18 novembre 2018

[Bla bla anime #17] Les anime et moi, quinze ans après

anime 2018

Cela fait un an que je n’ai pas publié d’article sur une série d’animation japonaise. J’allais dire que j’avais vu tellement peu de séries en 2016 et 2017 que je n’avais pas pu faire de top annuel, je viens de réaliser avec effroi qu’en fait, je n’ai pas fait de top annuel depuis celui de 2012 (un bon vieux coup de sénilité, je comprends même pas comment j’ai pu merder à ce point!) ! Même avant ça, les anime étaient devenus petit à petit beaucoup moins présents sur mon blog, comme je l’avais bien remarqué dans mon bla bla anime précédent qui date de 2015. D’ailleurs, tout ce que j’ai pu raconter à cette occasion se vérifie toujours aujourd’hui. Mais ces derniers temps, il y a pas mal d’événements qui m’ont fait réaliser plus que jamais que si je ne regarde pas plus d’anime, c’est uniquement par manque de temps et pas par manque d’intérêt. Et que même si c’est pour déplorer ça et ne faire qu’évoquer les séries que je voudrais voir et revoir, le principal c’est de continuer à en parler un peu ici.

On peut dire que ça fait quinze ans maintenant que je regarde des anime « contemporains ». Je ne sais même plus si j’ai eu l’occasion de le dire, j’ai commencé par Love Hina et Fruits Basket, que je lisais aussi en manga, j’ai découvert moi-même Fullmetal Alchemist alors que je ne savais pas encore vraiment ce que c’était le fansub et que j’utilisais encore Emule, et puis j’ai eu la chance de croiser la route de quelqu’un qui m’a fait découvrir Neon Genesis Evangelion, j’ai commencé la collection de DVD de séries comme Cowboy Bebop, Trigun et Noir qui n’étaient pas encore disponibles en coffrets. La naissance de ce blog fin 2006 a coïncidé avec le début de la période pendant laquelle j’ai regardé le plus d’anime. J’étais étudiante, j’avais le luxe de ne pas avoir besoin de travailler à côté pour financer mes études, je n’avais que ma petite personne à prendre en charge. Ah, ça me semble loin tout ça :D. Même pendant cette période, mon caractère très raisonnable a fait que je n’ai pas cédé à la tentation du binge watching (et ça a été pareil après pour les drama japonais). C’est peut-être en partie pour ça que je ne me suis jamais lassée des anime. Évidemment, il y a d’autres critères à prendre en compte, mais je ne regrette pas d’avoir toujours privilégié la qualité plutôt que la quantité.

J’avais donc à peine vingt ans quand j’ai commencé les anime, et aujourd’hui, avec quinze ans de plus et une situation personnelle (et géographique) super différente (et que je n’aurais sûrement pas imaginée à l’époque), je n’en suis pas sortie. Je crois qu’on peut dire que ce n’était pas une lubie :D. Et ce qui me frappe, alors qu’il y a des dizaines de séries que je n’ai pas vues et que leur nombre grandi de saison en saison, c’est l’importance que garde une poignée de séries, celles qui me donnaient un peu envie de dire il y a trois ans que c’était mieux avant. J’espère toujours que ça ne soit pas vraiment le cas, je n’ai pas de connaissances assez poussées sur le domaine dans son ensemble pour juger. Mais au bout du compte, je me dis qu’on s’en fout un peu, le principal c’est le résultat. Oui, je passe la moitié de mon temps à revoir et re-revoir certains anime alors que je pourrai en découvrir de nouveaux. Et oui, ces anime en question influencent beaucoup mes choix de séries inédites, ça j’ai pu le vérifier ces deux dernières années ! Mais c’est justement parce que j’ai ces fils conducteurs que je m’intéresse toujours à cet univers. Je me rends compte que dix ans après les avoir vues pour la première fois, elles me procurent toujours autant d’émotions et d’émerveillement. Je sais que je les reverrai encore, je saute de joie quand j’apprends qu’il y a une suite ou bien une autre série avec du staff et/ou un auteur original communs. Et ça, c’est tout simplement génial.

Entre 2014 et 2016, je me suis refait les 4 premières saisons de Natsume Yûjinchô pour me préparer à l’arrivée de la saison 5, qui a été assez rapidement suivie par une saison 6. Il faut que j’écrive sur ces deux saisons mais j’ai eu la mauvaise idée de ne pas prendre de notes alors ça complique les choses. Je peux toujours déjà redire à quel point j’apprécie qu’un manga ait une vraie adaptation qui continue au fur et à mesure, et pas seulement une mise en bouche pour faire vendre les volumes qui, aussi réussie qu’elle soit, est forcément toujours frustrante. Je ne veux pas me montrer trop impatiente mais j’ai hâte que la suite soit annoncée, je pense qu’il faudra attendre encore au moins 2 ans pour ça mais dans tous les cas, l’idée de suivre la série depuis tant d’années et de continuer à le faire dans le futur me plait énormément.

A la fin de l’hiver, j’ai achevé mon revisionnage des 3 saisons d’ARIA et j’aimerais vraiment écrire sur la série dans son ensemble mais je crois que les mots me manquent pour en dire plus que ce que j’ai déjà dit sur chacune des saisons. Le réconfort qu’apporte chaque épisode à Neo Venezia est incroyable et en fait j’ai déjà envie de recommencer la série. Et de remplacer mon coffret DVD Kaze tout moche de la saison 3 par le coffret BRD japonais mais c’est une autre histoire encore :). Je ne vous surprendrai pas en vous apprenant que la nouvelle de l’adaptation en anime d’Amanchu!, autre série d’Amano Kozue, m’avait ravie. J’ai regardé la première saison peu après sa diffusion en été 2016, mais mes souvenirs sont déjà trop lointains alors je la revisionnerai quand le moment sera venu de regarder la saison 2. Et vu que le manga original est toujours en cours j’espère bien sûr que ça ne s’arrêtera pas là !

Il y a deux ans déjà, la NHK a diffusé la première partie de l’adaptation de Sangatsu no Lion. En grande fan de Honey and Clover, j’avais repéré le manga qu’Umino Chica a créé ensuite et je projetais de le lire en VO depuis quelque temps vu qu’il n’était de toute façon pas dispo en français. Sans surprise ce n’est toujours pas fait, mais j’avais regardé les 7 premiers épisodes de l’anime un peu après leur diffusion. J’avais plusieurs séries en route à ce moment-là (oui je vous assure ça m’arrive !) alors j’ai préféré la mettre de côté pour mieux me concentrer dessus, mais bien sûr le temps a vite passé et là il faudrait que je reprenne au début. J’ai été ravie de voir que la deuxième saison a suivi très rapidement, et en fait je suis en quelque sorte contente de savoir que j’ai une série qui me plaira forcément sous le coude. Rien qu’à penser à l’opening et l’ending de Bump of Chicken ça me met des étoiles dans les yeux !

Puisqu’on parle de Honey and Clover ! L’année dernière, une certaine occasion a fait que je me suis enfin décidé à voir pour la troisième fois la série, et j’ai récemment fini la saison 2. C’était aussi l’occasion de la faire découvrir à l’homme, c’était un peu raté mais vu qu’il a aimé Samurai Champloo et Cowboy Bebop on pourra peut-être éviter le divorce :D. Cela fait très longtemps que je veux écrire un billet particulier autour de la série pour pouvoir le présenter aux Sama Awards, je ne suis pas sûre du tout que ça sera encore pour le printemps prochain mais j’aime voir sur le (très) long terme :D. En tout cas, j’ai revu aussi la version drama donc il ne me reste plus qu’à relire l’oeuvre originale.

Il y a quatre ans déjà, on a eu le droit à la suite de Mushishi, série pour laquelle je ne pourrai jamais faire assez d’éloge qu’il s’agisse de l’anime ou du manga.  J’aurais pu me jeter sur les épisodes dès leur diffusion, mais il n’en fut rien. En fait, j’ai commencé la série au début de l’année, j’ai fait une pause au milieu et là je regarde la deuxième partie au compte-goutte. Tout simplement parce que je sais que même comme ça, j’en viendrai à bout trop vite à mon goût !

Du côté des nouvelles quand même un peu plus récentes, la troisième saison de Chihayafuru a été annoncée il y a quelques mois. J’ai espéré cette suite très fort, et apparemment ça n’était pas du tout gagné d’avance. Au bout du compte toutes les séries dont je vous parle là sont basées sur des manga et ont pour point commun (enfin on croise les doigts pour celles toujours en cours) d’en être des adaptations intégrales. J’ai toujours été tellement frustrée par des adaptations partielles comme Bokura ga ita et Fruits basket que je trouve ça vraiment génial. Parce que si c’est super aussi d’avoir plein de séries animées qui sont des créations originales, le lien avec les manga reste très fort mais ce n’est pas une raison pour dévaloriser le support en n’en faisant qu’un appât pour la vente de manga.

Enfin, histoire de faire style je suis quand même un peu l’actualité, je dois dire deux mots sur Banana fish. Cette série est l’exemple parfait pour moi pour montrer que via le manga, les anime sont aussi liés aux drama. Beaucoup restent hermétiques à cet univers, pour ma part ça fait plus de dix ans que ça dure. Je connais en effet Banana fish de nom depuis un bail car j’ai vu le drama Yasha, adaptation d’un manga de la même auteure qui reste un peu un ovni par rapport à la majorité des productions « avec des vrais gens dedans » (ouais j’aime pas dire live en fait). Yasha n’était pas édité en France mais Banana fish l’était donc j’avais pour projet d’acheter le manga mais à cette époque déjà, même en occasion c’était mission impossible (dommage, je pourrais être riche en les ayant revendus on dirait :D). C’est vraiment chouette qu’un manga si « vieux » ait une adaptation, je n’ai pas d’infos détaillées sur le sujet mais il me semble cela sous-entend une démarche un peu différente que « ce manga récent en cours il faut le vendre, on va faire une saison d’anime avec ».

Il y a certainement plein d’excellents anime que je ne verrai jamais, tout comme il y a plein de super livres que je ne lirai jamais, et j’en passe. Et je serai toujours super contente de découvrir une série à ajouter à mes plus gros coups de coeur, ça vient d’ailleurs de m’arriver et j’ai vraiment hâte d’en parler (j’ai glissé un petit indice dans ce billet :D). Mais je suis déjà tellement heureuse de ce petit univers composé de quelques poignées de séries qui resteront encore avec moi de longue années avec de nouvelles saisons, de nouvelles séries adaptées des mêmes auteurs, des re-re-re-re-visionnages… Et même si chacun a sa façon de voir et d’apprécier les choses, alors que nous sommes maintenant à une époque où les plateformes de streaming permettent de se gaver (certes, ça reste plus vrai pour les films et séries occidentaux car l’offre n’est pas comparable), j’ai envie de dire qu’il faut savourer et prendre son temps plutôt que vouloir toujours plus de choses tout de suite.

Le but n’est pas du tout de cracher sur le mode de diffusion, au contraire, on pourra jamais se plaindre que les anime soient devenus plus accessibles légalement. J’aimerais d’ailleurs pouvoir en profiter plus moi-même ! Je l’avais déjà évoqué il y a trois ans, paradoxalement depuis que je suis au Japon les anime sont plutôt moins accessibles. Parce que même si je peux enregistrer ce qui passe à la TV et donc faire avance rapide pour les trente mille pubs qui coupent un épisode, certaines séries restent pour moi pas forcément évidentes à suivre en VO sans aucun sous-titre. Quand je regarde un épisode le soir pour me détendre, j’ai pas envie de me remettre un passage trois fois pour essayer de comprendre une phrase ou bien chercher un mot dans le dico quoi. Pour ça, la NHK c’est le pied parce que zéro pub et sous-titres en japonais. Le problème de la langue est bien sûr valable pour les plateformes de streaming locales, et à moins de me décider à prendre un VPN je n’ai bien sûr pas accès aux plateformes anglophones ou francophones. Et les DVD et BRD japonais, c’est toujours autant la ruine même d’occasion !

Ce qui reste le mieux, c’est donc les DVD/BRD européens ou américains, même si bien sûr, même chez l’oncle Sam, toutes les séries qui m’intéressent n’ont pas été licenciées. Mais le problème, c’est que les sorties de séries sur support physique se font de plus en plus rares. Et l’idée de n’avoir accès à une série que j’adore que de manière immatérielle à l’avenir ça me chiffonne. De la même manière que je continue à acheter les CD de mes artistes préférés même si tous leurs albums sont sur Spotify, c’est dans l’ordre des choses pour moi d’ajouter un coffret sur mon étagère anime. Bassement matérialiste peut-être, mais on ne se refait pas. Mais bientôt, il n’y aura plus que les éditions japonaises et le prix ne va certainement pas baisser.

En attendant, cela ne va pas m’empêcher de vous parler de mes dernières acquisitions et de mon programme anime pour les mois (enfin les années) à venir ! Et puisque la quasi totalité des séries que j’ai mentionnées ici sont des adaptations de manga, je ferais mieux de lire enfin les oeuvres originales car même si j’en ai l’ambition depuis parfois pas mal d’années ce n’est toujours pas fait pour trop d’entre elles. Et je ne peux pas me plaindre que les manga soient chers ici, c’est juste que j’aurais besoin d’une loupe :D. Et puis peut-être qu’enfin en 2018 je vais pouvoir pondre un top 10 pour ces 6 dernières années ? Je crois que ça va être un peu compliqué mais je vais essayer !

2 commentaires sur [Bla bla anime #17] Les anime et moi, quinze ans après

  1. Petite erreur dans ton avant-dernier paragraphe, tu veux dire sur support physique plutôt que sans non ? 😮

    J’ai regardé des anime essentiellement pendant mon adolescence et je n’en regrde que très peu maintenant. Ce n’est pas que je n’aime plus mais je lis moins de mangas et je regarde moins d’animes. Je passe plus de temps devant les séries TV. ^^
    Je suis super contente d’apprendre que Chihayafuru a le droit à une saison 3 !!! Je l’ai espéré fortement mais vu que les années passaient, je n’avais plus trop d’espoir. C’est super ! 😀
    C’est le dernier anime que j’ai vu, excepté peut-être la saison 1 de Free. Ca remonte donc à quasiment cinq ans que je n’ai pas vu d’anime. o.o
    Donc bref super contente pour Chihayafuru ! Il faut que je regarde les trois films aussi. J’ai lu le tome 25 hier, j’aime toujours autant. <3
    Sangatsu no Lion est disponible en manga en français maintenant, il faudra que je me l'achète à l'occasion car il me tente bien. 🙂

    • Ben ça valait le coup de se relire ! 😀 C’est corrigé, merci ^^
      Le parcours anime – drama japonais – drama coréens semble classique, beaucoup même laissent carrément tomber le Japon j’ai l’impression.
      Contente de t’apprendre la nouvelle pour Chihayafuru ! Je sais pas si j’ai envie de voir les films, je suis généralement déçue par les adaptations sous ce format et j’ai tellement de mal à me mettre devant un long métrage dans tous les cas ! Mais le casting a l’air sympa !
      Et oui il faut en profiter de l’édition française de Sangatsu no lion même s’ils ont massacré les couvertures -__-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*