22 avril 2018

[Drama] Bitter sugar

bitter sugar

Titre japonais :  ビターシュガー

Nombre d’épisodes : 10 de 30 minutes

Diffusé en : Automne 2011

Chaîne de diffusion : NHK

Fiche : DramaWiki

De plus en plus curieuse de découvrir les drama de la NHK, j’avais mis ce drama dans ma sélection de l’automne dernier. Le visionnage du premier épisode m’avait bien convaincue, et le fait que les épisodes ne durent qu’une petite demie-heure et que les sous-titres soient rapidemment disponibles m’a poussée à regarder le drama au fur et à mesure de sa diffusion.

Ichiko, Mari et Natsu sont amies de longue date et s’apprêtent à fêter leurs 39 ans. Bien qu’elles soient chacune dans une situation différente, ce dernier anniversaire avant le passage fatidique à la quarantaine est loin de les laisser indifférentes. Leur quarantième année va être riche en événements et beaucoup de choses vont changer pour les trois femmes. Même si certaines choses vont parfois créer une certaine distance  entre elles, elles se soutiendront toujours, et leur ami Miyake.bitter sugar

Ichiko (Ryô), qui est au centre de l’histoire, s’est séparée quelque temps auparavant de l’homme avec qui elle avait passé sept ans car il rechignait à se marier et à avoir des enfants. Mais comme elle n’a trouvé personne pour remplacer Ichirô dans son coeur, elle regrette d’avoir mis fin à leur relation et commence à demander si elle n’aurait pas dû tout simplement se montrer plus patiente. Une chose est sûre, elle veut goûter encore une fois à la douceur de l’amour, mais pas à son amertume.bitter sugar

Mari (Wakui Emi) entretient depuis de nombreuses années  une relation qui semble assez particulière avec Akira (Oshinari Shûgo), un photographe qui a une petite dizaine d’années de moins qu’elle. Leur relation va prendre fin, et Mari va donc devoir passer à autre chose.bitter sugar

Natsu (Suzuki Sawa) est la seule à être mariée et avoir un enfant, mais son couple bat de l’aile : son mari disparaît un beau jour, ce qui  n’augure rien de bon. Natsu, complètement perdue, doit aussi faire face aux réactions de sa fille Mizuki (Arakawa Chika), qui la rend responsable de la situation (et qui comme toutes les pré-ados est parfois sacrément chiante !). Elle va devoir recherche un travail pour pouvoir gagner sa vie et élever seule sa fille.bitter sugar

bitter sugar

Le personnage de Miyake (Toyohara Kôsuke) est en retrait par rapport à nos trois personnages féminins, et s’il y a un épisode en particulier où son histoire personnelle est évoquée j’ai trouvé dommage qu’il ne soit pas plus présent car je l’ai trouvé très sympa. Les drama ont souvent tendance à présenter les homos de façon carricaturale, et la plupart du temps dans des comédies. Là, Miyake est dans l’ensemble très crédible, à l’instar du patron de Rui dans Second Virgin (NHK powaaa !).bitter sugar

Je citerai un dernier personnage, celui de l’horripilante Tsuji Fusae (Inoue Waka), une connaissance d’Ichiko. Elle est tellement détestable que j’ai trouvé Ichiko bien trop gentille avec elle. On se rend compte au bout d’un moment qu’au bout du compte elle ne fait que chercher désespérément à être heureuse, mais il est évident qu’elle ne s’y prend pas du tout de la bonne façon, aussi bien pour elle que pour les autres.bitter sugar

Bien que je n’aie pas encore atteint cet âge (mais ça viendra toujours assez vite…), j’ai été assez sensible à ces problèmes du passage à la quarantaine et de l’horloge biologique qui tourne. Ce n’est pas un problème qui ne concerne que le Japon, mais comme tant de phénomènes de société, il y prend une dmension particulière. Il est évidemment encore une fois question de mariage, mais il est abordé d’une façon différente par rapport aux histoires mettant en scène des trentenaires étant donné que la priorité est de pouvoir avoir un enfant rapidement.

J’ai trouvé que les trois actrices principales étaient toutes très justes, et j’ai apprécié le parcours de chacune. Mais j’ai quand même trouvé que celui d’Ichiko, qui est le plus mis en avant, était parfois un peu flou. On sait ce qui se passe dans sa tête car elle est la naratrice de l’histoire et qu’elle discute avec ses deux amies, mais on a parfois l’impression que  ce qu’elle fait n’est pas en adéquation avec ce qu’elle dit, ou bien qu’elle ne sait pas vraiment ce qu’elle veut et que ça n’a pas vraiment de rapport avec son âge ou sa situation.bitter sugar

Je n’ai pas été trop fan de la mise en scène des « films » qu’elle se fait avec Akira, ça se veut esthétique et onirique mais j’ai trouvé que ça ne cadrait pas trop avec le reste. Et puis, il faut dire que je n’ai pas réussi à cerner Akira, il ne fait toujours que passer et on ne sait pas du tout ce qu’il pense. J’aime beaucoup la photo, mais le coup du photographe en pleine frénésie ou au contraire en panne d’inspiration, ça sonne un peu déjà vu. Malgré ces défauts que j’ai pu relever et qui comme d’habitude sont assez subjectifs, j’ai globalement apprécié la série, et j’ai trouvé que la fin était particulièrement réussie, pleine d’optimisme pour tous les personnages.bitter sugar

L’OST, globalement assez discret, a des connotations tango, que l’on retrouve avant tout dans le thème principal que l’on entend dans le générique de début. Bizarrement, j’ai à la fois aimé et pas aimé. En fait, je crois que j’ai apprécié l’ambiance que donnait le style de la musique, mais pas la mélodie en elle-même. La chanson du générique de fin, signée Yaida Hitomi, est sympa et convient très bien au style du drama.

Je ne m’attendais pas à avoir du mal à écrire ce billet, mais pour une étrange raison j’ai vraiment du mal à développer mes impressions sur les personnages et l’histoire sans spoiler. Je vais donc m’arrêter là, c’est peut-être pas si mal de faire court pour une fois. Bitter Sugar n’est pas un drama révolutionnaire, mais il est  très plaisant à regarder et aborde des thèmes intéressants pour peu qu’on s’intéressse aux quarantenaires. Dix épisodes d’une petite demie-heure, ça passe très rapidemment, alors si jamais vous avez un petit creux dans votre programme, pourquoi pas ? Mais évidemment, ces choses-là, ça n’arrive pas souvent ^^.

1 commentaire sur [Drama] Bitter sugar

  1. Commentaires laissés sur l’ancienne version du blog

    En effet, ça n’arrive pas souvent! (^^) Mais bon, comme tu dis, c’est court et ça doit pouvoir se caser assez facilement.
    Merci pour cette découverte et pour ce billet!

    Écrit par : Dramafana | 28.02.2012

    Et merci à toi d’être une fidèle lectrice et commentatrice ! 🙂

    Écrit par : Katzina | 03.03.2012

    Je l’avais repéré et mis de côté, et ta critique me conforte dans l’idée que ce drama est à découvrir ! Les thèmes abordés, et la perspective d’avoir d’intéressants portraits de femmes, me donnent en tout cas envie. Merci pour ta critique 😉

    Écrit par : Livia | 04.03.2012

    J’espère que tu y trouveras ton compte ! Malgré les petits défauts que je lui ai trouvé c’est clair que le drama est intéressant du point de vue « sociologique ». Je ne me lasse pas de ces visions de la société japonaise à travers les femmes ^^.

    Écrit par : Katzina | 11.03.2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*