[Cher journal #30] Mon mois de septembre 2019

minowa aka soba no sato

Selon le calendrier lunaire, au mois de septembre c’est déjà l’automne. Mais à Tokyo cette année, le thermomètre est monté au-dessus de 30°C plus que souvent. Le typhon qu’on s’est pris en pleine tête dans le Kantô n’a pas fait baissé les températures, au contraire il a été suivi des 2 jours les plus chauds du mois à plus de 35°C ! Malgré ça, on sentait le changement de saison dans l’air. Et quand je dis sentir, je veux dire aussi littéralement. L’air n’a plus la même odeur. On voit bien que les jours raccourcissent, les moustiques sont encore plus mauvais à l’approche de la fin de leur saison, et à la fin du mois quelques cigales faisaient encore de la résistance. J’ai essayé de me passer de la clim dans la journée même si parfois je dégoulinais un peu de sueur parce que j’en avais marre de la mettre, et que je devais encore la mettre le soir pour réussir à m’endormir.

J’ai commencé le neuvième mois de l’année de manière très artistique en allant voir une expo dédiée à Matsukata Kôjirô, collectionneur à l’origine de la création du musée d’art occidental de Tokyo. Le personnage est passionnant (il a acheté des tableaux à Monet en personne !) et la collection impressionnante (surtout quand on sait que ce qui était présenté n’est pas complet, merci la Fronce :D).

matsukata

Le 4 septembre, j’ai définitivement basculé dans la deuxième partie de la trentaine. L’homme est resté bosser à la maison et on a pu aller déjeuner au restaurant de kaiseki d’Ôizumi, on a pris un shabu shabu de yuba c’était la première fois que j’en mangeais autant de ma vie ! Le lendemain, j’ai fêté à nouveau ça avec une amie dans un cadre très différent avec une nouvelle petite visite au Shirokuma Café.

Le dimanche 8 septembre a eu lieu le premier de mes 3 concerts du mois. Et c’était un gros coup de chance qu’il ne soit pas annulé car un typhon arrivait et c’était en plein air ! J’ai vu Ôtsuka Ai, et je regrette de l’avoir loupée pendant 7 ans car c’était vraiment cool et plein de nostalgie.

Le vendredi 13, j’ai fait un trajet de presque 1h30 en train pour aller passer plusieurs heures dans un hôpital de Setagaya pour faire un checkup orienté préconception (une notion qui est loin d’être répandue au pays du dekichatta, ce qui explique la distance). Parce que oui, enfin, j’y pense sérieusement. Depuis quelques mois en fait, mais avec mon grand amour du milieu médical japonais entre le fait de faire un bilan santé correct et de trouver un hôpital décent pour un suivi de grossesse et un accouchement ça prend du temps… Toujours est-il que j’ai eu affaire à des personnes très sympathiques et plus ouverts d’esprit dans cet hôpital de Setagaya et du coup je regrette qu’on habite si loin de là. J’attends toujours le compte-rendu par rapport aux analyses et aux examens faits, on touche de la peau de singe (mince, Messire est couché !).

A partir du 14 septembre c’était une grosse semaine de maman solo car l’autochtone était en Espagne pour le boulot (mais comme il l’a dit lui-même “on n’a pas beaucoup travaillé”, et apparemment le Prado c’était bien. Heureusement, il a ramené du bon fromage ! J’aurais envisagé qu’on le suive avec Messire si on n’avait pas décidé d’aller en France pour les fêtes, mais franchement deux vols long courrier à 3 mois d’intervalle je préfère éviter, désolée l’Espagne ça sera pas pour cette fois (j’ai passé en tout une journée de ma vie en Espagne, la seule fois de ma vie où je suis descendue jusqu’au bord de la Méditerranée !).

Bref, donc il a bien fallu occuper Messire pendant un weekend de 3 jours, plus une journée où j’ai dû le reprendre au yochien 30 minutes après l’avoir déposé parce qu’il avait mal à l’oreille. Je me suis bien pris la tête pour décider si je devais retourner au pédiatre me faire prescrire des antibios inutiles qu’on ne prendrait pas ou essayer de chercher un ORL pour enfant qui ferait des examens plus sérieux alors qu’il faisait un temps de merde dehors. C’est passé pour cette fois mais si cette douleur qu’il a déjà eue revient il faudra bien faire quelque chose. Le samedi, on est allé du côté d’Ôizumi en vélo, on a mangé des sushi tous les deux à un resto avec une serveuse super sympa qui se souvenait de nous plusieurs mois après notre dernière visite et on a trouvé un super parc avec des tyroliennes. Le lendemain on est allé à Kichijoji, entre la foule du matsuri et l’info foireuse d’une autre aire de jeu à Inokashira le plan était moins réussi mais on a mangé des bons onigiri et des taiyaki. Et puis le lundi on est retourné à Ôizumi, Messire a enfin pu terminer sa collection de pins de trains Seibu et à défaut de cartes pour apprendre les kana je lui ai trouvé un livre avec des trains pour apprendre l’heure (du coup je spoile le paragraphe spécial Messire en fait :p). La semaine est vite passée au final, mais c’était dur de ne pas avoir du tout de pause le weekend !

Dimanche 22 septembre, deuxième concert du mois, un que j’attendais avec impatience : Rie fu, que je voyais pour la 10ème fois certes mais la fois précédente c’était il y a 1 an et demi, et surtout elle nous a joué pas mal de chansons de son superbe dernier album. J’étais au premier rang, j’ai acheté l’édition limitée de l’album, j’ai eu une dédicace et Rie se souvient de moi, la grande classe :D.

Le lendemain, encore un lundi férié (ces feignasses de Japonais avec leurs trente mille jours fériés hein ! :p), on est allé en famille jusqu’à un petit café de Higashi Kôenji où exposait un illustrateur que j’adore. Je compte reparler de lui donc je ne lâche pas tout et je dis juste pour l’instant que j’étais vraiment contente de pouvoir lui acheter directement des reproductions et cartes postales et de pouvoir échanger quelques mots.

Le jour suivant, nouvelle excursion à Shibuya pour le dernier concert du mois, encore plein de girl power ; mon quatrième concert de Yuga, aussi beau que les précédents. Et j’attends toujours que le monde, enfin déjà le Japon, se rende compte du talent de cette jeune femme !

Le 27 septembre, je suis allée à une rencontre Ippo Ippo, un réseau pour les parents francophones récemment créé. C’était la 3ème fois que j’y allais, je n’en avais pas parlé pour les 2 premières fois en mai et juin parce que je ne savais pas encore trop comment allait évoluer ce projet Mame 2.0, et du coup depuis il n’a justement pas vraiment évolué. En fait, c’est comme quand on est enceinte et qu’on a cette sorte de superstition qui fait qu’on veut au moins attendre la fin du premier trimestre avant de l’annoncer à tout le monde (y’a plus de probabilité de pouvoir le faire sans vomir faut dire XD). Ca a marché une fois sans problème mais on ne sait jamais ce qui peut se passer. En tout cas, j’aurais tellement aimé que ce réseau existe il y a 5 ans ! J’aurais sûrement pu être mieux informée dès ma grossesse et choisir un hôpital meilleur dès le départ ou avoir le courage d’en changer.

Nous avons passé les 3 derniers jours de septembre au frais entre Nagano et Yamanashi ! Je ne pensais pas retourner à Yatsugatake si tard dans la saison, mais on a trouvé une visite qui me tentait beaucoup et qui ne peut se faire que passé la mi-septembre, et on a trop bien fait d’y aller ! Le premier jour on a fait le parcours “habituel” : déjeuner houtou, un petit tour à Moegi no mura (manège et glace), et la promenade jusqu’à l’étang près de la maison. Le deuxième jour, on est allé voir les champs de soba rouge à Minowa, super joli. Une amie nous a accompagnés les 2 premiers jours, elle est repartie en train et le lendemain avant de repartir on est monté au Nyugasa-yama avec le funiculaire. Clairement un endroit où il faudra revenir passer plus de temps ! Comme prévu il caillait sévère dans la salle de bain à la maison, du coup le deuxième jour c’était onsen ! Dans ces conditions, je pense que l’année prochaine on pourra ouvrir la saison Yatsugatake au printemps. Y’a tellement de coins qu’on peut visiter en une journée en étant basés à la maison. Et tellement de bons trucs à manger, parce que cette fois encore ça a boulotté sévère, et on a ramené des trucs aussi ^^. Même si on a un micro-jardin, un bon parc près de la maison et plusieurs très grands parcs dans Tokyo, ça fait tellement du bien d’être dans la “vraie” nature. Même si c’est flippant la nuit en fait, j’ai oublié que j’ai grandi à la campagne je crois :D.

Au début du mois de septembre, on a acheté un vélo à assistance électrique. Quand on a pris un vélo classique avec un siège pour Messire à l’arrière, je savais bien qu’on en finirait là comme la majorité des parents qui transportent des enfants en bas âge, mais bon vu qu’à ce moment-là je n’étais même pas capable de monter sur le vélo en question, investir 130000 yen dans un électrique c’était pas forcément une bonne idée. D’un sens je me dis que c’était inévitable que je finisse par conduire un vélo avec le monstre derrière parce que oui, ça change la vie. Mais bon, il fallait que je fasse ça à mon rythme, et puis du coup là je le sens encore plus le confort de l’électrique. On peut dire que pour quelqu’un qui est supposé faire plus de sport, c’est pas l’idée du siècle mais au bout du compte je vois déjà que ça m’incite à aller plus loin. On pédale quand même quoi, surtout si on met l’assistance au minimum. Et mieux vaut ça pour le corps que se crisper les bras et les jambes parce qu’on se galère dans une montée je crois. Le petit boost au démarrage, ça change tellement la vie pour traverser les passages à niveau où y’a une pente ! Parce que quand on a 20kg derrière en tout, plus quelques kilos dans le panier devant, on le sent bien passer. Et puis comme c’est un vélo fait pour être équipé de sièges enfant, les pneus sont plus large et je sens la différence de stabilité. Et pour la même raison, il est aussi beaucoup plus facile à mettre sur béquille même “chargé” :). Parce que mon problème de psoas, ça venait au moins en partie de ça, à la longue c’était plus possible quoi. La question maintenant, c’est de savoir de quels vélos on va se séparer (on en a en tout 4 maintenant pour 2), et quand est-ce qu’on en achètera un deuxième électrique pour les sorties en famille. Comme je le disais, ça m’encourage à aller plus loin en vélo quand le temps le permet, même si j’aime toujours pas l’idée de faire un trajet que je connais pas. Je déteste tellement les routes pas très larges mais avec beaucoup de circulation où tu as peur de rouler avec les voitures mais où les trottoirs sont trop étroits pour circuler avec les piétons et surtout les autres cyclistes qui font n’importe quoi !

En cette fin d’été, il y a des victimes à déplorer dans mon petit jardin, à commencer par mon sarusuberi. A cause de la saison des pluies trop longue sûrement, il a chopé des champignons sur ses branches. Il a continué à faire des feuilles normalement donc je pensais que ça allait. Mais vers la fin août, ses feuilles se sont mises à jaunir, puis à sécher et ont fini par toutes tomber comme si c’était l’hiver alors qu’il était supposer faire des boutons et fleurir. Je l’ai bien arrosé et j’ai mis de l’engrais comme d’habitude, je ne sais pas s’il a eu trop de chaleur. Ca me fait de la peine, j’étais tellement contente de le voir fleurir les 2 étés précédents ! Et puis je crois bien que mon petit rosier et peut-être même mon pied d’azalées ont grillé aussi malgré mon attention. Petite consolation, j’avais repris un pied de basilic il y a quelques mois et c’est la première fois que j’arrive à en faire grandir un autant ! Le pied de persil plat que j’ai acheté en même temps se porte pas trop mal non plus. Je crois que l’année prochaine Messire aimerait bien avoir des tomates cerises, mais il en faudrait pas mal de pieds pour satisfaire sa consommation quotidienne :D.

Ces dernières semaines, j’essaie de mettre régulièrement au programme un petit déjeuner salé à la maison. Contrairement à certaines personnes ça ne m’a jamais dérangée de manger saler le matin, ça veut quand même dire une occasion en plus d’avoir du fromage :D. Mais bon comme au Japon c’est un peu un produit de luxe, on n’en a pas toujours (et c’est très bien comme ça). Le weekend, évidemment, on a plus de temps pour préparer le petit dèj et dans ce cas j’ai une super recette avec plein de légumes, idéale quand on sait qu’on va aller au resto le midi et qu’on n’aura pas forcément notre ration. Mais du coup, pour changer des porridges d’avoine et des céréales, j’essaie de trouver des idées végé voire vegan de petits déjeuners salés, ou alors d’ingrédients habituellement salés un peu “détournés” comme un porridge de patate douce ou de lentilles corail. En fait, arrêter de se cantonner au sucré permet tellement plus variété dans les apports de protéines, végétales ou pas. Je l’ai déjà dit plein de fois mais j’ai hâte de parler de mes livres de cuisine, tellement de billets que je veux faire mais ça n’avance toujours pas vite car il y a toujours des moments le soir où même si j’ai le temps j’ai pas la tête à ça du tout. Mais là, je crois que je suis de nouveau dans une bonne période ^^.

En septembre, les fruits d’automne sont arrivés pour de bon pour notre plus grand bonheur. Aux pommes, raisins et figues se sont ajoutés les kakis attendus avec impatience par Messire. Et les poires ont débarqué plus tôt que d’habitude il me semble. J’en profite à fond car les variétés cultivées au Japon ne durent pas tard dans la saison. J’ai fait de la compote de pommes, et aussi des chips de pomme à la cannelle.

Comme ça tape moins le matin, on peut de nouveau aller au yochien à pieds. Pour le retour, je préfère continuer le vélo car Messire en a plein les pattes. Après un long mois de vacances, il était ravi de retourner à son petit yochien revoir ses copains. Du coup le mois d’août était passé vite, et entre la chaleur, sa fièvre et mon gros coup de fatigue on n’a pas fait tant de choses que ça. Son intérêt pour les chiffres, les lettres et les kana continue de grandir donc on va entretenir ça avec des livres et des jeux. Pour l’instant il préfère les lire que les écrire, mais dernièrement il a progressé dans ses dessins donc je pense qu’il ne va pas tarder à s’intéresser à l’écriture. Et donc il s’intéresse aussi beaucoup à l’heure, et même s’il est trop tôt pour saisir toutes les subtilités, j’ai bien fait de lui acheter ce livre de trains avec une petite pendule intégrée, il adore essayer de mettre lui-même l’heure du goûter, l’heure de partir au yochien à pieds, l’heure du bain… Dernièrement, il parle beaucoup avec les gens qu’on croise dans le quartier ou dans le train quand ils s’intéressent à lui. Il raconte aussi beaucoup sa vie aux parents ou grands-parents de ses potes du yochien à la sortie ! Il est toujours à fond dans ses trains mais il a aussi décidé ces dernières semaines de fabriquer des choses avec des rouleaux de papier toilette, comme au bon vieux temps :D. On a eu un entretien individuel avec la maîtresse qui a confirmé que tout se passait super bien. Elle a dit qu’elle admirait son éducation (pas dans le sens discipline, dans le sens où il raconte plein de choses avec plein de détails) donc je dois dire que je suis assez fière comme ça vient d’une personne qui a une vision un peu différente de la pédagogie classique.

Qu’ai-je vu et lu en ce mois de septembre 2019 ? J’ai enfin réussi à commencer un roman, mais je n’ai pas beaucoup avancé. Il s’agit de The Buddha in the attic (Certaines n’avaient jamais vu la mer en français, si je me souviens bien), que je voulais lire depuis très longtemps. J”ai voulu commencer le deuxième volume d’Aria un soir et j’ai laissé tomber au bout de 2 cases tellement ça m’a agacée de ne pas déchiffrer certains kanji. Franchement, je m’inquiète pour mes vieux jours et j’aurais dû m’acheter une loupe à mon anniversaire -__-. Côté écran, j’ai repris l’anime Fruits Basket et je l’ai terminé du coup à peu près en même temps que sa diffusion. J’ai ensuite repris Banana Fish sans grande conviction, ça passe mieux mais je ne sais pas du tout ce que ça donnera au bout du compte. Pour ce qui est des drama, j’ai regardé Moteki, que j’avais depuis très longtemps sur ma liste, en une semaine (ma semaine en maman solo ^^). J’ai pas mal de bien à en dire,, ne serait-ce que parce que le drama change de ce qu’on voit d’habitude sur plusieurs points. Après ça, j’ai commencé un autre drama qui était aussi depuis longtemps sur ma liste et qui a presque 20 ans : Kabachitare. Là encore, une bonne surprise, et si ça continue le top drama 2019 va pas être évident à faire ! Avec l’autochtone on a terminé l’asadora Natsuzora, on est donc prêts pour le nouveau. On a toujours Kisarazu Cat’s Eye en route et puis il y a aussi Neon Genesis Evangelion qu’on a commencé y’a déjà plusieurs mois. Enfin, l’incroyable nouvelle c’est que j’ai rallumé la PS3 pour reprendre ma partie de FFXIII laissée en plan depuis près d’un an et demi. J’ai bien failli la laisser tomber et me refaire plutôt FFIX à la place !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*