[Cher journal #31] Mon mois d’octobre 2019

inokashira park

Alors que j’étais si impatiente comme chaque année d’être enfin en automne, le mois d’octobre n’a la plupart du temps pas vraiment donné l’impression qu’on était bien à cette saison. Entre les 30 degrés persistant au début du mois, le violent typhon tardif et les nombreux jours de pluie, c’était pas vraiment ça. Les vrais jours d’automne japonais ensoleillés où l’on sent juste un peu la fraîcheur le matin et le soir, on les a comptés sur les doigts d’une main. Espérons que novembre fera mieux et que l’humidité ne va pas compromettre le changement de couleur des feuilles des arbres !

Après la chaleur du début du mois, on a enfin pu se débarrasser de la clim dans la journée comme le soir. Passé la mi-octobre, il a fallu sortir les couettes de demi-saison. A l’heure où j’écris ces lignes, les boites qui contiennent mes vêtements d’automne et d’hiver sont ouvertes en plein milieu de la chambre et attendent encore le grand échange avec les vêtements d’été restés dans ma penderie. Le changement de saison est comme toujours compliqué pour mes jambes : un des seuls bons points de l’été, c’est que je peux être pieds nus avec des Crocs et des leggings ou bien des « skants » (sorte de jupe-culotte longue remise au goût du jour, je sais pas si le terme est courant ou si c’est juste du made in Uniqlo ^^). Là évidemment il commence à faire trop frais, je dois sortir les chaussures fermées qui se portent avec des chaussettes et du coup je ne sais plus quoi porter comme vêtements vu que je ne supporte pas les jeans et que j’ai pas envie de mettre des jupes/robes avec collants tous les jours. Faut que je trouve des pantalons confortables que je puisse porter l’hiver mais je vois pas trop quoi -__-.

Pendant les week-ends du mois d’octobre, on n’est pas allés bien loin et c’est quand même en bonne partie à cause du temps (du coup, c’est vraiment la misère côté photos donc vous avez le droit à des photos que j’ai déjà postées sur les réseaux sociaux et à des Messire à tête de chat XD). Ca ne nous a quand même pas empêchés de manger plein de bonnes choses, principalement dans les quartiers qu’on connait bien (Kichijoji, Ikebukuro, Shakuji), et une fois aussi en territoire moins connu (de passage à Roppongi on a profité de l’indien avec un super biryani !). Et puis j’ai quand même eu quelques sorties de mon côté. D’abord, le concert de moumoon le 6 à Kawasaki, certainement un des meilleurs du groupe auquel j’ai assisté et le dernier avec Masaki sur scène. Je me demande vraiment ce que ça va donner pour la suite !

keikyu kawasaki

Le weekend suivant, j’avais le concert de Suneohair mais il a été annulé à cause du typhon. De toute façon vu qu’il n’y avait pas de trains et que c’était le déluge ça aurait été impossible d’y aller. J’espère qu’une autre date va pouvoir être fixée mais pour l’instant aucune annonce. Dès la veille du typhon j’étais pas tranquille même si je savais qu’on n’était pas dans une zone à risque. Et puis le samedi 12 comme il pleuvait déjà bien même si le typhon était encore dans l’océan on a passé toute la journée à pas faire grand chose à la maison (ça tombait bien que le lundi suivant soit férié, on a pu profiter d’un vrai week-end quand même !). Plus il approchait, plus c’était stressant de voir les annonces de recommandation d’évacuation dans différents coins. J’étais tellement contente qu’on soit dans un endroit où il n’y a ni grande rivière, ni pente pouvant subir un glissement de terrain. Et clairement si on change de quartier un jour ça sera à prendre en compte et ça confirme que même s’il doit y avoir plein de coins sympa je n’irai jamais habiter dans l’est de la ville sur les bords de la Sumida ou de l’Edogawa ou dans la baie, que ce soit dans une maison ou dans une tour, parce qu’entre les typhons et les séismes c’est même pas la peine -__-. Je suis tellement désolée de voir Chiba cumuler les lourds dégâts et les victimes avec le typhon de septembre, celui-ci et les grosses pluies qu’il y a encore eu après.

Le jeudi 17 octobre, j’avais un concert et à peine plus d’une semaine avant je me suis rendu compte que l’autochtone n’avait pas noté ça dans son agenda et qu’il avait un rendez-vous pro impossible à déplacer dans l’après-midi. Et donc qu’il ne pourrait pas rentrer assez tôt pour être avec le monstre. Heureusement mes beaux-parents ont pu reporter leurs projets pour ce jour-là et venir s’occuper de leur petit fils. Ouf, je n’ai donc pas loupé le super concert 30ème anniversaire de the pillows à la Yokohama Arena !

En octobre, je suis allée de nouveau à deux rencontres du réseau de parents français Ippo Ippo et je continue d’apprendre des choses utiles que j’aurais bien aimer savoir avant. Certes, c’est peut-être moi qui ne m’étais pas suffisamment informée avant la naissance de Messire, mais dans tous les cas je n’étais pas tombée sur les bonnes personnes et j’étais pas non plus entourée des bonnes personnes ni au meilleur endroit pour ça non plus. Je me dis que c’est dommage de me la jouer « à l’expat » mais clairement dans ce domaine c’est tellement plus simple dans ma langue et surtout dans ma culture d’origine. D’autant plus que ça ne sera pas comme ça pour le suivi médical d’une deuxième grossesse même dans un autre hôpital (il faudrait d’ailleurs que j’arrive à me fixer une fois pour toutes sur un !) donc autant avoir quelque chose à côté.

midtown

Le mardi 22 octobre était exceptionnellement férié pour l’intronisation de l’empereur. Il a encore fait un temps de chien donc on n’a pas pu en profiter pour faire une petite sortie. Le vendredi suivant il a encore plus plu et j’ai fait les 2 allers-retours à pied au yochien car je le sentais pas du tout en vélo. Dans des moments comme ça c’est encore plus appréciable que ce soit vraiment pas loin de la maison.

Le dernier week-end d’octobre, on est allé dîner chez mes beaux-parents et on s’est occupé un peu du jardin. Pour une fois j’ai préparé mes jardinières de pensées tôt. On est passé à la jardinerie pas loin de chez nous (Messire venait d’y aller avec le yochien pour acheter des graines et des oignons de tulipes pour leur jardin !) et j’ai craqué pour un petit camélia, j’espère qu’il aura un meilleur destin que le cerisier, les 2 pieds de lavande et sûrement le pauvre sarusuberi dont le sort est toujours très incertain. J’étais très tentée par un dahlia mais j’en ai eu deux années de suite et ils n’ont pas du tout repris l’année suivante -__-. On profite encore bien du basilic et du persil plat qui a grandi beaucoup mieux que ce que j’espérais, à refaire l’année prochaine et ça serait bien de trouver d’autres herbes comme la coriandre ou de refaire aussi du shiso.

L’expérimentation culinaire d’octobre a été la préparation de mon premier amazake maison. Ma fois, c’était très convaincant ! En fait, j’en ai pris un peu en boisson juste quand il a été prêt et tout le reste a été utilisé pour faire des pancakes car j’ai trouvé une recette délicieuse dont le seul défaut est de contenir des oeufs. Il va falloir que je remettre ça et j’ai encore un autre type de préparation à tester avec cette petite machine qui me sert déjà pour le yaourt et le nattô maison. A part ça j’ai refait un super curry, je suis toujours aussi contente du mélange d’épices que je prépare et c’était une bonne idée de mettre du chou-fleur et du navet rose ! On a pris plusieurs fois de l’omelette et j’ai retenté une omelette vegan vu que j’ai racheté de la farine de pois chiche. J’ai encore eu du mal à la faire cuire mais c’est mieux avec ma poêle en acier que ça l’était avec celle en téflon en fait. A la fin du mois, j’ai repris un petit cycle cuisine japonaise avec plusieurs soupes miso, plein de plats de légumes, du takikomi gohan (riz cuit avec des petits morceaux de légumes et assaisonné). Et puis on a ouvert la saison du nabe !

amazake pancakes

Messire trouve que son anniversaire met un peu trop de temps à arriver mais à part ça il est toujours en grande forme. Dernièrement, ses dessins sont devenus plus travaillés et il joue beaucoup avec du carton. Il a préparé plein de choses au yochien et avec son père à la maison, avec des rouleaux de PQ ou des boites de biscuits ou de tisane. Je suis contente qu’il s’amuse un peu « à l’ancienne » pour changer un peu de ses trains miniature ou de ses voitures. Et puis avec l’automne il est encore plus au taquet pour ramasser des feuilles, des baies, des branches et toutes sortes de choses dès qu’il va se promener dehors. On a commencé à jouer aux cartes avec lui et il adore ça.

Je me disais encore l’autre jour qu’il était pas bien compliqué comme enfant, quand même. Evidemment ça lui arrive de réclamer des jouets ou des trucs sucrés dans les magasins, mais là dernièrement les trucs pour lesquels il a le plus insister c’était une boite de tomates cerises tricolores au supermarché et prendre chacun un oignon de tulipe à la jardinerie ! 😀
On a commencé à jouer au Memory (je savais même pas que ça s’appelait comme ça !) et il devient de plus en plus fort. On lui a aussi offert un jeu de karuta avec ses personnages de livres préférés pour apprendre les hiragana et il s’amuse beaucoup avec.

Le dernier mercredi du mois je l’ai emmené au jidôkan parce que c’était le jour où ils servent des onigiri. Enfin, on peut en faire ou en acheter quand on veut des onigiri, mais vu qu’ils font ça une fois par mois j’ai choisi ça comme un point de repère. Quasiment tous ses camarades du yochien vont au parc, au jidôkan ou je ne sais pas où presque tous les jours en sortant. Je ne comprend toujours pas comment les mères arrivent à caser ça dans leurs journées surtout si elles ont d’autres enfants. Et dans tous les cas, ça ne me parait pas du tout indispensable voire pas du tout judicieux vu l’état de fatigue des gamins. Et puis s’ils ne peuvent pas se contenter de jouer seuls chez eux pour la fin de la journée alors qu’ils ont déjà eu une bonne dose de jeux collectifs et de temps passé à l’extérieur ça veut dire qu’il faudra toujours en faire plus pour qu’ils ne s’ennuient pas ? Evidemment dans ces conditions, si t’as plus une minute pour toi et que tu te tapes des nuits super courtes tu peux te coller l’étiquette de mère qui se sacrifie pour ses enfants mais très peu pour moi, c’est pas pour ça qu’ils seront plus heureux quoi (je dirais même au contraire mais c’est un vaste sujet donc je m’arrêterai là ^^). Donc non je ne peux pas aller passer 2 heures au jidôkan tous les jours mais je prends l’occasion des onigiri pour le faire quand même une fois par mois, comme ça m’organise pour qu’il y ait de quoi manger pour le dîner quand on revient

messire

On finit comme toujours depuis plusieurs mois maintenant avec ce que j’ai vu, lu et même écouté pendant le mois. Cöté drama, j’ai fini Kabachitare et j’ai enchaîné avec un autre drama encore plus vieux car cette bonne expérience m’a donné envie de poursuivre le vidage de fonds de tiroirs et l’immersion dans la fin des années 90/début des années 2000. J’ai jeté mon dévolu sur Long Vacation et il ne m’a pas duré une semaine vu que j’ai regardé les épisodes par 2 passé le 3ème. Bien sûr, on a commencé à suivre le nouvel asadora, Sacrlet, et une fois n’est pas coutume avec l’homme on a aussi commencé un autre drama diffusé cet automne, Mada kekkon dekinai otoko. Encore un peu tôt pour dire si c’est à hauteur de la première saison ^^.

Pour ce qui est des anime, je continue Banana Fish en étant toujours qu’à moitié convaincue, et j’ai commencé en parallèle la tant attendue troisième saison de Chihayafuru. Et puis pour limiter mon nombre de billets drama en retard j’ai repris Buffy et la S5 ne devrait pas faire long feu. Franchement, je suis contente de n’avoir jamais été « dépendante » de la télé et aussi d’aimer la plupart du temps des genres de série qui ne se prêtent pas le plus au binge watching parce que oui, je kiffe de regarder 2 épisodes par soir et d’avoir même envie d’en regarder le midi mais comme je l’ai déjà dit, ça bouffe tellement de temps et aussi je sens que ça sape l’envie de faire autre chose, que ce soit ce qui doit être fait à la maison ou bien la lecture par exemple, parce que c’est toujours moins fatigant de se mettre devant un écran que de lire, d’écrire ou plein d’autres choses.

Je termine avec un petit paragraphe musique car il y a eu du nouveau en octobre du côté de mes artistes préférés : Spitz a sorti un nouvel album au début du mois et plus je l’écoute, plus je l’aime. Ca fait maintenant un peu plus de 10 ans que je connais le groupe et c’est le 4ème album qu’ils ont sorti durant cette période donc ça fait franchement plaisir, surtout quand on sait que ça fait plus de 30 ans qu’ils sont là ! Et puis côté occident, un groupe un peu moins vieux mais que je connais depuis bien plus longtemps a aussi sorti un album : Stereophonics. Je l’ai écouté un peu et il m’a fait très bonne impression. J’ai entendu des rumeurs de concert en Australie, si c’est vrai j’espère bien qu’ils vont faire un crochet par Tokyo !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*