[Cher journal #37] Mon mois d’avril 2020

azalées

Maintenant que le quasi-confinement est devenu la nouvelle routine, je trouve que le temps passe limite plus vite, contrairement à pas mal de gens je pense. Parce que oui, sortir librement pour autre chose que les courses et plus loin que les environs directs de chez nous me manque vraiment, mais ce n’est pas pour ça que je m’ennuie, au contraire ! Ce mois d’avril est donc passé aussi vite que les autres, d’autant plus vite qu’il s’agit d’un mois agréable du point de vue de la météo et que le printemps parait toujours trop court quand un été trop chaud et humide nous attend.

Le temps a été dans l’ensemble beau en avril, mais il y a eu quand même quelques jours où il a pas mal plu, une ou deux fois même où c’était ambiance pré-typhon. Et puis il y a eu ce moment où on a perdu plus de 10 degrés du jour au lendemain, pas super agréable (l’inverse ne le serait pas non plus d’ailleurs).

L’état d’urgence a été officiellement déclaré pour une partie du Japon d’abord le 8 avril. Vu qu’à ce moment-là on ne sortait déjà plus que pour faire des grosses courses ou pour se dégourdir les pattes à deux rues de la maison, ça n’a pas changé grand chose pour nous techniquement. Comme je l’avais déjà dit le mois dernier, on est vachement privilégiés dans cette crise, et je me dis que ceux qui ne se rendent pas compte de leurs privilèges dans un moment comme ça ne s’en rendront jamais compte de leur vie. C’est pas drôle de ne plus aller manger de la bonne bouffe dans les restos ou d’aller prendre l’air dans un des quartiers de Tokyo. C’est pas drôle d’avoir dû annuler notre voyage de la fin avril pour une destination que je veux faire depuis deux ans précisément à ce moment de l’année. Mais on apprécie d’avoir une maison où on se sent bien, largement assez grande pour 3 (l’autochtone avait déjà une pièce à lui pour travailler vu qu’il fait régulièrement du télétravail depuis plus de 4 ans).

Ce qui est dur en fait c’est de ne pas pouvoir du tout se projeter. Il faut voir juste le jour présent pour que ça passe mieux, un peu comme quand on a un tout petit bébé en fait :D. Je trouve qu’une situation stressante est plus facile à gérer quand on sait quand est-ce qu’elle va se terminer, mais du coup là justement on ne peut pas savoir quand ça sera fini, on ne peut pas se fier aux dates de fin d’état d’urgence ou de confinement. En plus depuis le début de l’année, je suis vraiment dans une période où j’ai besoin de pouvoir me projeter, et pour l’instant tout doit être mis en pause. Il s’agit surtout d’un éventuel déménagement en fonction de l’école primaire où Messire irait, vu qu’il n’ira probablement pas à l’école publique japonaise, en fait sûrement pas du tout dans le système japonais. Et puis pour les autres trucs c’est pas la peine que j’en parle en détail pour l’instant :).

marguerites

Au tout début avril, on nous a annoncé que le yochien serait fermé jusqu’au 6 mai, à la fin de la Golden Week. On s’y attendait, je ne sais pas s’ils ont gardé leur mode crèche officieuse, mais peut importe car la situation était pour moi complètement différente de celle début mars. Nous avons donc passé tout le mois d’avril tous les trois à la maison. L’autochtone avait de grosses journées car il est sur deux projets et en plus deux de ses collègues femmes avaient leurs enfants en bas âge à la maison à cause des crèches fermées (si leurs maris étaient aussi en télétravail, j’espère que eux aussi ont passé le message à leurs collègues…). Il y a des jours où on ne l’a pas vu vraiment de la journée en-dehors du déjeuner, et même où il avait encore des réunions au moment où Messire devait manger puis aller se coucher. Mais il y a pas mal de fois quand même où il a pu prendre une pause pour la petite promenade quotidienne et s’occuper de Messire après le dîner (mais retourner quand même bosser après jusqu’à genre 21h !). D’un sens ça change pas beaucoup de d’habitude, mais bon vu qu’il y a le temps de trajet en moins ça fait quand même de sacrées journées.

Vu que le temps passé à l’extérieur est devenu précieux, je fais encore plus attention à la nature dans la ville. En plus, on est à la bonne saison pour ça ! Je suis encore plus sensible aux odeurs du dehors aussi, surtout l’odeur du matin et une fois qu’il fait nuit, ou alors par temps de pluie. Et puis heureusement, on a notre petit jardin. En avril, les azalées se sont mises à fleurir progressivement, et à la fin du mois c’était la fête partout. Enfin pas chez nous vu que mon pied a rendu l’âme ! L’hydrangea a fait énormément de feuilles et prépare ses fleurs, le pied de genre de marguerites qui est devenu tout tordu a fait plein de fleurs, et la plus grosse surprise, le pied de muguet qui vient du jardin des grands-parents de l’autochtone et que je pensais fichu a tout d’un coup poussé et fleuri deux jours avant le 1er mai ! Un autre truc que je ne m’attendais pas, c’est de voir pousser mes allium giganteum. J’avais acheté un gros oignon l’année dernière, il avait fait plein de feuilles mais aucune fleur. Il s’est séparé en 4 morceaux et en début d’année je les ai planté à l’arrache dans 3 jardinières. Et chacun est en train de préparer une fleur ! J’ai hâte qu’elles s’ouvrent ^^. On a eu aussi quelques jolies tulipes, vu que j’avais planté les oignons super tard je ne pouvais pas espérer mieux.

muguet

A la fin du mois, on s’est permis une petite sortie en mode masque et distance sociale, et toujours dans notre quartier. Une des sensei du yochien nous a proposé d’aller arracher des pousses de bambous dans un endroit de sa connaissance. On adore ça et ça coûte assez cher en magasin donc c’était un super plan ! Messire avait tellement pas vu sa sensei depuis longtemps qu’il était tout timide au début :). On a appris plein de choses sur les bambous, on a pu prendre 3 pousses, et on nous a donné des fuki.

bambous

J’ai assuré l’approvisionnement en légumes en faisant de gros pleins chez le primeur, et quand d’autres produits commençaient à manquer il fallait bien s’aventurer jusqu’à la gare pour aller au supermarché ou au magasin pro de l’autre côté où il y a pas mal de surgelés. D’ailleurs j’ai eu la bonne surprise de retrouver des mangues alors qu’ils en avaient plus depuis des mois, mais ça n’a pas duré (Messire adore les mangues et on a notamment une recette de salade de haricots noirs avec avocat et mangues qui est géniale pour le petit déjeuner !). Comme c’est les seules sorties, aller faire les courses ça prend des airs de véritables excursions. Genre, en rentrant du supermarché j’avais l’impression d’avoir plein de choses à raconter :D.

Me concentrer sur la préparation de plein de bonne bouffe ça m’aide vraiment. Comme ça j’ai vraiment l’impression que ça a un sens d’être coincés à la maison, heureusement que j’ai les moyens et l’envie de le faire ! Ca me déprimerait de manger toujours du riz ou des pâtes avec trois pauvres morceaux de légumes :D. Il y a eu des augmentations de prix et certains produits qui manquent, mais globalement y’a de quoi faire plein de plats différents en alternant entre cuisine japonaise et cuisine pas japonaise (c’est plus simple de dire comme ça parce que ça peut être tellement de trucs différents !). Mais je me suis dit que c’était quand même l’occasion de faire un peu les fonds de placard et de congélo. Comme je stocke pas mal de bouffe, je fais toujours attention pour être sûre de ne rien perdre, mais il y a quand même des trucs qui restent là plus longtemps qu’il ne le faudrait, en théorie du moins.

tiramisu cajou

J’ai commencé par des coquillettes (périmées) à la poêle, avec une boite de thon (périmée), des champignons et un reste de fromage. J’ai fait frire des chips de crevettes vietnamiennes périmées depuis plus de 3 ans (la friture, un truc qu’on fait une fois par an à la maison XD), ben ma foi elles sont très bonnes. J’ai fait un “one pot pasta” avec des penne périmées (on mange des pâtes de légumineuses, d’épeautre ou de blé complet maintenant donc j’avais laissé de côté les “classiques”) et des légumes déshydratés dont j’avais acheté un gros sachet un peu comme nourriture de secours. Bien meilleur que ce que j’espérais ! J’ai fait pour la première fois depuis longtemps un granola sucré avec des vieux flocons de châtaigne, on l’a mangé avec des vieilles céréales. J’ai essayé d’écouler un peu mon stock de riz thai en faisant du tempeh aigre douce puis du riz coco coriandre citron. Et puis il y a eu aussi le tiramisu (presque) vegan, avec des boudoirs périmés depuis plus d’un an. L’alcool que j’ai utilisé avec le café pour tremper les biscuits était pas super bon, à part ça c’était vraiment intéressant !

Côté cuisine japonaise, j’ai fait des gyôza au tofu et shiitake avec des pâtes qui étaient au congélo depuis 3 ans. J’adore les gyôza mais c’est assez long à faire donc j’évite, mais en fait on s’est tellement régalés qu’il faudra remettre ça ! Je rachète des pâtes, on verra dans 3 ans :D. J’ai aussi essayé d’écouler mon stock de dashi de poisson, j’évite d’en utiliser mais du coup avec celui que j’avais et celui de super qualité que ma belle-mère nous a donné on en avait pas mal en stock. C’était donc l’occasion d’essayer enfin de faire du dashi ochazuke, et de refaire des zôsui (deux sortes de plats avec du riz et du dashi). J’ai aussi testé le dashi tamagoyaki et j’étais assez contente du goût même si l’aspect était pas parfait. A part ça, j’ai fait un autre truc qui s’appelle dashi mais qui n’a rien à voir, une spécialité de Yamagata qui se décline en pas mal de versions. J’ai fait concombres (la base), avec du shiso, du myôga et du gingembre. Tout émincé et assaisonné, et on s’en sert pour mettre sur du riz ou du tofu. Je veux en goûter du vrai à Yamagata un jour ^^.

ochazuke

Au petit dèj, il y a eu de nouveau des porridges d’avoine (classiques ou “overnight”), des porridges de lentilles corail ou de patate douce, des haricots blancs à la tomate avec des oeufs brouillés. J’utilise plus d’oeufs dernièrement pour varier les protéines vu qu’on mange beaucoup moins de poisson à l’extérieur et que j’ai pas envie de me remettre à en cuisiner à la maison. On peut faire tellement de choses avec ! Vu que tous les magasins de notre quartier ne vendent que des oeufs de poule en cage, je vais jusqu’à Ôizumi en vélo pour avoir des oeufs d’élevage au sol dans un magasin où la majorité des produits sont bio (mais si les oeufs étaient bio ça serait plus de 100 yens l’oeuf donc c’est mort !).

Pour accompagner un reste de curry, j’ai tenté de faire des crêpes de lentilles vertes à l’indienne et c’était pas mal du tout. J’ai aussi fait un essai de beurre de cacahuète, en faisant un mélange avec des oléagineux et c’est pas mal du tout même si ça ne remplace pas celui que j’achète. En avril, on s’est descendu pas loin de 20kg de pommes et cette fois la saison est vraiment finie car les prix ont vraiment grimpé. J’ai fait deux compotes avec de la rhubarbe et des karin (petits coings) que j’avais au congélo, j’ai aussi refait deux tournées de chips de pommes car c’est super bon. Pour le goûter, j’ai refait du chia pudding pour manger avec la compote et le beurre de cacahuète, ensemble c’est super bon !

porridge de patate douce

Quand on est trois à être là tout le temps, la maison se salit plus vite et c’est pas un bon point car autant la cuisine ça me dérange pas d’y passer du temps, autant le ménage c’est vraiment parce qu’il faut. Bon, en contrepartie y’avait quand même moins de lessive ! A ce propos, j’ai recommencé à utiliser le mode sèche-linge de la machine car j’en ai marre que les serviettes et peignoirs soient tout rêches (pourtant l’eau n’est pas calcaire je pense). Et puis ça aide aussi à lutter contre les affreuses moisissures qui colonisent les torchons et serviettes à main même en-dehors de l’été et même quand on essaie de les étendre correctement. Devoir changer son linge plus souvent, c’est pas plus écolo que le sèche-linge quoi :).

Question ménage, j’ai fait un truc de dingue : nettoyer les carreaux des deux porte-fenêtres du rez-de-chaussée. Le truc que je n’avais jamais fait en presque 5 ans qu’on est à la maison+ ! Ai-je honte de le dire ? Oui et non, c’était sale c’est sûr, mais bon c’est pas ça qui m’empêchait de dormir :D. Faut que je fasse les porte-fenêtres de l’étage aussi, après les autres fenêtres sur les côtés et sur l’arrière de la maison vu que c’est des vitres dépolies je suis encore moins motivée je dois dire ^^.

Dans le séjour j’ai échangé de place mon bureau et l’étagère qui est à côté pour pouvoir mieux placer la lampe à pied et le robot aspirateur. Ca reste pas génial car les dimensions des meubles sont pas optimales pour occuper un coin mais j’ai pas trop envie d’investir dans de nouveaux meubles pour l’instant. J’ai rangé mes vêtements d’hiver et déballé ceux pour le printemps et l’été, j’ai aussi fait du tri dans les papiers en tout genre, le truc bien chiant, mais bon on n’accumule pas trop non plus car je fais quand même un “pré-tri”. Enfin, j’ai nettoyé et rangé le placard du jardin, qui était bien sale après avoir hébergé des fourmis et je ne sais quelle bête qui était venue y accumuler des écorces de glands (que Messire avait ramenés et laissés dans le jardin). J’ai fait du tri dans les pots en plastique, c’est bien mieux maintenant !

fleurs ramassées

Messire a donc passé son deuxième mois sans aller au yochien. Je crois qu’il comprend bien maintenant pourquoi il ne peut pas y aller et pourquoi on ne peut pas prendre le train, aller au parc ou dans les autres endroits où il y a du monde. La première quinzaine du mois, il aurait pu passer la journée à faire des exercices dans ses cahiers en français. Ca fait plusieurs mois qu’il les avait, et tout d’un coup ça l’intéresse alors qu’on peut pas renouveler les stocks, mauvais timing ! Du coup il se rattrape avec les cahiers en japonais pour les kana, les chiffres et autres exercices, je suis repassée une fois rapidement à une des seules librairies ouvertes pour refaire le plein (on commande déjà trop sur Amazon, les livres neufs y’a pas d’excuse pour pas les prendre ailleurs). J’ai pris le temps de réparer son gros livre des moyens de transport qui était à la retraite depuis des mois car très abîmé. Je pensais faire refaire la reliure mais j’ai laissé tomber (car où et à quel prix ?) et on dirait que ma réparation maison a suffit à lui donner une seconde vie. Depuis, il le regarde tous les jours ! Il ne se lasse pas non plus (mais ses parents parfois oui :p) des livres de la bibliothèque qu’il a maintenant depuis 2 mois vu que c’est toujours fermé.

Je lui ai proposé de dessiner avec des craies sur son tableau noir, il a bien aimé donc j’en ai acheté des nouvelles avec plus couleurs. En plus de son déclic pour l’écriture des kana, chiffres et lettres, il a décidé de retenter de se servir de baguettes normales et il y est arrivé très rapidement. Ces apprentissages que les enfants sont capables de faire tout d’un coup sont vraiment bluffants !
En étant toute la journée à la maison, c’est plus compliqué de limiter le temps d’écran. Il a pas mal augmenté, donc heureusement qu’au départ il était vraiment très limité ! Messire est devenu fan de plusieurs programmes qui passent sur la chaîne éducative de la NHK, des animés courts très mignons, les livres d’images télévisés (avec les illustrations fixes et un conteur), et les chansons de Minna no uta. En plus de ça, il veut toujours regarder les vidéos de sa chanson préférée sur Youtube, et on a découvert comme ça la chaîne de deux filles qui font plein de chansons pour enfants. Au début je me disais que ça allait être vraiment cucul mais en fait elles sont vraiment mignonnes. Et puis Messire adore se servir de Google Street View pour visiter des gares et essayer de voir des trains ! Il arrive à taper en japonais le noms des endroits qu’il veut voir lui-même ou presque, la plupart du temps il veut voir des endroits où on est allés ensemble. On voyage virtuellement à défaut de pouvoir le faire en vrai en ce moment :).

Il a commencé l’entraînement pour faire du vélo sans les roulettes avec son père, et on essaie de passer du temps dans le jardin. Il adore enlever les mauvaises herbes et ramasser les feuilles mortes ! Et donc, il a bien kiffé d’arracher les pousses de bambou lui-même !
Quand on sort prendre l’air, il court pas mal. On essaie de varier les trajets, mais on ne va jamais loin ou du côté de la gare. Si on va ensemble faire des courses à vélo, un de nous deux reste avec lui à l’extérieur. Bien sûr, il a envie de voir ses grands-parents paternels, ses copains du yochien. Il dit aussi qu’il veut retourner en France, et parle autant que nous des endroits qu’il veut visiter au Japon quand on pourra de nouveau voyager (en train, bien sûr :D).

Côté petit écran, le mois d’avril a été vraiment très chouette? On a terminé Kinou nani tabeta? et alors que je me disais qu’il faudrait vraiment une S2, j’ai appris qu’ils allaient faire un film. On n’y échappera donc jamais ! On a regardé ensuite les 2 saisons d’un drama WOWOW que je n’avais pas du tout repéré au moment de sa diffusion, Guu Guu datte neko de aru. De la tranche de vie à Kichijôji avec des chats, du manga et un OST super chouette, c’était vraiment très bon ! Bien sûr, on a commencé le nouvel asadora, Yell, et pour l’instant il tient ses promesses. Je trouve que l’acteur principal est vraiment brillant. Enfin, on a commencé Yutori desu ga, nani ka? de Kudô Kankurô et ça me plait pas mal mais j’ai vachement du mal à cerner le message pour l’instant.

L’autre miracle d’avril à part le lavage de carreaux, c’est qu’on a regardé un film ! Pas de prise de risques quand même : des mois qu’on voulait voir les Kore-Eda qu’on n’avait pas encore vus, on a commencé par Kamakura diary (Notre petite soeur). Du coup, j’ai envie d’aller à Kamakura donc c’était pas qu’une bonne idée :D. Il va peut-être falloir plutôt que je revoie Saigo kara nibanme no koi :). Je disais en mars que je voudrais me remettre au manga, c’est fait, et en attendant de me replonger dans les kanjis illisibles d’une version japonaise, j’ai commencé à relire Honey & Clover, qui fait partie des manga en français que j’ai pu ramener à la maison. Ca faisait longtemps que je voulais le faire, en partie pour pouvoir réécrire sur le drama car je n’arrive toujours pas à décider si c’est une bonne adaptation, ou plutôt s’il apporte quelque chose à l’univers par rapport à l’anime.

Il n’y a pas eu beaucoup de podcasts ce mois-ci, pas facile de trouver l’équilibre pour qui a le droit au son dans le séjour entre moi et Messire :D. Moi qui me tâte de plus en plus à tenter les livres audio pour de la non-fiction, je crois qu’il faudra attendre encore un peu !
Pour pallier au manque d’expos et mettre des belles choses dans ma timeline, je me suis abonnée à plusieurs comptes Twitter gérés par la même personne qui poste des oeuvres de plein de peintres différents. Bien sûr, je suis les comptes pour Monet, Pissarro et Van Gogh. j’ai aussi découvert grâce à ces comptes plusieurs impressionnistes américains, à commencer par Childe Hassam, qui a vraiment fait des tableaux superbes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*