24 avril 2018

[Drama] Egao no hosoku

egao no hosoku

Titre japonais : 笑顔の法則

Nombre d’épisodes : 12

Diffusé au : Printemps 2003

Chaîne de diffusion : TBS

Fiche : DramaWiki

 

J’avais repéré ce drama peu connu apparemment car je pensais que les deux acteurs principaux que j’apprécie particulièrement pouvaient former un duo intéressant : d’un côté, Abe Hiroshi, de l’autre, Takeuchi Yuko. Mais bon, vu que ça avait l’air de la romance classique, il ne faisait pas vraiment partie de mes priorités. Mais du coup, comme il fait partie de ces drama pas forcément évidents à télécharger sur D-addicts à cause du manque de sources, je me suis dépêchée de le prendre, et je me suis laissée tenter puisque je l’avais.

Yumi, une jeune femme qui vient de perdre son emploi, se retrouve par un concours de circonstances à être l’assistante (ou plutôt au début la gardienne) de Sakurai, mangaka en manque d’inspiration qui s’est fait expédier dans un ryokan à l’écart de Tôkyô par sa maison d’édition. Je pensais au début que la suite serait une simple romance entre ces deux personnages, mais en fait ce n’est pas vraiment ça. C’est plutôt d’autres romances qui sont mises en avant, et le drama a avant tout un côté tranche de vie, abordant des questions comme le travail, la vision de la femme, la famille.egao no hosoku

J’ai tout de suite accroché au personnage de Sakurai, joué pa rAbe Hiroshi. Son côté moqueur n’est pas sans rappeler son personnage de Kekkon dekinai otoko, même si bien sûr ce n’est pas dans les mêmes proportions. On prend vraiment plaisir à voir ce personnage changer au contact de Yumi et du personnel de l’auberge. Yumi est jouée par Takeuchi Yuko, et ce rôle est dans le même esprit que celui qu’elle avait dans Lunch no Joou, celui d’une jeune femme énergique au caractère bien trempé. Elle est vraiment douée pour ce genre de rôle, elle n’en fait jamais trop. Le personnage est d’autant plus sympathique qu’il n’est pas parfait : elle a par exemple un côté très maladroit ^^.egao no hosoku

Nogiwa Yoko campe à merveille le personnage de Yuzuhara Misako, patronne de l’auberge qui a un côté maternel envers ses employés et ses hôtes. Son côté strict n’est pas poussé à l’extrême, sa relation avec Yumi est intéressante et illustre très bien le contraste entre la femme japonaise d’un certain âge aux valeurs plus « traditionnelles » et la femme japonaise plus jeune et plus « moderne », les deux ayant une idée différente de la féminité et des valeurs différentes.

Koichi,  frère aîné de Yuko et chef cuisinier de l’auberge, est interprété par Jinnai Takanori (le père dans Ichi Littoru no namida). C’est l’incarnation assez classique d’un grand frère vieux jeu qui surprotège sa soeur et n’est pas fichu de conclure avec celle qu’il aime depuis des années. Il a des mimiques un peu forcées et élève facilement la voix, mais ça reste raisonnable. Et puis, les films qu’il se fait sous forme de dialogues avec lui-même, c’est quand même assez marrant.egao no hosoku

Le personnel de l’auberge compte également l’intendant Koizumi, joué par Takahashi Katsumi (le père de Saku dans Sekai no chûshin de ai wo sakebu). C’est un personnage un peu décalé, plutôt sympa même si on ne le voit pas tant que ça. Parmi les serveuses, on retrouve Shibata Rie, la mère de Takako dans Yamada Tarô monogatari. On n’oublie ni sa voix ni sa tête, et si son personnage fait un peu dans le surjeu classique, ça passe bien aussi. Le fils de Misako, Kzsuya,  est joué par Nishijima Hidetoshi, aperçu dans Unfair. La relation mère/fils conflictuelle m’a beaucoup rappelée celle mise en scène dans Hanayome wa yakudoshi. Enfin, le collègue de Kazuya est joué par Brother Tom, dont le personnage est aussi excentrique que celui qu’il joue dans Ame to yume no ato ni.

Pour terminer ce tour d’horizon des personnages, on pourra citer l’éditeur de Sakurai (et donc le supérieur direct de Yumi), grande gueule devant ses employées mais un peu moins devant ses supérieurs, et son pot de colle de peste de collaboratrice (Takizawa Saori) qui bien sûr ne peut pas blairer Yumi et la rabaisse car elle n’est qu’une employée en CDD. Le genre de personnage a été vu maintes fois, mais la question qui est soulevée, celle des employé à durée déterminée ou des intérimaires en opposition aux « vrais » salariés, est intéressante. Elle entre également en compte dans les relations entre Yumi et son frère, qui s’inquiète de son avenir.egao no hosoku

Au début, je pensais que 12 épisodes, ce serait un peu long. Mais en fait, les épisodes ont tendance à faire quelques minutes de moins que d’habitude, et pour les premiers on a à chaque fois au début une reprise de l’épisode précédent qui dure cinq petites minutes. Du coup, je regardais souvent les épisodes deux par deux, parce que ça passe vraiment tout seul.  Je dirais même, la fin est trop courte, même si elle a le mérite d’être ouverte, on voudrait vraiment savoir ce qu’il peut bien se passer après !

Tout comme ces personnages qui se retrouvent dans cette situation particulière qui n’est supposée durer que quelques semaines, on a l’impression que le temps s’arrête un peu, l’ambiance d’un auberge loin de l’animation de la ville aidant. C’est aussi pour cette ambiance que la série m’a rappelé Hanayome wa yakudoshi. J’ai aussi pensé à Haikei Chichiue Sama. Même si là il s’agit d’un ryokan avec un onsen et pas d’un restaurant avec des geishas, on retrouve la figure de la patronne et les serveuses. Et puis pour peu qu’on apprécie les mangas, c’est vraiment intéressant de suivre un mangaka, d’entendre parler de délais de parution et tout ça. Les musiques sont discrètes mais très sympas, elles renforcent le côté nostalgique et un peu hors du temps que peu avoir le drama. Et la chanson du générique de fin, de Shibasaki Kou, est une nouvelle fois vraiment sympa.egao no hosoku

Egao no hosoku a donc été une très bonne surprise pour moi. S’il n’y a pas de gros suspense et de grandes révélations, tous les petits événements qui se succèdent et forment le quotidien des différents personnages s’enchaînent très bien et font très souvent sourire. Tout en restant léger, le drama aborde un certain nombre de questions sérieuses, et j’ai beaucoup aimé cette dimension. Je le conseille vraiment, en particulier si l’on apprécie les acteurs et que l’on veut s’éloigner un peu de la ville et des cours d’école ^^.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*