de jeunes enfants, ça doit jouer un peu.
    Je pense que je passerai lire tes articles régulièrement.
    Bonne continuation!

    • Je suis ravie d’avoir une nouvelle visiteuse !
      Merci beaucoup d’avoir pris le temps de laisser un commentaire, même si comme tu le vois je suis rarement rapide à répondre 🙂
      Si jamais tu utilises Twitter n’hésite pas à m’y rejoindre, j’y suis généralement assez bavarde 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*