[Drama] Gakeppuchi no Eri ⋆ Souvenirs à venir - Le blog Japon de Katzina
15 août 2018

[Drama] Gakeppuchi no Eri

Titre japonais :  崖っぷちのエリー
Nombre d’épisodes : 9
Diffusé en : Eté 2010
Chaîne de diffusion : TV Asahi
Fiche : DramaWiki

Comme je l’avais déjà raconté dans mon top 10 de drama qu’on m’a donné envie de voir, j’avais déjà repéré cette série au moment de sa diffusion en été 2010, et le billet de Lynda quelque temps après m’avait encore plus donné envie de la voir. J’ai fini par me lancer… quand déjà ? Je ne sais plus trop. Je dirais vers septembre 2012. Je ne m’en souviens pas trop, d’une part à cause du gros retard pris dans la rédaction de mes billets depuis octobre, et d’autre part car je n’ai pas du tout accroché à la série et j’ai peiné pour la terminer. Voilà, ça c’est dit, Gakeppuchi no Eri était une déception et je vais essayer de vous dire un peu pourquoi, en toute subjectivité bien sûr.

La jeune Aihara Eriko, issue d’une famille très modeste et en plus endettée, a toujours été douée pour le dessin et son père était fier d’elle pour ça. C’est avec grand enthousiasme qu’elle entre donc dans une université d’art de la capitale, ses études étant financées par les petites économies durement faites par sa mère en secret. Face à un enseignement très académique et des camarades issues d’un milieu aisé qui n’ont aucun mal, elles, à se payer le coûteux matériel de peinture et de dessin nécessaire, Eriko va vite déchanter. Mais même dans un monde où rien ne semble être possible sans argent, elle est bien décidée à ne pas se laisser faire et compte bien arriver à vivre de ses dessins.gakeppuchi no eri

Notre jeune héroïne est incarnée par Yamada Yû, et je ne peux pas prétendre que l’actrice ne soit pas convaincante. C’est juste que je n’ai eu absolument aucune sympathie pour son personnage. Le coup de la fille de campagne trop naîve qui débarque en ville, on connait. Mais il y a une différence entre être naïve et complètement gourde. En plus, Eriko n’évolue pas franchement. Elle n’a vraiment pas grand chose d’intéressant donc je n’ai pas vraiment eu envie de savoir ce qui allait lui arriver. Surtout que comme je vais le dire bientôt, ce qui lui arrive n’est généralement pas du tout intéressant non plus.gakeppuchi no eri

Kamoda est un photographe qui vit dans la même modeste résidence qu’Eri. Il y a plusieurs années, un de ses clichés a remporté un prestigieux prix. On se demande donc pourquoi au lieu de poursuivre une brillante carrière, il se retrouve à travailler pour l’hebdomadaire de bas étage dont Eri va très rapidement se mettre à fréquenter le bureau. Je ne saurais pas dire exactement pourquoi, mais Tsukaji Muga est adorable dans ce rôle. Son personnage est bien plus attachant que l’héroïne du drama.gakeppuchi no eri

L’autre personnage masculin clé de Gakepucchi no Eri est lui aussi fort sympathique. Il s’agit de Hirabayashi, jeune recrue du magazine Shûkan Hihou. Koizumi Kotarô est encore une fois très agréable dans ce rôle de jeune homme très gentil et posé, à la fois naïf et un peu décalé. Hirabayashi est apparemment issu d’une riche famille, mais a décidé de ne pas suivre la voie tracée par son père et de faire ce qui lui plaisait. Pas mal comme rôle pour un fils d’ancien premier minsitre qui a choisi d’être acteur ^^.

La maman d’Eri, reine de la permanente,  est jouée par Watanabe Eri.  On comprend vite en la voyant d’où la jeune femme tient sa naïveté ! La mère et la fille sont presque attachantes quand elles sont toutes les deux. Mais au final, la présence de maman Aihara ne sert pas à grand chose. Son mari, que l’on voit peu étant donné certaines circonstances, est incarné par monsieur Gros Yeux, Jinnai Takanori.gakeppuchi no eri

Osugi Ren est le rédacteur en chef de l’hebdomadaire autour duquel gravite tout notre petit monde. Assez sec au premier abord, il n’hésite pas à prendre des risques et apprécie vraiment son travail. Je garde le personnage le plus lourdingue et inutile pour la fin : Himuro, un oncle d’Eri si je me souviens bien. Il a toujours des idées génialement foireuses pour gagner de l’argent, et gourde comme elle est Eri se fait toujours avoir. J’aime bien Tanaka Yoji, mais là son personnage est tellement prévisible et pénible qu’il aurait mieux valu pour le drama qu’il ne soit pas là.gakeppuchi no erigakeppuchi no eri

 Si je n’ai pas réussi à apprécier le drama, c’est parce qu’il présente une vision vue et revue de l’argent que je n’appréciais déjà pas forcément au départ et qui finit par me ressortir complètement par les yeux. En gros, c’est « nous les pauvres, on a un coeur, et on est bien plus heureux sans argent, et les riches ils sont tous méchants ». Avec, s’il vous plaît, le bon vieux schéma qui veut qu’à chaque épisode, Eri nous fasse un beau discours illustrant cette théorie. Mais ça ne prend pas. Car c’est prévisible, répétitif, et pas drôle.

Je veux bien qu’on rigole avec l’argent, mais à ce moment-là autant faire quelque chose de vraiment acide. Qu’on se moque vraiment des riches, au lieu de se contenter de petits discours. Ou alors qu’on fasse un truc bien noir et cynique à la Zeni geba, carrément. Si dans Gakepucchi no Eri notre héroïne pauvre n’a aucune crédibilité, c’est parce que les personnages riches auxquels elle a affaire ne sont pas non plus crédibles. Ils sont juste là pour être méchants, ils n’ont absolument aucun background. Ils font chier l’héroïne juste parce qu’ils sont méchants donc riches, ou riches donc méchants, on ne sait plus trop. Ils vont et viennent d’un épisode à l’autre sans rien apporter à l’histoire, juste pour que le schéma se reproduise et qu’au final rien ne ressorte de cette question d’argent et de bonheur. gakeppuchi no erigakeppuchi no eri

Le drama prend un tournant inattendu dans les deux derniers épisodes, et si la transition peut paraître maladroite et que le contenu que l’on nous propose à partir de ce moment est dans le fond très classique, j’ai pour ma part bien apprécié. Car il y a enfin un peu d’émotion. Les deux personnages masculins qui sortent un peu de l’ordinaire sont mis en valeur, et Eri devient enfin presque sympathique Mais tout ça vient un peu trop tard, et quand la fin arrive on regrette d’avoir perdu tant de temps avec des pitreries qui ne menaient à rien. Je n’ai pas ri du tout devant Gakepucchi no Eri (mais comme nous le savons tous il n’y a rien de plus subjectif que l’humour) et j’ai peiné à aller au bout de certains épisodes tellement je ne parvenais pas à me passionner pour ce qui se passait.

Le drama étant l’adaptation de l’autobiographie de la mangaka Saibara Rieko, je suis assez curieuse de voir le contenu de cet ouvrage pour me rendre compte de la distance qu’il y a entre l’oeuvre originale et le scénario du drama. Parce que pour moi, tout ça manque vraiment de crédibilité. Je ne prétends pas que d’habitude tout ce qui se passe dans les drama pourrait arriver en vrai, bien au contraire. Mais il y a une manière de présenter les choses et un degré à respecter. Là, comédie ou pas, on traite d’un problème très réaliste et terre à terre d’une façon qui ne l’est pas du tout. Ca ne fonctionne pas, on ne peut pas faire du n’importe quoi avec n’importe quel sujet je pense. gakeppuchi no erigakeppuchi no eri

Je n’ai rien à reprocher à l’OST, mais vu le manque général d’émotion du drama, je dois dire qu’il ne m’a pas vraiment marqué. Je me souviens quand même d’un des thèmes principaux, adaptation instrumentale de la chanson thème. La chanson en elle-même est assez agaçante, et sa mélodie m’a donné une impression désagréable de déjà entendu même si je ne parviens toujours pas à trouver à quoi elle me fait penser.

Si j’ai pu déplorer que certains drama s’arrêtent trop tôt, j’étais bien contente que Gakeppuchi no Eri ne compte que 9 épisodes ! Je ne vais pas prétendre que c’est une horreur, je pense que je ne l’ai pas forcément regardé au bon moment et que je l’aurais peut-être mieux apprécié sans avoir plus de 180 drama au compteur. Mais je vois aussi que justement, même après en avoir vu autant, certains drama parviennent à me faire rire et m’émouvoir sans problème. Si j’avais fait un top des déceptions 2012, celui-ci y avait sa place. Après, comme toujours, surtout pour ce qui a trait à la comédie, c’est à vous de voir :).

1 commentaire sur [Drama] Gakeppuchi no Eri

  1. Commentaires laissés sur l’ancienne version du blog

    Je crois que c’est également chez Lynda que j’ai lu un avis positif sur ce drama, mais pas seulement… peut-être chez Milady aussi? Ou les deux?! Bref: tout ça pour dire que jusqu’à présent, j’en avais reçu un écho favorable. Et je suis contente, car je n’ai pas si souvent eu l’occasion d’avoir les deux avis contraires, bien argumentés et c’est intéressant pour la personne qui n’a pas encore vu le drama. L’avis positif me donnait envie de le voir… avec ton avis aujourd’hui, je suis d’autant plus curieuse de savoir ce que j’en penserais si je le voyais!
    C’est vrai que tout le monde n’a pas le même humour et tu fais bien de le souligner également.
    Merci pour cet avis intéressant. (^^)

    Écrit par : Dramafana | 28.03.2013

    Vu que la comédie est ton genre de prédilection, c’est clair que je suis super curieuse de savoir ce que tu penses de ce drama ! Est-ce que tu seras conquise ? Est-ce que tu auras quelques réserves mais seras plus indulgente que moi ? Est-ce que tu n’arriveras même pas à le finir ? Ca tient vraiment à pas gand chose des fois ^^. S’il n’y avait pas eu les deux persos masculins si sympathiques, je crois que j’aurais jeté l’éponge ^^.

    Écrit par : Katzina | 03.04.2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*