[Cher journal #43] Mon mois d’octobre 2020

Même si l’impression de saison des pluies a disparu, le temps était quand même un peu instable en octobre et un peu plus frais que les autres années il m’a semblé (ce qui n’est pas du tout dérangeant en soi !). Les premières semaines, la météo prévoyait tout le temps de la pluie le weekend, du coup on a pas programmé de déjeuner chez les beaux-parents vu qu’on y va toujours en vélo maintenant. Et du coup, le temps changeait le dimanche et il ne pleuvait pas… On a eu quelques belles journées typiques de l’automne dans la deuxième partie du mois, et aussi le vent qui a fait son apparition deux ou trois jours la dernière semaine. J’ai sorti ma bouillotte vu que j’ai bien sûr déjà froid aux pieds le soir, mais sinon on est encore bien dans la saison où la maison est agréable sans clim ni chauffage nuit et jour.

Le premier jour du mois, c’était la pleine lune d’automne. On n’a pas préparé de mochi, mais Messire a ramené des susuki du yochien. Et puis vu que la lune était encore trop basse pour la voir par les fenêtres de la maison, avant l’heure du dodo on est allé faire un tour dans le quartier en pyjama tous les deux pour avoir une vue plus dégagée entre les bâtiments :D.

Le premier weekend d’octobre, on est retourné à Ikebukuro pour chercher mes nouvelles lunettes. Passée la phase d’adaptation même si la correction n’a pas vraiment changé, je suis bien contente (heureusement vu le prix !). Pour la première fois depuis février on est allé manger dans notre restaurant de buffet à volonté préféré. On y est allé à l’ouverture, on est entré en premier, il fallait bien sûr se désinfecter les mains et pour se servir mettre des gants (et remettre son masque évidemment). On s’est bien fait pété la panse comme d’hab et on avait fini quand il commençait à y avoir du monde :).

osmanthus
Les osmanthus n’ont pas résisté longtemps au temps pluvieux !

Le dimanche suivant, on est allé à Kichijoji en vélo le matin faire quelques courses. Genre, de nouvelles bouteilles Sodastream, l’achat que je préférais faire en magasin et pas en ligne pour pouvoir vérifier la date de péremption. L’après-midi, les hommes sont allés au parc et au sento et moi j’ai profité sur mon canapé du Fullmoon live special de moumoon en ligne. Évidemment ça ne remplace pas un vrai concert mais je suis contente qu’ils aient fait ça.

Le troisième weekend, on est allé faire un tour dans le quartier où il y a la certainement future école de Messire. C’est à un peu plus de 7 km donc tous les jours en vélo c’est un peu long, si on se décide vraiment pour cet endroit je pense que ça vaudra le coup que l’autochtone achète une voiture pour faire le chauffeur car niveau transports en commun le rapport temps/distance est vraiment mauvais.

Le dernier weekend complet du mois à été le plus beau. Le samedi, on est retourné à un super restaurant découvert à Hibarigaoka : un soba café qui sert des nouilles mais aussi des galettes de sarrasin super bonnes. On s’est gâté au goûter aussi en testant une nouvelle pâtisserie très convaincante. Le lendemain, nouvelle expédition à Kichijoji et pour la première fois depuis longtemps on est retourné dans le parc Inokashira même s’il y avait du monde pour que je puisse passer du temps avec une amie pour la première fois depuis longtemps car ça restait une meilleure solution que de passer plusieurs heures dans un café bondé. On a même fait du pédalo sur l’étang :D.

inokashira

La dernière semaine d’octobre, j’étais malade (cadeau de Messire bien sûr). Le rhume classique, même pas vraiment de fièvre mais comme à chaque fois ces dernières années, des courbatures, mal aux dents et plus du tout d’énergie même si je dormais bien. Donc j’ai passé une journée à faire service minimum et pour la première fois depuis longtemps j’ai enchaîné quelques épisodes d’asadora affalée sur le canapé (comment ça ce n’est pas ce que font tous les jours les mères au foyer ?XD).

Au mois d’octobre, il s’est passé pas mal de choses dans la maison : au début du mois, on a reçu une petite commande Ikea avec des tiroirs pour la cuisine. Au moment de l’installation, je n’avais pas pensé aux petits tiroirs à mettre à l’intérieur des grands et quand j’ai regardé de nouveau les cuisines au moment où on pensait faire construire une nouvelle maison, je me suis dit que c’était quand même bien. Pas forcément pour ranger plus de choses, mais au moins pour ranger mieux. Hé ben ça a pas l’air comme ça mais c’était la misère pour les monter ! Les trois morceaux de l’arrière et des côtés sont supposés s’assembler par magie en faisant click. Click mon cul ouais ! En plus, le système de fixation de la façade est très con et sur le premier tiroir qu’on a monté il devait y avoir des pièces plus ou moins défectueuses car elles ont pété. On a donc dû attendre quelques jours pour en recevoir de rechange. Il y avait quatre tiroirs en tout, donc à la fin on maitrisait mais entre le montage en lui-même plus la fixation sur les caissons c’était très laborieux. Et pas merci les vis sans trou où on doit percer le contreplaqué soi-même au tournevis !

Du coup, je n’ai pas revu tout de suite le rangement dans les tiroirs car il y a avait encore d’autres trucs qui allaient changer dans la cuisine. Déjà, j’ai reçu un nouveau lot d’étagères pour les épices et cette fois j’ai vraiment assez de place pour tout mettre ! Donc c’est chouette esthétiquement et j’ai pu revoir le rangement autour du gaz et sur les plans de travail pour libérer un peu de place.

Et puis le dernier jour du mois, il y a eu des travaux plus importants que cette fois nous n’avons pas faits nous-mêmes : l’aménagement des placards de la cuisine et du bureaux. Quand on a acheté la maison il y a un peu plus de cinq ans, il n’y avait rien du tout d’installé pour ranger dans ces deux placards. Après un essai lamentable pour fixer des rails en métal pour pouvoir mettre des étagères à hauteur réglable, on a laissé tombé et on a monté les planches de bois sur des montants en bois pour faire des étagères qui tiennent debout toutes seules (je sais pas trop comment dire autrement ^^) et on les a mises dans les placards. Évidemment, avec les montants et le fait qu’il fallait de la marge pour pouvoir les faire entrer, on perdait de la place sur les côtés mais ça faisait le job. Avec mon père, j’ai pas été habituée à faire appel à des pros pour ce genre d’installations, c’est pour ça que j’avais essayé de gérer moi-même même si ça avait été la merde, en raison de mauvaises recommandations au magasin de bricolage et des hormones de grossesse qui aidaient pas à la patience. Mieux vaut tard que jamais, puisqu’on reste à la maison j’ai eu envie d’avoir un aménagement top, surtout pour le placard de la cuisine vu que c’est le garde-manger et que j’y tiens à mon stock de produits non périssables, pour pas mal de raisons. L’homme a trouvé une petite entreprise locale dirigée par une coordinatrice d’intérieur qui fait toutes sortes de travaux (ils appellent ça “reform” en japonais). En une grosse demie-journée, c’était torché ! Messire est devenu super pote avec l’artisan et l’a suivi jusque dans le jardin quand il allait découper les planches :D.

Ce mois-ci encore ça manque de photos intéressantes alors voici les deux grands chatons pour décorer un peu 🙂

Puisqu’on parle du jardin, ça a raccourci sévère au mois d’octobre ! Cela faisait quelque temps que je me disais qu’il faudrait faire tailler les thuyas et l’arbre (une espèce de frêne à fleurs il me semble) et vu les résultats qu’on a eu en s’occupant nous-mêmes des buissons d’abelia je pensais pas que c’était une bonne idée de s’attaquer à plus grand. L’association municipale des petits vieux de notre ville propose un service d’entretien des jardins donc on a fait appel à eux. Donc non seulement tout a été bien taillé, mais en plus toutes les feuilles séchées ont été enlevées ainsi que les mauvaises herbes. Tellement qu’en fait vu que la pelouse est bien morte, on voit plus que de la terre :D. Et puis ils emmènent toutes les branches coupées et herbes arrachées, et c’est génial car si on doit s’en débarrasser nous-mêmes au ramassage des ordures une telle quantité c’est compliqué (il faut mettre dans des sacs, quantité limitée par foyer à chaque passage). Donc c’était vraiment le bon plan et je pense que si on est toujours là dans quelques années et que les thuyas et l’arbre deviennent de nouveaux un peu trop volumineux on refera pareil ! Un jardin même si petit c’est du boulot pour l’entretien mais c’est tellement agréable de pouvoir sentir la terre et la verdure (le super grand jardin des voisins aide pas mal pour ça aussi XD). Du coup, même si les moustiques font encore des leurs, comme la chaleur est définitivement partie on a profité de quelques goûters dehors dès que le temps le permettait.

En octobre, j’ai aussi fait quelques achats d’occasion sur Mercari, petits ou un peu plus grands. Messire a eu une nouvelle paire de Crocs fourrées pour l’hiver, on a remplacé la télécommande de la télé qui avait de grosses faiblesses, et j’ai aussi pris une nouvelle coque en silicone Rilakkuma pour mon iPhone. J’ai décidé de tout faire pour pouvoir le garder encore quelques années car apparemment le changement de batterie n’est pas si onéreux. Les coques que j’avais étant soit toutes jaunies soit cassées, il méritait bien ça !

Le plus gros achat, c’était un extracteur de jus. Ca me tentait depuis quelque temps mais j’ai déjà pas mal d’appareils dans la cuisine et je sais bien que ça servirait pas non plus tous les jours. Je me suis décidée quand j’ai vu qu’on pouvait faire du lait végétal ou même du tofu, et qu’il y avait plein de façons d’utiliser la pulpe de fruits et de légumes. J’ai trouvé un modèle récent Hurom très peu utilisé deux fois moins cher que le neuf donc je me suis décidée. Sans surprise, Messire kiffe de mettre les morceaux de fruits et légumes dans la machine. On a fait un jus carotte pomme gingembre et un autre pomme kaki, c’était super bon. J’ai essayé un lait d’avoine, le résultat est mieux qu’au blender mais bien sûr ça prend plus de temps de nettoyer tous les accessoires. On a plus ou moins arrêté d’acheter du jus de fruits en bouteille/carton, même avec du 100% fruits le rapport qualité/prix est vraiment pas bon au Japon à moins de prendre des produits frais importés qui coûtent un bras. J’ai beaucoup de mal à me séparer de l’habitude du verre de jus au petit déjeuner au quotidien mais avec l’extracteur ça motive à se faire un bon jus maison le weekend !

Bonne transition pour parler des activités en cuisine ! Côté cuisine japonaise, pas de grandes nouveautés mais il faut signaler quand même qu’on n’a pas attendu novembre pour ouvrir la saison des nabe :). A part ça, on a bien profité des légumes et fruits de l’automne. Pour notre deuxième livraison de pommes, c’était une variété de pommes jaunes que je ne connaissais pas encore (les toki) et elles sont aussi bonnes crues qu’en compote. J’ai profité des poires, surtout quand elles étaient en promo car trop mûres. pour les compotes aussi. On ne boude jamais les kakis, mais là je crois que cette année on en mange encore plus que d’habitude.

J’ai découvert une super variété de patate douce (marron gold) qui est plus proche de celles à peau marron et chair orange que l’on trouve en Amérique ou en Europe et elles sont super bonnes en frites au four. On profite aussi bien des betteraves, et j’ai acheté plusieurs fois de la butternut d’un producteur de la région à mon supermarché. On a pu aussi manger plein de roquette (ma feuille à salade préférée) car ils en ont au supermarché d’Ôizumi à bon prix par rapport à ce que je peux voir ailleurs d’habitude. Qui dit températures plus fraiches, dit retour en force de la soupe ! J’alterne entre les potages uniquement de légumes et les soupes plus riches avec des légumineuses qui donneront la majeure partie des protéines du repas.

J’ai aussi commencé à prendre l’habitude d’aller plus souvent aux casiers de vente du maraîcher le plus proche de chez nous, celui qui a aussi les vergers de myrtilles où on va l’été. Dans ce but, j’essaie de garder les pièces de 100 yens dès que j’en reçois car c’est les seules acceptées pour le système de casier et c’est trop bête de se faire avoir si on a juste des pièces d’autres valeurs mais pas 100 yens. Ca change tous les jours, on peut jamais exactement savoir ce qu’il y aura et il vaut mieux y aller le matin car c’est pas restocké mais c’est vraiment chouette d’avoir du super local (même si bien sûr c’est de l’agriculture conventionnelle). J’ai pris un daikon avec ses feuilles entières, des épinards, des bok choy, des radis deux fois moins cher qu’à mon primeur et aussi avec leurs feuilles entières (aussi efficace que les fanes de carotte en pesto !), et à ma grande joie ils ont aussi des feuilles de wasabi (ce que mon primeur n’a plus jamais depuis l’année dernière). Je vais sûrement tenter bientôt les choux ou les brocolis bientôt !

On a reçu un colis-trésor de France au début du mois, et bien sûr il y avait des fromages ! Avec Messire on a fait des scones en forme de coeur, avec du Neufchâtel et de la compote de pommes c’était trop bon ! Ou alors du bleu, de la poire et des noix. Pour le goûter, j’ai fait deux fois du pain d’épice au sirop d’érable, super aussi avec la compote de poires !

Le mois d’octobre s’est bien mieux passé niveau santé pour Messire par rapport à septembre, son petit rhume à la fin du mois l’a beaucoup moins gêné bien sûr. Il est toujours super motivé pour préparer à manger avec moi, il es très satisfait de manger les légumes qu’il a découpés après. Ca me parait plus important de faire des trucs comme ça ensemble plutôt que de l’emmener au parc après le yochien pour qu’il joue encore avec ses copains alors qu’il vient de jouer cinq heures avec eux. Et je comprends toujours pas les mères qui font ça tous les jours, surtout quand elles ont aussi des gamins plus petits à gérer. C’est juste le début pour les gamins d’une vie où ils doivent tout le temps avoir quelque chose à faire pour s’occuper quoi. Et une raison de plus pour qu’ils se couchent trop tard et/ou fassent pas assez la sieste, histoire d’être déjà habitué à être tout le temps crevés…

En octobre, on n’a pas regardé de film, mais un super drama spécial, l’épisode SP de Suteki na sen TAXI. J’étais super contente de retrouver l’univers de la série, et le format plus long est super bien exploité. On a continué l’asadora Yell (il reste donc encore un mois), on arrive bientôt à bout de la saison 7 de Kodoku no gurume et on a aussi regardé l’épisode de Kodomo no gurume diffusé sur TV Tokyo, adaptation d’un manga du même scénariste. J’aime le concept mais sur la forme y’a pas mal de trucs qui me gênent donc même s’ils font toute une saison je sais pas si je regarderai. On a continué le taiga Atsuhime, et j’ai réussi à convaincre l’autochtone de commencer quand même Ryômaden donc du coup c’est double dose de bakumatsu sur nos écrans. Enfin, Fullmetal Alchemist avance toujours bien, ça se pourrait qu’on le termine le mois prochain.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*