21 octobre 2018

Ma rentrée et l’avenir du blog : une note longue, chiante et sans images ! :p

arbre clères

Bon, il est peut-être temps que j’explique ce que je fais depuis la rentrée et pourquoi je vais écrire beaucoup moins sur ce blog pendant un an. Si on prend les choses chronologiquement, tout a commencé l’hiver dernier, alors que je commençait à me demander sérieusement ce que j’allais faire à la rentrée universitaire suivante.

Commencer un master de japonais, même si quand j’ai repris le chemin de l’université c’était suppose être seulement pour trois ans ? Trouver du travail, du moins en chercher ? M’expatrier à nouveau un peu dans ce but ? Je penchais pour le compromis de faire seulement la première année d’un master de japonais, car ça me permettrait de me perfectionner comme il y a encore des cours de langue. Mais j’ai pensé que j’aurais été encore trop frustrée de m’arrêter encore une fois là.

Parce que c’est ce que j’avais fait lors de mon premier cursus. Eté 2005, je suis en stage au Québec pour ma première année de master, j’apprends que je suis sur la liste d’attente pour l’admission en deuxième année, de peur de me retrouver sans rien à la rentrée je décide de rester au Québec parce qu’il y a du boulot pour moi. Quand je reviens en France pour ma soutenance et pour déménager mon apart, j’apprends qu’en fait je suis prise. Mais il était un peu tard. Ils m’ont même gardé une place l’année suivante, mais là je revenais tout juste du Québec, et retourner à Dijon pour quelques mois seulement me semblait un peu compliqué.

Bref, mauvais timing cette fois. Je suis très contente de ce que j’ai fait depuis ce départ anticipé de la fac. Sans ça, je n’aurais jamais été amenée à aller travailler un peu à Londres puis à décider d’apprendre le japonais. Mais si je ne regrettais pas le diplôme en lui-même, je regrettais quand même un peu de ne pas avoir un bac + 5 alorsque c’était prévu. Je suis la première à dire que l’expérience peut valoir autant qu’un diplôme et même plus, mais ce n’est pas l’avis de tout le monde et j’avais peur que ça me joue des tours sur mon CV.

Donc, l’hiver dernier, j’en suis venue à la conclusion qu’il ne fallait pas que je fasse un master 1 puisque j’en avais déjà un, mais directement un master 2, traduction anglais et japonais, pour finir à la fois mes deux cursus. Des master de traduction, y’en a pas mal évidemment, Où l’on peut faire du japonais, déjà moins. Mais j’ai trouvé la perle rare qui donnait a priori cette possibilité, qui en plus se trouvait à Paris et se faisait en alternance.

Je me suis donc dit que j’allais tâcher de me remettre un peu à l’anglais en vue des tests d’admission, surtout au thème car c’est ça le plus difficile. Mais bon, en fait jai bien bossé lors de mon deuxième semestre de troisième année, et les tests en question étaient le lendemain de mon dernier partiel ! Je suis donc arrivée un peu les mains dans les poches, n’espérant pas grand chose mais pensant que ça me servirait de savoir ce qu’on nous demandait si je voulais retenter l’année suivante.

Donc j’ai été surprise d’apprendre quelques jours après que j’étais admise. Mais il n’était pas encore sûr que je puisse avoir des cours de japonais en plus de l’anglais, ce qui était quand même embêtant. Mais c’était trop bête de dire non, j’ai donc décidé de tenter le coup et de laisser voir venir un peu.

Fin juin, première réunion, premières démarches pour trouver une entreprise pour l’alternance. Plus juillet avance, plus je déchante. Pas de réponses ou des refus pour mes candidatures spontanées, tout comme pour celles à des entreprises en contact avec l’université qui recherchaient vraiment quelqu’un.

Ce qui ne m’a pas aidé, c’est d’avoir comme troisième langue le japonais plutôt que l’allemand ou l’espagnol, car c’est plutôt ces langues que recherchaient les entreprises qui connaissent le diplôme. Evidemment, j’ai essayé de voir du côté des boîtes qui travaillaient avec le japonais (animation, manga, jeux vidéo….) mais ça n’a rien donné. Le régime de l’alternance est particulier, c’est vrai.

Et puis j’ai aussi été victime de la discrimination par âge ^^ : pour être apprenti, il faut avoir moins de 26 ans, ce qui n’est pas mon cas. Et certaines entreprises ne proposaient que des contrats d’apprentissage, pas de stages ou de contrats de professionnalisation.

Je pensais partir au Japon le coeur léger après avoir signé un contrat, ça n’a pas été le cas. Mais j’ai décidé de pas me prendre la tête et j’ai bien fait. En août, la France est belle est bien morte, je n’ai pas reçu un seul email d’une entreprise.

J’appréhendais le mois de septembre car je savais qu’il faudrait reprendre mes recherches et que les pistes que j’avais étaient plus ou moins épuisées. Si je ne trouvais pas, il faudrait faire un choix. Attendre jusqu’au dernier moment, ou bien laisser tomber à temps pour retourner à mon cher Inalco ?

J’ai été contactée par deux entreprises dont l’apprenti s’était désisté, il s’agissait de me deux dernières chances. La première n’a pas été la bonne. Le 20 septembre, c’était la semaine de la rentrée pour le M2 en alternance et pour le M1 de japonais, il m’a fallu donc choisir comme je n’ai pas le don d’ubiquité.

J’ai donc fait la rentrée du M2, et c’est le jour même que j’ai appris que j’allais être embauchée, j’étais d’autant plus contente que c’était une entreprise que j’avais repérée dès la fin juin !

Je laisse donc de côté le master 1 de japonais, mais c’est à regret. J’étais allée à la réunion de rentrée et avais même discuté rapidement avec une des profs de possibilités de sujet pour un mémoire. Je pense que ce n’est que partie remise, je me vois bien retourner sur les bancs de l’Inalco dans quelques années une fois installée dans la vie active, quitte à faire mon master en cinq ans ^^.

Et puis dans le fond, l’Inalco n’est pas si loin, parce que l’université où je suis maintenant est Paris 7, son partenaire pour le master de japonais, qui se trouve aux Grands Moulins, à deux pas des futurs bâtiments du nouvel Inalco qui sont en train de pousser.

Pour dire deux mots sur le diplôme en question quand même, il s’agit du M2 pro ILTS : Industrie de la Langue et Traduction Spécialisée. Pour moi, c’est la première option, IL. On a plein de cours d’informatique : traduction assistée par ordinateur mais aussi gestion de projets de site web, donc cours de HTML, XML et tout, et puis initiation à la programmation. Donc évidemment ça me plaît, je pense que ce que je vais apprendre va me donner envie de relooker complètement mon blog, mais ça sera pas pour tout de suite.

Avant ça, il y a les cours (des semaines de 35 ou 40 heures, jamais eu ça depuis le lycée !), le boulot en entreprise, mais aussi le mémoire de traduction à rendre en juin. Et ça, c’est une masse de boulot énorme qui s’annonce. Il faut d’ailleurs que je me dépêche de trouver un sujet !

Et du coup je suis toujours à Rouen, je ne pouvais pas me permettre de prendre un logement à Paris avant d’avoir trouvé une entreprise. Mais le train, c’est bien, surtout depuis mardi de la semaine dernière avec la grève ! C’est bien de se lever à 5h45 le matin, ça non plus je l’avais pas fait depuis le lycée ! Ca va me rajeunir, quoi ^^.

Évidemment, ça serait plus simple et surtout moins fatigant d’avoir un logement à Paris, mais il faudrait que ce soit Paris même, soit près du boulot soit près de la fac, sinon pas sûr de gagner beaucoup en temps, et certainement pas en qualité de transport. On est bien dans les trains grande ligne, avec un bon siège, une tablette, des accoudoirs (sauf dans les TER gris et bleus qui sont bien pourris).

J’ai commencé le boulot au début de la semaine et tout se passe très bien. Je vais surtout faire de la traduction du français vers l’anglais, dans plein de domaines techniques et scientifiques, donc c’est vraiment un challenge, mais ça me plaît déjà. Ca faisait longtemps que je n’avais pas pu dire : « Je suis au boulot ! ».

Voilà donc pourquoi je n’ai plus beaucoup de temps pour écrire ! J’ai encore quelques articles d’avance, mais certains ne sont pas terminés et de toute façon ça ne va pas durer. Enfin, vu que j’aurai moins de temps pour regarder des drama et des anime, il y aura moins de notes à faire de ce côté-là ^^.

1 commentaire sur Ma rentrée et l’avenir du blog : une note longue, chiante et sans images ! :p

  1. Commentaires laissés sur l’ancienne version du blog :

    Nouveau venu sur ton blog que je trouve très intéressant (j’aime beaucoup lire le compte rendu de ton voyage au Japon) je te souhaite bon courage pour cette année!
    Longue vie à ton blog!

    Écrit par : Buoron | 25.10.2010

    Bienvenue ici et merci pour tes encouragements et ton commentaire ! N’hésite pas à en laisser d’autres à l’avenir ! J’espère que tu apprécieras le récit du reste de mon voyage, je pense que c’est ce que je vais publier le plus dans les prochaines semaines ^^.

    Écrit par : Katzina | 27.10.2010

    Bonne chance pour ton contrat pro! Ça doit être super intéressant ce que tu fais!
    J’ai tellement d’articles à lire sur ton blog, je vais commencer par ton voyage au Japon, rien que de voir les photos ça donne envie de lire tes articles.
    Tu le fais en combien de temps ton contrat pro? moi c’est 24 mois…donc pas sure d’être embauchée à la fin malheureusement…
    C’était une note très intéressante au contraire 😉

    Écrit par : Ageha | 07.11.2010

    Comme c’est dans le cadre d’un master 2, mon contrat est en un an seulement. Mais bon vu la dose de cours qu’on a et le mémoire à rédiger, ça aurait pu se faire en deux ans avec un rythme un peu plus cool. Enfin, pas moi qui décide !
    Merci de t’être arrêtée à ce billet, et j’espère que tu aimeras mes petits récits de voyage 🙂

    Écrit par : Katzina | 13.11.2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*