22 avril 2018

[Drama] Natsu no koi wa nijiiro ni kagayaku

natsu no koi wa nijiiro ni kagayaku

Titre japonais : 夏の恋は虹色に輝く

Nombre d’épisodes : 10

Diffusé en : Eté 2010

Chaîne de diffusion : Fuji TV

Fiche : DramaWiki

 

J’avais regardé le premier épisode de ce drama de l’été 2010 qui a succédé au décevant Tsuki no koibito sur Fuji TV dans la case du lundi soir à la fin de l’année dernière, lors d’une petite phase visionnage de pilotes que je n’ai pas encore eu l’occasion de renouveler. Comme j’ai été convaincue, j’ai mis le drama sur ma première liste de must see pour 2011 (qui n’est pas encore terminée vu mes écarts et ma consommation réduite) et je l’ai regardé au tout début du printemps. Ah, et la photo qui suit, c’est l’affiche du drama pendant sa diffusion, au siège de Fuji TV que j’ai eu l’occasion de voir lors de ma petite journée à Odaiba.fuji tv odaiba

Comme une majorité des getsuku, et surtout ceux de l’été (comme Buzzer Beat l’année précédente, de la même scénariste), NatsuNiji est une romance. L’histoire est celle de Kusunoki Taiga, acteur de « deuxième génération » dont la carrière a bien du mal à décoller. Le jeune homme a beau vouloir marcher sur les pas de son illustre père, celui-ci lui fait trop d’ombre. Le quotidien de Taiga va changer lorsqu’il rencontre par hasard (ah mais non c’est le destin) Shiori, une jeune femme un peu plus agée que lui qui est assez secrète et ne se laisse pas intimider par les manières de fils à papa de l’apprenti acteur. Lui va très vite tomber amoureux d’elle, mais il semblerait qu’il ne soit pas dans les plans de Shiori de sortit avec Taiga, ou n’importe quel autre homme.Natsu no koi wa nijiiro ni kagayaku

Bizarrement, j’apprécie de voir régulièrement MatsuJun même s’il ne fait pas partie de mes acteurs préférés. Faut dire que c’est le premier acteur de drama que j’ai découvert avec Oguri Shun et il a donc pas mal influencé mes choix de premiers drama.. Le personnage de Taiga a certaines ressemblances avec le Tsukasa de HanaDan, dans le genre gosse de riches qui croit que le monde entier tourne autour de lui. Mais bon, il est quand même moins violent, et son évolution se fait sur des thèmes différents. Si Taiga n’est pas bon acteur, c’est qu’il croit que jouer un rôle tient uniquement de la théorie et de la technique, et non du ressenti. Evidemment, il va changer sa vision des choses au cours du drama. Matsumoto se débrouille plutôt bien pour faire la différence entre son personnage et les personnages que ce dernier joue, ou essaie de jouer.Natsu no koi wa nijiiro ni kagayaku

Shiori est jouée par Takeuchi Yûko, qui ne m’a jamais déçue et ne me décevra jamais je pense. Elle n’a peut-être pas là son meilleur rôle, mais elle rend assurément son personnage sympathique, dans tous les sens du terme. On apprend bien vite quel est le secret de la jeune femme (du moins un de ses secrets), et son désarroi ou ses hésitations face aux événements sont évidemment touchants. Shiori fait énormément d’efforts pour vivre normalement avec sa fille, mais ce n’est pas toujours évident de garder le sourire devant les autres.Natsu no koi wa nijiiro ni kagayaku

Le directeur de l’agence de Taiga, qui va devenir le patron de Shiori, est joué par Matsushige Yutaka, qui a là un rôle beaucoup moins ambigü que dans Tentai Kansoku ou Fumo chitai. Pour ce qui est des autres employés de l’agence, je dois dire qu’ils ne m’ont pas forcément marquée. Ah, oui, il y a Sakura, l’actrice qui a eu énormément de succès enfant et qui a du mal à négocier son passage à l’âge adulte au niveau de sa carrière. Accessoirement, c’est la rivale de Shiori qui cherche à conquérir le coeur de Taiga. Rien d’original donc, mais Kiritani Mirei ne m’a pas non plus agacée.

Comme si souvent dans les drama, j’ai été charmée par l’enfant de l’histoire, Umi, la fille de Shiori. (incarnée par Kobayashi Seiran) Je l’ai sûrement déjà dit, je suis jamais baba devant les gosses, mais dans les séries japonaises, pour peu qu’ils sachent jouer, et la plupart du temps ceux qui ont un rôle conséquent se débrouillent très bien, je suis vraiment fan. Et c’est marrant de voir comment Taiga, peu habitué aux enfants, va se lier avec Umi.Natsu no koi wa nijiiro ni kagayaku

Taiga a un ami d’enfance, acteur de deuxième génération comme lui, et ils ont un rival qui leur pique un peu tous leurs rôles mais avec qui ils vont finir par sympathiser. Sans casser des briques, ce petit groupe ainsi formé est un des éléments sympa de l’histoire.

Enfin, il y a la famille de Taiga. Outre son illustre père (Itô Shirô) qu’on voit peu, il y a évidemment sa mère (Matsuzaka Keiko), personnage que j’ai trouvé franchement inintéressant voire agaçant, et son grand frère qui lui au moins a une vraie vie professionnelle (il est instit) mais fait quand même son Tanguy vu qu’il n’est toujours pas marié. Et évidemment, Shiori va vite être repérée et mise en tête de sa liste de femmes épousables. On sait d’avance qu’il va se prendre un rateau, et on se dit que c’est bien fait pour lui, parce que le coup du gars qui veut épouser une femme avec qui il a parlé dix minutes, ça va… cinq minutes, pas plus :p. Après, je n’ai pas pu détester le personnage étant donné qu’il est joué par Sawamura Ikki. Et puis en tant que grand frère de Taiga, il se montre un peu plus digne d’intérêt.Natsu no koi wa nijiiro ni kagayaku

L’OST ne m’a pas particulièrement marquée, et l’on n’échappe pas à la chanson d’Arashi pour l’opening. Ouais allez, ça s’écoute hein. Ouais. En fait, l’élément musical que j’ai vraiment apprécié, c’est l’insert song : Please stay with me de YUI. J’ai regardé le drama peu de temps après avoir réalisé que le 4ème album de la chanteuse était bien plus sympa que ce à quoi je m’attendais, et j’ai donc été contente de retrouver un de ses titres, qui joue énormément dans l’ambiance du drama.

S’il n’y a vraiment aucune grande surprise, le drama se regarde très bien. Le mystérieux lien de Shiori avec le père de Taiga ne m’a ni rendu curieuse, ni particulièrement émue. Par contre, il y a un autre thème évoqué à travers le personnage de Shiori que j’ai trouvé plus intéressant : cette impression qu’elle a de trahi son défunt mari parce qu’elle tombe amoureuse d’un autre, cette peur qu’elle a de laisser le passé derrière elle et d’oublier ses souvenirs. Si l’on croit d’abord que c’est Taiga qui va le plus apprendre de Shiori, l’influence est bel et bien mutuelle, et les deux personnages évoluent doucement mais sûrement.Natsu no koi wa nijiiro ni kagayaku

Dans l’absolu, NatsuNijji est un drama dont on peu se passer sans peine : duo principal, personnages secondaires, ambiance générale, tout est agréable, un peu au-dessus de la moyenne, mais pas non plus révolutionnaire. Pour autant, je ne peux pas dire que je me sois ennuyée ou qu’il n’y ait aucune émotion qui ressorte des personnages ou de leur histoire. Si vous cherchez de grandes révélations sur l’existence et l’univers, vous risquez d’être déçus. Si vous cherchez un simple divertissement avec quelques éléments sérieux mais qui reste léger et met plutôt de bonne humeur, là par contre vous devriez trouver votre compte avec ce drama qui a beaucoup moins de prétentions que son prédécesseur au même créneau horaire et qui du coup s’en sort mieux.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*