25 juin 2018

[Drama] Mother

mother drama

Titre japonais :   Mother
Nombre d’épisodes : 11
Diffusé au : Printemps 2010
Chaîne de diffusion : NTV
Fiche : DramaWiki

J’avais repéré ce drama lors de sa diffusion au printemps 2010, et le billet de Lynda publié quelques mois après avait confirmé qu’il fallait décidément le voir. J’ai pourtant mis pas mal de temps à le mettre à mon programme officiel. Parce que le choix est toujours difficile, et parce que si je suis bien d’accord pour dire qu’il ne faut pas fuir les drama tristes, évidemment je ne me jette pas sur toutes les productions suceptibles de me faire venir à bout de ma réserve de mouchoirs. Et puis ma fâcheuse tendance à me concentrer sur les séries où les rôles principaux sont tenus par des acteurs ou actrices que je connais a certainement aussi joué.

https://www.youtube.com/watch?v=2JYUvgy6TKcSuzuhara Nao, institutrice dans une école primaire de Muroran sur l’Île de Hokkaidô, découvre qu’une de ses jeunes élèves, Michiki Rena,  est maltraitée par sa mère et le petit ami de celle-ci. Plusieurs personnes semblent être au courant, mais aucune n’ose s’impliquer et prévenir les autorités compétences, prétextantque les sévices, autant psychologiques que physiques, sont durs à prouver et que cela ne ménera à rien. Contre toute attente, Nao va prendre une décision irrévocable pour venir en aide à la petite fille qui l’appelle au secours.

Rarement un drama aura aussi bien porté son nom : Mother est un véritable hymne au lien maternel, et plus particulièrement au lien mère-fille. La grande majorité des personnages sont des femmes ou des filles, et chacune d’entre elles est à sa façon une mère ou une future mère. A travers des sujets difficiles comme la maltraitance ou l’abandon, le drama explore la nature de ce lien unique. Peut-on devenir la mère d’un enfant à qui l’on a pas donné naissance ? Est-on toujours une mère si on n’est pas capable de protéger son enfant ? Peut-on redevenir mère après avoir abandonné son enfant ? Toutes ces questions sont abordées avec une grande justesse et sans aucun jugement trop hâtif.mother drama

Matsuyuki Yasuko, que je ne connaissais pas du tout, incarne avec brio le personnage de Nao. La jeune femme, qui parle toujours d’une voix assez basse et sur un ton assez monocorde sans pour autant être inexpressive, est d’autant plus touchante les quelques fois où elle élève la voix. J’ai trouvé que c’était particulièrement judicieux que Nao soit quelqu’un qui à la base n’apprécie pas particulièrement les enfants : elle exerce le métier d’institutrice par défaut, sa vrai passion étant la recherche sur les oiseaux migrateurs. Si l’on a du mal à comprendre au début pourquoi Nao garde ses distances avec tout le monde, y compris sa propre famille, on ne peut que sympathiser avec elle quand on découvre son passé.https://www.youtube.com/watch?v=2JYUvgy6TKc

Du haut de ses six ans, la petite Ashida Mana est absolument formidable dans le rôle de Rena. On sent vraiment qu’elle a bien cerné son personnage et qu’elle est tout à fait consciente de la caméra. Rena est une petite fille qui fait plus jeune que son âge mais que la dure réalité a fait mûrir plus vite. Elle comprend beaucoup, beaucoup de choses et prend énormément sur elle. Pour fuir les mauvais traitements et les négligences dont elle est victime au quotidien, elle reste à errer dans les rues après l’école. Elle note dans un carnet toutes les choses qu’elle aime, pour tenter d’oublier celles qu’elle déteste. La relation qu’elle va nouer avec Nao est poignante, et la petite Rena est certainement l’un des jeunes personnages les plus marquants que j’ai vus dans un drama.mother drama

Le troisième personnage féminin le plus important est sans aucun doute Mochizuki Hana. Il m’est impossible d’en dire beaucoup sur cette dame qui tient un petit salon de coiffure de quartier, mais le personnage est tout simplement bouleversant et Tanaka Yûko l’interprète avec une grande justesse. D’une grande gentillesse, triste et un peu étourdie, Hana a fait preuve par le passé et fera à nouveau preuve de force, de détermination et d’abnégation. Comme pour Nao, comme pour Rena, on ne nous demande pas de la plaindre et il n’est pas une seconde question de grandes lamentations sur son sort. Mais le personnage est tellement vrai qu’on ne peut que s’y attacher.mother drama

Il est également difficile d’en dire long sur la mère de Nao, Suzuhara Tôko. Elle doit faire elle aussi preuve d’une grande force pour maintenir la cohésion de sa famille, et comme elle semble être séparée de son mari depuis longtemps, on devine qu’elle a élevé seule ses trois filles tout en travaillant. Elle doit faire face à des choix difficiles, et si elle se montre dure envers certaines personnes, on comprend tout à fait pourquoi. Appréciation tout à fait subjective, je n’aime pas trop la voix de Takahata Atsuko, mais sa prestation est tout à fait à la hauteur.mother drama

mother drama

J’ai encore une fois beaucoup apprécié Sakai Wakana qui joue Mei, la première des deux jeunes soeurs de Nao. J’ai d’abord pensé qu’elle n’était qu’une peste égoïste, mais lorsque la jeune femme se retrouve devant un choix que personne ne souhaiterait avoir à faire, je ne me suis pas dit une seconde que c’était bien fait pour elle. Encore pleine de doutes, Mei trouvera progressivement la force de suivre le chemin qu’elle a choisi. La benjamine de la famille, Kaho, est un peu plus en retrait, mais Kurashina Kana a là un personnage bien plus sympathique que dans Watashi ga renai dekinai riyuu.mother drama

C’est Ono Machiko qui tient le rôle de Michiki Hitomi, la mère de Rena. On est évidemment révolté par cette mère qui se fait complètement complice des mauvais traitements que son petit ami inflige à sa fille. Pourquoi ne quitte-t-elle pas cet enfoiré qui vit chez elle en véritable parasite ? J’ai trouvé particulièrement judicieux que l’on s’arrête le temps d’un épisode sur le passé de la jeune femme pour nous montrer comment elle en est arrivée là. On ne l’excuse pas, on ne la plaint pas pour autant, mais cela la rend quand même plus humaine.mother drama

Je n’avais déjà pas eu beaucoup de sympathie pour Ayano Go dans Second virgin, et ce n’est certainement pas le rôle qu’il tient dans Mother qui a arrangé les choses : il est très difficile de séparer l’acteur du personnage quand on a affaire à un être aussi abject que Masato. Il n’élève jamais la voix. On ne le voit pas frapper Rena. Mais pourtant, il est franchement flippant.mother drama

mother drama

L’autre personnage masculin du drama ne s’annonce au départ pas forcément sympathique lui non plus : Fujiyoshi est un journaliste, et on croit d’abord qu’il ne va être là que pour jouer les fouille-merde et mettre des bâtons dans les roues à Nao. Mais son personnage s’avère être bien plus que ça. Encore une fois, Yamamoto Kôji tient parfaitement son rôle. Enfin, je noterai la présence d’Ichikawa Miwako dans le rôle de Yuzukawa Tamami, un personnage de l’entourage de Hana. Je n’aime pas trop l’actrice d’habitude, mais là, j’ai eu beaucoup de sympathie pour son personnage, bien qu’il soit en retrait.

La réalisation du drama est particulièrement soignée : il y a de magnifiques images de Hokkaidô vers le début, et par la suite même si la majorité de l’histoire de déroule à Tôkyô, qui est le cadre de la grande  majorité des drama, les images ont un petit quelque chose de plus que ce que l’on peut voir la plupart du temps.mother drama

L’ambiance très réussie de Mother passe aussi par son OST dans l’ensemble de grande qualité, à l’image du morceau au piano qui revient le plus souvent. Il y a peut-être une ou deux pistes qui font un poil trop dramatiques et où le synthé façon violons est un peu too much, mais ce n’est vraiment pas méchant. La chanson du générique de fin est classique dans son genre mais ça ne l’empêche pas d’être très jolie.

Mother est vraiment un drama magnifique, la dureté de son histoire étant compensée par l’authenticité de ses personnages et des relations qui existent entre eux. Bien loin du cliché de la mère japonaise possessive, ce très beau drame humain nous montre à travers différentes femmes les difficultés d’être mère, sans jamais se montrer pessimiste même dans les situations les plus dramatiques. Une série très bien construite, très prenante et bouleversante qui doit figurer en bonne place sur votre liste de visionnages !mother drama

1 commentaire sur [Drama] Mother

  1. Commentaires laissés sur l’ancienne version du blog

    Je fais partie de ceux qui hésitent un peu à se lancer… j’ai tendance à ne pas mettre ce genre de drama en priorité sur mes listes, mais… le casting est très intéressant et Lynda avait déjà éveillé ma curiosité lorsqu’elle en a parlé. Aujourd’hui, tu viens confirmer qu’il faut le voir, alors il va bien falloir que je m’y mette un jour!

    Écrit par : Dramafana | 21.03.2012

    Bien que le genre soit encore différent, les réticences sont un peu les mêmes que pour les drama maladie, que l’on évoquait récemment avec Kaze no Garden. J’espère que tu seras touchée autant que moi par la beauté de l’histoire :)).

    Écrit par : Katzina | 30.03.2012

    Ton billet donne vraiment envie. Cela fait un petit moment que je compte le visionner mais comme souvent, je vais un petit peu à reculons avec ce genre de sujet. Pourtant, j’ai vraiment très hâte de voir Ashida Mana dans ce rôle, elle que j’adore depuis le pétillant Marumo no Okite. Cette petite est incroyable.

    Écrit par : Kerydwen | 21.03.2012

    J’avais déjà bien envie de voir Marumo no Okite depuis ton billet sur le sujet et mon intérêt a grandi quand j’ai réalisé que c’était la même petite actrice qui jouait dedans ! Il y a beaucoup d’enfants qui sont très bons dans des rôles importants, mais c’est clair qu’elle est encore un cran au-dessus ^^.

    Écrit par : Katzina | 30.03.2012

    Je comprends les réticences rapport au sujet abordé, je me rappelle encore combien j’étais sous le choc après le premier épisode. Je suis contente de voir qu’il t’a plu.

    Écrit par : Lynda | 01.04.2012

    Merci encore pour la découverte ! Je pense que sans ton billet j’aurais pu mettre encore beaucoup de temps avant de me lancer ^^.

    Écrit par : Katzina | 12.04.2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*